Footofeminin.fr : le football au féminin

Les BLEUES disent merci à Eugénie

Face à une équipe canadienne agressive, l’équipe de France a obtenu une victoire poussive (1-0) grâce à un but d’Eugénie Le Sommer en première mi-temps de ce match de préparation pour le mondial canadien.



Eugénie Le Sommer a ouvert le score à la 34e minute (Photo FFF)
Eugénie Le Sommer a ouvert le score à la 34e minute (Photo FFF)
Qu’elle fut compliquée à obtenir cette victoire. Mais l’essentiel est là. Après leur défaite en finale de l’Algarve face aux Etats-Unis (2-0) il y a un mois, les Bleues ont réussi à battre les Canadiennes ce jeudi soir à Bondoufle en match de préparation à la Coupe du monde 2015.
Face à la huitième nation mondiale, les Bleues ont éprouvé des difficultés notamment dans le jeu. Les protégées de Philippe Bergerôo ont été bousculées dans l’impact physique face à des Canucks qui ont mis beaucoup d’impact physique à l’image de Desiree Scott qui n’a pas hésité à jouer très dur.

Le Sommer : 9 buts lors de ses 12 derniers matches

Wendie Renard et les Bleues n'ont pas cédé défensivement
Wendie Renard et les Bleues n'ont pas cédé défensivement
Les Bleues ont pris des coups mais ce sont elles qui se sont créées les meilleures occasions en première période. La première intervient au bout de quatre minutes de jeu. Sur un centre de Majri, replacée en milieu gauche à la place de Lavogez, touchée au mollet et forfait pour cette rencontre, Thomis n’a pas pu cadrer sa frappe dans la surface.
Mais face aux filles de John Herdman qui n’ont pas proposé grand chose lors des quarante-cinq premières minutes, la seconde véritable occasion tricolore a été la bonne. Après un joli une-deux entre Abily et Le Sommer, la n°9 française a fini le travail d’un joli plat du pied malgré une petite glissade au moment de la frappe (1-0, 34e).
La Lyonnaise a débloqué la situation et a même inscrit son 9e but lors de ses douze derniers matches avec l’équipe de France ! Des stats affolantes qui confirment une saison étincelante avec l’OL et la sélection.

C'était le dernier match avant la liste du mondial canadien

Elodie Thomis a retrouvé du temps de jeu en Bleue
Elodie Thomis a retrouvé du temps de jeu en Bleue
En deuxième période, les filles de Philippe Bergerôo ont manqué de fluidité dans leur jeu.
En difficulté physique, elles ont eu du mal à mettre du rythme face à une équipe canadienne qui s’est créée les meilleures situations en seconde période par Schmidt (58e, 83e). Dans ce match haché, les Bleues ont eu du mal à s’approcher des buts de Mc Leod. Leurs seuls faits d’armes ? Deux tirs non cadrés d’Abily (74e) et Majri (78e).
La fin de match a même été compliquée avec une défense française fébrile qui a quand même tenu ce petit avantage.
Et alors que Philippe Bergerôo annoncera sa liste des 23 pour le mondial canadien le 23 avril (+7 réservistes), l'équipe de France continuera sa série de matches amicaux dans le cadre de sa préparation. Elle affrontera sur deux synthétiques la Russie, le 22 mai à Châteauroux, puis l'Ecosse, le 28 mai à Nancy.

Match de préparation à la Coupe du Monde 2015
Jeudi 9 avril 2015 - 21h00
FRANCE - CANADA : 1-0 (1-0)
Bondoufle (Stade Robert Bobin)
Arbitres : Silvia Spinelli (italie) assistée de Belinda Brem (Suisse) et Susanne Kueng (Suisse). 4e arbitre : Sandra Strub (Suisse)
Temps agréable - Bonne pelouse
Spectateurs : 11 445
But : Eugénie Le Sommer 34‘
Avertissements : Renard 49‘ pour la France ; Buchanan 50‘ pour le Canada.

FRANCE : 16-Sarah Bouhaddi ; 5-Sabrina Delannoy, 2-Wendie Renard (cap.), 4-Laura Georges, 3-Laure Boulleau ; 12-Elodie Thomis (7-Kenza Dali 54‘), 10-Camille Abily (15-Elise Bussaglia 79‘), 6-Amandine Henry, 22-Amel Majri ; 9-Eugénie Le Sommer (23-Kheira Hamraoui 89'), 17-Gaëtane Thiney (18-Marie-Laure Delie 79‘). Entr : Philippe Bergerôo.
Non utilisées : 1-Céline Deville, 21-Méline Gérard, 20-Anaïg Butel, 19-Griedge M'Bock Bathy, 14-Aurélie Kaci, 11-Claire Lavogez, 8-Sandie Toletti, 13-Kadidiatou Diani, 24-Clarisse Le Bihan
CANADA : 1-Erin Mc Leod ; 7-Rhian Wilkinson, 10-Lauren Sesselmann (2-Emily Zurrer 46‘), 3-Kadeisha Buchanan, 15-Allysha Chapman ; 19-Adriana Leon (16-Jonelle Filigno 80‘), 17-Jessie Fleming (9-Josée Belanger 46‘), 11-Desiree Scott (6-Kaylyn Kayle 63‘), 22-Ashley Lawrence (14-Melissa Tancredi 72‘) ; 12-Christine Sinclair, 13-Sophie Schmidt. Entr.: John Herdman
Non utilisées : 21-Stephanie Labbe, 23-Karina Leblanc, 4-Carmelina Moscato, 5-Robyn Gayle, 18-Janine Beckie, 20-Marie-Eve Nault, 24-Rebecca Quinn

Le onze tricolore
Le onze tricolore

Vendredi 10 Avril 2015


1.Posté par Jean-Claude LIBERT le 10/04/2015 12:32
jeanclaude.libert77@hotmail.fr
Bonjour,

Ce match va être très utile dans l'esprit des françaises car elles risquent de se trouver devant de telles adversaires au CANADA tout au moins jusqu'au 1/4 de finale.

Je me demande si les canadiennes ont bien compris ce qu'est le football, le soccer pour elles : jouer au ballon ou distribuer le plus de coups possibles aux adversaires. Il est vrai que le "soccer" tel qu'il est pratiqué en AMERIQUE DU NORD, ETATS UNIS et CANADA réunis, est plus basé sur l'impact physique que sur la technique et le développement du beau jeu agréable à l'œil en n'oubliant pas d'être efficace bien sûr.

Ce que j'ai vu hier est dramatique pour le football et les jeunes qui ont pu voir jouer les canadiennes doivent se demander si elles doivent s'inscrire à un jeu, à un sport pratiqué de cette façon par nos cousins du CANADA ... Pardon par les canadiens anglo saxons !!!.

En jouant, - ou plutôt en ne jouant pas devrais-je écrire - , de cette façon les canadiennes ne prendront jamais beaucoup de buts car les coups pleuvent drus dans tous les coins du terrain et il est difficile à leurs adversaires de développer un jeu technique car brisé aussitôt par une avalanche de fautes, pas grossières mais marquées au sceau de la brutalité voire de la méchanceté BUCHANAN et surtout SCOTT sont des "modèles" dans le genre !!!.

Bon RIEN du côté canadien - et ce n'est pas les minutes d'arrêt de jeu qui me feront changer d'avis - sinon donc des agressions en pagaille et PAS GRAND CHOSE donc du côté français plus attentionné a se protéger les chevilles, les tibias et les côtes qu'a développer leur football habituel.
Hier c'était soirée brouillonne au niveau football d'autant que celle qui remet très souvent de l'ordre et du calme dans ces cas là n'était pas sur le terrain ... je veux parler de L NECIB.

Heureusement justice a été rendu au football, certes sur le plus petit écart, mais par une action d'école avec un UNE DEUX lyonnais entre C ABILY et E LE SOMMER avec une finition de classe par un contrôle du droit et une frappe sèche du gauche.
E LE SOMMER a encore montré que c'était autre chose que ML DELIE avec tout le respect que j'ai pour cette dernière mais que je considère avoir été "créé" par un certain B BINI, grand connaisseur du football s'il en est (lol..lol..) et qui n'a rien montré depuis que P BERGEROO a pris en mains l'équipe et l'a remis sur la bonne route. J'espère que comme le phénix elle renaîtra de ses cendres et pourquoi pas au CANADA comme elle ira sans doute !!!

Au moins G THINEY, et c'est tout son mérite car cela n'a pas du être facile pour elle de ne plus voir auprès d'elle en EDF ses 2 complices B BINI et S SOUBEYRAND , elle, a fait le chemin inverse en retrouvant le jeu et le talent qu'elle avait eu jusqu'en 2011 et que BINI lui avait fait perdre des JO 2012 à l'Euro 2013.
Je ne pense pas que ML DELIE ait sa place pour le CANADA .... tout comme S DELANNOY mais elles feront partie du voyage malheureusement .

Hormis la brutalité des canadiennes où C SINCLAIR le clone de A WAMBACH a brillé par son absence malgré ses plus de 150 buts marqués, P BERGEROO n'a pu que se rendre compte que derrière J HOUARA la n°2 est .... inconnue car ce n'est pas S DELANNOY qui peut tenir le poste. Alors il faut espérer que JESSICA ne se blesse pas. De même à gauche L BOULLEAU a montré que le retour en forme est difficile et A MAJRI est la titulaire du poste et la n°2 à la recherche de sa forme d'antan.

Au milieu le retour de L NECIB est essentiel et primordial pour la fluidité du jeu, sa distribution et sa capacité à ralentir ou accélérer quand le besoin s'en fait sentir et il y a assez de talent derrière A HENRY, C ABILY et E BUSSAGLIA pour voir la vie en rose avec C LAVOGEZ, K DALI et même K HAMRAOUI pour "durcir" le jeu quand il le faut et aussi car j'espère qu'elle fera partie du voyage S TOLETTI.

Devant les jeux sont faits avec le duo E LE SOMMER - G THINEY plus E THOMIS selon le système de jeu adopté par P BERGEROO : 4 - 4 - 2 ou 4 - 3 - 3. Mais comme pour les latérales il faut prier pour qu'aucune des 3 ne se blessent car derrière c'est no mans'land . Je pense que dans ce secteur de jeu P BERGEROO n'a pas fait assez d'essai .
Convoquer P CRAMER et ne l'avoir JAMAIS fait jouer est pour le moins étrange.
Oublier S PALACIN qui éclate cette année interpelle.
Ecarter L TONAZZI, malgré son âge, une des meilleures "remiseuse" et joueuse de tête me gêne et me navre.
Seule K DIANI laisse espérer .... mais !!!

Le 23 nous connaîtrons la liste des 23 + 7. Pour les 23 je sens que je vais être en désaccord sur 2 noms - devinez !!! - que je mettrais personnellement dans les 7 mais heureusement il n'y a qu'un seul sélectionneur et qui se fiche des 30 millions qui ont chacun leur avis.

Cordialement,

2.Posté par Noël Burch le 10/04/2015 16:56
Je trouve extraordinaire que tous les commentateurs semblent trouver "normal" ce jeu dur, totalement contre l'esprit du foot que nos bleues et plus généralement la ligue féminine française ont su retrouver, refusant d'émuler "le foot des mecs". Espérons que cette tendance "rugueuse" (j'adore ces euphémismes...) ne contamine pas nos joueuses, en train d'en remontrer à des bleus peu enthousiasmants.

3.Posté par Jean-Claude LIBERT le 11/04/2015 11:49
jeanclaude.libert77@hotmail.fr
Bonjour,

Je suis complétement d'accord avec votre propos 'Noël Burch'.

Tous les commentaires que j'ai lu sur ce match de la part des journalistes parlent du "jeu physique" des canadiennes. A croire que beaucoup d'entre eux ou d'entre elles n'ont jamais joué un match de football à quelque niveau que ce soit.
Il ne faut pas confondre le mot physique avec les mots "rugueux" et le degré au dessus qui est "brutalités". Les canadiennes sont toutes rugueuses et certaines sont brutales et tout à fait hors l'esprit du jeu.

Le football est certes un jeu physique et de contacts mais le pratiquer comme le font les canadiennes ou les américaines relèvent plus du combat destiné avant tout à matraquer l'adversaire et à l'empêcher de jouer par tous les moyens.
Ainsi par exemple la "redoutable" SCOTT pense d'abord à viser tout sauf l'élément essentiel du jeu à savoir le ballon ... et elle s'en est sortie sans un carton , lequel carton a été donné à son clone aussi brutale BUCHANAN.

S DUSANG parle de SCOTT comme une "teigne" l'exonérant ainsi de toutes brutalités. On peut harceler son adversaire, la suivre partout et ainsi être qualifiée de teigne mais aussi jouer au football sans viser les chevilles, les tibias, etc ... Il est vrai que tout le monde n'a pas le talent d'A HENRY qui est certes physique mais réglo et surtout une grande joueuse de foot.

Je ne vois pas le CANADA avec un football aussi "primaire" voire "primitivement brutal" passer les 1/4 de sa CDM d'autant qu'elle risque de jouer l'AUSTRALIE en 1/8é et qu'en cas de succès elle retrouve l'ANGLETERRE en 1/4 ou .... la FRANCE si celle-ci finit 2é de sa poule et bat la NORVEGE en 1/8é. Cette 2é solution m'apparaissant comme étant le meilleur scénario pour la FRANCE .... et le pire pour le CANADA.


Dans la même rubrique :