Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - LYON 22/22, JUVISY sur le podium, les coups d'éclat de MONTPELLIER et METZ

Les Lyonnaises n'ont pas fléchi lors de la dernière manche de la saison et réussissent le sans-faute. Juvisy garde la troisième place convoitée par Montpellier et Guingamp. Metz, relégué, termine sur une bonne note alors que Rodez prend la septième place.



Le triplé de Brétigny permet à Juvisy de rester troisième (photo Alain Morel)
Le triplé de Brétigny permet à Juvisy de rester troisième (photo Alain Morel)

Lyon réalise le sans-faute

Saki Kumagai et l'OL terminent par un succès trois buts à zéro (photo Sébastien Duret)
Saki Kumagai et l'OL terminent par un succès trois buts à zéro (photo Sébastien Duret)
Sur la pelouse de Fred Aubert devant plus de 2500 spectateurs, les Lyonnaises ont une nouvelle fois ramené la victoire. Mais celle-ci ne fut pas aussi simple à obtenir que la précédente face à Arras. L'ancienne gardienne lyonnaise Emmeline Mainguy a en effet longtemps repoussé l'échéance.
C'est à la 44e minute qu'elle devait s'incliner une première fois. Sur un corner frappé par Eve Périsset, le ballon était boxé par la gardienne mais revenait sur Lotta Schelin qui plaçait une volée du droit côté opposé. L'attaquante suédoise assurait un peu plus son statut de meilleure buteuse.
L'En Avant craquait une seconde fois avant le repos. Un nouveau corner d'Eve Périsset, Lotta Schelin reprenait au premier poteau (0-2, 45+3'). A la reprise, Lyon enfonçait le clou lorsque Lotta Schelin servait Eugénie Le Sommer sur le côté droit qui se défaisait de la gardienne pour marquer dans le but vide (0-3, 48'). Sept minutes plus tard, Ami Otaki quittait le terrain. La Guingampaise mettait à cette occasion un terme à sa carrière de joueuse.
Le score allait ensuite en rester là et Lyon finissait ainsi la saison avec 147 buts (nouveau record), 22 victoires en autant de matchs.

Le PSG, la tête à Berlin

149e but en D1 pour Marie-Laure Delie qui disputait son 200e match à ce niveau (photo Jean-Luc Martinet)
149e but en D1 pour Marie-Laure Delie qui disputait son 200e match à ce niveau (photo Jean-Luc Martinet)
Même si l'équipe parisienne n'était pas au complet avec les absences de Shirley Cruz, Jessica Houara, Sabrina Delannoy, Kenza Dali, Annike Krahn ou encore Katarzyna Kiedrzynek sur le banc, Farid Benstiti alignait Laura Georges et Josephine Henning rétablies, mais aussi Caroline Seger et Kheira Hamraoui, suspendues jeudi prochain pour la finale de la Ligue des Champions.
A cinq jours de ce dernier rendez-vous de la saison face à Frankfurt, il fallait préserver l'effectif déjà diminuées par des blessures (Fatmire Alushi...) mais aussi donner du temps de jeu aux retours de blessure.
C'est donc dans ce contexte face à une équipe d'Arras blessée par la lourde défaite à Gerland (0-14) que le match débutait.
Cela s'est ressenti sur le terrain car les Arrageoises pour le dernier match dans l'élite ont été courageuses tenant le 0-0 au delà de l'heure de jeu. Il s'en est fallu d'une frappe de 20 m de Kheira Hamraoui pour que la situation se débloque (0-1, 63').
Neuf minutes plus tard, Marie-Laure Delie qui disputait son 200e match en D1, était à la réception d'un centre d'Ouleymata Sarr (0-2, 72').
Le match connaissait sur une interruption de quelques minutes en raison de fumigènes de supporters parisiens. Mais la rencontre allait à son terme avec un PSG à dix (Laura Georges ayant préféré ne pas finir le match pour ne pas se blesser) qui inscrivait un dernier but par Anissa Lahmari qui profitait d'un ballon perdu pour marquer son premier but en D1 (0-3, 90+3').

Juvisy garde sa place sur le podium

Pour son dernier match, Marina Pascaud a eu le droit à une haie d'honneur émouvante (photo Alain Morel)
Pour son dernier match, Marina Pascaud a eu le droit à une haie d'honneur émouvante (photo Alain Morel)
Après les deux revers contre Montpellier, Juvisy voyait sa troisième place menacée avant cette dernière journée de championnat. Mais le doute fut vite levé grâce à une Sandrine Brétigny en grande forme. Titulaire, l'attaquante reprenait un centre après seulement 18 minutes (0-1). Elle s'offrait le doublé avant la pause d'un lob parfaitement ajusté sur Amandine Guérin (0-2, 43').
En seconde période, sur un penalty obtenu par Janice Cayman, elle venait exécuter la sentence (0-3, 68'). La fin de match était marquée par l'émouvante sortie de Marina Pascaud. La fidèle capitaine de Soyaux sortait sous une haie d'honneur des deux équipes pour le dernier match de sa carrière.
Les larmes aux yeux (photo), c'est un bel hommage qui lui était rendu. Sur le terrain, Charlotte Bilbault, future juvisienne, venait inquiéter Céline Deville mais le score ne bougeait pas et Juvisy gardait ainsi sa troisième place.

Montpellier cartonne

Marion Torrent a ouvert le score (photo MHSC)
Marion Torrent a ouvert le score (photo MHSC)
Montpellier a fini la saison en trombe et a infligé un 9-0 à Issy, relégué en D2, sur le terrain d'Honneur Mama Ouattara. Mises sur orbite par un corner de Claire Lavogez repris par Marion Torrent (1-0, 17'), les Montpelliéraines pouvaient encore remercier Claire Lavogez qui honorait son dernier match avec le MHSC.
Cinq minutes plus tard, son coup franc s'écraisait sur la barre mais Linda Sembrant avait bien suivi (2-0, 22'). Sofia Jakobsson avait la pause ouvrait son compteur (3-0, 45').
La seconde période allait être terrible pour les Isséennes. Valérie Gauvin, Sofia Jakobsson inscrivaient des triplés en étant également passeuse, tout comme Claire Lavogez à nouveau passeuse avant de sortir sous une haie d'honneur de ses partenaires.
Le dernier but intervenait en fin de rencontre sur une frappe de Viviane Asseyi déviée par Adeline Rousseau contre son camp (9-0). Montpellier finit la saison en trombe et chipe finalement la quatrième place à Guingamp.

Le RAF prend la 7e place, Metz force sept

Metz a cartonné ce samedi mais sera en D2 la saison prochaine au contraire d'Albi
Metz a cartonné ce samedi mais sera en D2 la saison prochaine au contraire d'Albi
Dans la seconde moitié de tableau, Rodez a réussi une nouvelle fois à domicile à mettre à mal les Stéphanoises. C'est Flavie Lemaitre dans les arrêts de jeu de la rencontre qui a offert la victoire 1-0 à son équipe en trompant Mylène Chavas.
Une dernière victoire pour l'entraîneur Nicolas Bach avant son départ et un but qui offre du même coup la septième place au classement et un total de 46 points pour son équipe.
Une régularité aveyronnaise qui se poursuit chaque saison (2 fois 45 points, 3 fois 46 points !). Les Amazones déjà assurées du maintien n'ont pas réussi à se rattraper du match aller où elles s'étaient déjà inclinées 4-1. L'essentiel était déjà cependant là avec le maintien.


Les supporters lyonnais remercient Elise Bussaglia et Lara Dickenmann avant leur départ pour Wolfsburg (photo Sébastien Duret)
Les supporters lyonnais remercient Elise Bussaglia et Lara Dickenmann avant leur départ pour Wolfsburg (photo Sébastien Duret)


Dimanche 10 Mai 2015
Sebastien Duret


1.Posté par Jean-Claude LIBERT le 10/05/2015 14:34
jeanclaude.libert77@hotmail.fr
Bonjour,

Le rideau est tombé ... depuis le 21 Février et la fessée infligée par l'OL au PSG.

Le rideau est tombé officiellement sur un championnat aux résultats sans surprise.

La seule surprise pour moi est en fait le peu de résistance du PSG envers l'OL. En effet les 2 matchs de championnat se sont soldés par un 6 - 1 sans bavures en faveur de l'OL. Pour ce qui est de la LDC, j'y reviendrais ...

Le recrutement spectaculaire d'une armada d'étrangères qui allaient damner le pion à ces pauvres lyonnaises en majorité françaises : 9 étrangères au PSG, et une 10é avec A MITTAG qui est annoncée pour l'an prochain (source W COMMEGRAIN sur le site "Les féminines - source de valeurs"), contre 4 à l'OL qui recrute français (pour l'instant) et jeune pour l'avenir avec C LAVOGEZ et peut être G M'BOCK, laissait penser que la lutte serait âpre pour le titre.

On allait voir ce que l'on allait voir et tous les médias parisiens, journaux, sites de foot féminin (suivez mon regard qui n'est pas dirigé sur FOOTOFEMININ ) , chaînes de sport avec EUROSPORT, et sa cohorte de journalistes , plus parisianolâtres que journalistes sportifs sans oublier les consultants et les chroniqueurs , espéraient et annonçaient à cor et à cri la passation de pouvoir entre l'OL et le PSG et ils s'en délectaient par avance.

TOUS ont d'abord été un peu refroidis par la 1ére défaite du PSG en championnat puis par le match nul concédé sur son terrain en LDC aller.... jusqu'à ce match retour qui a vu le PSG éliminé l'OL après un invraisemblable match dominé par les lyonnaises avec 70% de possession de balle et surtout un véritable coup de poignard des arbitres qui ont accordé un but aux parisiennes malgré une énorme faute de ML DELIE qui tire le maillot d'A HENRY l'empêchant de sauter en la faisant tomber, suivi d'une position de HJ de L GEORGES , que l'arbitre assistante pourtant placée idéalement "oublie" de signaler et donc de permettre à L GEORGES de détourner le ballon pour F ALUSHI. !!! .
3é faute d'arbitrage en 3 ans en défaveur de l'OL en 3 ans et en LDC !!!!.

Bref, après tout, les lyonnaises n'avaient qu'a savoir matérialiser leur écrasante supériorité en marquant des buts ... elles avaient déjà payé le même tribut contre WOLFSBURG en 2013 et POTSDAM en 2014. Seulement ce jour là L SCHELIN et A HEGERBERG étaient aux abonnées absentes et ont laissé la voie royale jusque la finale aux parisiennes.

La "vengeance" étant un plat qui se mange froid, la punition fut spectaculaire. Le match retour du championnat à CHARLETY a remis les choses à leur place et mis fin aux espérances des parisiennes et à l'arrogance d'un F BENSTITI qui avait déclaré à la fin du match aller que le 2 - 1 pour l'OL était un très bon résultat .... pour les parisiennes , en vue du match retour étant donné le score average particulier !!.
Le score de 4-0 est encore un moindre mal car le PSG est passé très près d'une correction encore plus sévère... et si le PSG était privé de S CRUZ, L NECIB était absente du côté lyonnais !!!.

Les parisiennes sont en finale de LDC . C'est leur année même s'il me semble que sur le vu des 1/2 finales, FRANCFORT est nettement supérieur à WOLFSBURG. Malgré tout le PSG a les joueuses pour gagner cette finale même si je pense que les absences de C SEGER et K HAMRAOUI vont être un lourd handicap.
Je leur souhaite tout le bien possible et même si je pense que leur handicap premier est leur entraîneur F BENSTITI incapable de faire bien jouer cette équipe de joueuses de talent, j'espère que ces joueuses ramèneront le trophée en France.
Ce serait pour le foot féminin français un énorme avantage psychologique sur les allemandes juste avant la CDM : allemandes que les françaises risquent de rencontrer en 1/4 de finale de la CDM !!.

Pour LYON , en cette fin de saison, je déplore l'attitude de G PRECHEUR qui n'a pas daigné offrir à ses 2 joueuses partantes L DICKENMANN et E BUSSAGLIA, le plaisir d'un dernier match sur le terrain et la haie d'honneur qu'elles méritaient.
SOYAUX , un "petit club" a su mettre la manière pour dire "AU REVOIR" à M PASCAUD. Elle a eu droit, ELLE, a une sortie digne et à une haie d'honneurs des 2 équipes SOYAUX et JUVISY ..

Un grand BRAVO à SOYAUX et aux joueuses des 2 équipes pour l'hommage à M PASCAUD.

Une immense déception voire plus pour l'attitude du staff lyonnais qui a eu un comportement indigne lors de ce dernier match envers L DICKENMANN et E BUSSAGLIA.....

On peut être PETIT et GRAND mais on peut être aussi GRAND et PETIT ..........

LARA a reçu à GERLAND les honneurs dus à son talent mais ELISE a eu droit à l'indifférence et même au jugement très sévère de G PRECHEUR déclarant sur le plateau d'OL/TV dans l'émission CULTURE CLUB que "E BUSSAGLIA avait été décevante et n'avait pas eu le rendement escompté" ajoutant même "comme en EDF" , se mêlant ainsi de ce qui ne le concernait pas !!.
Elle a été laissé de côté en finale de la CDF, contre ARRAS et ce dimanche contre GUINGAMP.

Je suis nordiste et je ne dois rien à personne et mes critiques sur le comportement du staff lyonnais n'enlèvent rien à ce que je pense des lyonnaises sur le terrain.
Pour être un grand club il faut savoir être aussi reconnaissant. L'OL féminin est un grand club mais le staff et certains dirigeants manquent parfois singulièrement de reconnaissance et de psychologie.
Sous P LAIR c'est S CRUZ, L GEORGES, L AGARD, S OHNO, M RAPINOE, A OTAKI qui sont parties ou plutôt qui ont été "jetées" sans états d'âme.
Aujourd'hui G PRECHEUR accable injustement E BUSSAGLIA mais il ne s'en tient pas là car il a aussi déclaré sur le même plateau que si C PETIT et M PLAZA restaient à l'OL elles auraient très peu de temps de jeu. Comment un entraîneur peut-il préjuger 5 mois à l'avance que ces 2 joueuses ne seront pas compétitives ?. Il les met dehors !!!.
C PETIT, à ma grande satisfaction car j'estime qu'elle aurait du aller au CANADA en tant que n° 2 de J HOUARA, a prolongé 1 an son contrat et mis ainsi son entraîneur devant la responsabilité de ses propos et de ses préjugés.
Je souhaite que M PLAZA , en négociation avec JM AULAS, arrive au même accord.


Que dire de JUVISY ? Son mode de fonctionnement me laisse toujours aussi perplexe avec "son cul entre 2 chaises". Le club a pourtant derrière lui le Conseil général de l'ESSONNE et même les faveurs de la FFF. Il a aussi d'excellentes joueuses pour la plupart internationales A ou B et même étrangères avec J CAYMAN. Et pourtant, il régresse car si MONTPELLIER n'avait pas eu ce trou noir de la 1ére partie de championnat , il ne serait pas sur le podium ....

MONTPELLIER, inexplicablement donc a raté toute la 1ére partie de championnat. Puis 2015 a vu la résurrection des montpelliéraines. Jouant de cette façon les jeunes montpelliéraines auraient eu leur mot à dire pour la 2é place qualificative pour la LDC. Le titre peut être pas encore mais le PSG aurait eu "chaud aux fesses".
Elles perdent C LAVOGEZ mais ont fait signer une internationale espagnole.

GUINGAMP a une politique de jeunes qui est excellente mais ces talents font que le club devient le vivier des clubs plus puissants. Je ne sais si GRIEDGE va rejoindre l'OL mais s'il est sûr que ce serait une perte, je suis certain que la relève n'est pas loin. Les guingampaises ont fait une excellente saison éliminant le PSG de la CDF et ayant réussi contre l'OL des résultats meilleurs que les "ténors" du championnat avec 2 fois 3 - 0 quand JUVISY, MONTPELLIER et le PSG prenaient au minimum 4 buts !!!.

SOYAUX et SAINT ETIENNE ont du subir les aménagements de la FFF qui ont favorisés le PSG avec ces 2 matchs joués en semaine contre des "équipes en bois", sans manquer de respect au contraire pour ces jeunes joueuses envoyées au "casse pipe", matchs qui ont permis à ML DELIE la sériale buteuse de B BINI, de marquer 7 de ses 14 buts pour cette saison.

RODEZ et ALBI ont été un ton au dessus de METZ, ARRAS et ISSY ce qui leur a permis de sauver leur place
METZ a fait un baroud d'honneur sympathique et ARRAS - le club du NORD , ma région qui n'a plus de club en D1 - a très bien résisté au PSG en ne prenant que 3 buts dont le 3é à la 93émn alors que l'OL en avait mis 14 la semaine précédente. L'excuse que le PSG avait fait jouer des jeunes ne tient pas car l'OL en avait fait de même la semaine précédente ce qui tendrait à montrer que les jeunes lyonnaises sont plus talentueuses que les jeunes parisiennes ... normal puisque ces dernières sont "barrées" par des étrangères !!!.

Pour la saison prochaine il faut souhaiter meilleure résistance aux clubs accédant à la D1 : ST MAUR et .... ?? NIMES étant bien placé et le 3é plus disputé.

Enfin un très grand "MERDE" (ce n'est ni une grossièreté ni une vulgarité) aux filles du PSG lesquelles j'espère sauront rester modestes tout en faisant éclater leur joie, en cas de victoire Ce sera plus difficile pour F BENSTITI habitué aux écarts et encore plus difficile surtout pour les médias qui vont en faire des tonnes et des tonnes .... oubliant que l'OL a montré le chemin en participant 4 années consécutives à la finale et en remportant cette LDC 2 années de suite.

Je crains et j'ai peur de voir un déferlement médiatique sans précédent quand je vois ce qui est déjà fait avant cette finale retransmise sur FR2, une chaîne publique (c'est très bien) alors qu'aucune des 4 finales des lyonnaises n'a eu cet honneur et bien évidemment sur la chaîne parisianophile EUROSPORT..
Et le bouquet avec aujourd'hui à LONGCHAMP , programmé un prix "LES PARISIENNES FEMININES" ....!!!
Les joueuses de l'EDF avaient eu seules cet honneur couplées avec un driver au sulky à VINCENNES.
Cela s'appelle la dérive médiatique quand il s'agit des parisiennes qui va peut être aller jusqu'à un défilé sur les Champs Elysées en cas de victoire !!!!.

Pour l'EDF ... On aura tout le temps d'y revenir .... et d'espérer !.

Cordialement,


Dans la même rubrique :