Footofeminin.fr : le football au féminin

#Rio2016 - JO - Les BLEUES ne verront pas Rio

Le Canada a mis fin comme il y a quatre ans au rêve de médaille de la France. Les Bleues n'ont jamais réussi à se défaire de la défense physique adverse et ont craqué sur leur seule erreur du match.



Le Sommer aurait pu obtenir un penalty sur ce tacle de Buchanan (photo FIFA.com)
Le Sommer aurait pu obtenir un penalty sur ce tacle de Buchanan (photo FIFA.com)
Comme en 2015 et en 2013, la France quitte la compétition au stade des quarts. Un nouveau revers qui met en lumière la difficulté des Bleues à être décisive dans les matchs couperets, si important pour gagner des trophées. N'étant pas parvenue à ouvrir le score, la France a ensuite concédé un but qu'elle n'a jamais pu rattraper. Courir après le score nécessitait avant tout une force de caractère qui a manqué à nouveau dans ce genre de situation et dont les Canadiennes ont su profiter.

Le Canada alignait, à l'exception de Wilkinson blessée, son équipe-type face à une équipe de France où Bergerôo décidait d'aligner Karchaoui arrière gauche pour monter Majri d'un cran, laissant du même coup, Necib-Cadamuro sur le banc. Un remaniement majeur dans l'organisation du jeu au milieu de terrain qui a peut-être contribué aux très rares occasions françaises.

Un match fermé

Le milieu de terrain avec Henry n'a pas été à son avantage (photo FIFA.com)
Le milieu de terrain avec Henry n'a pas été à son avantage (photo FIFA.com)
Ce qui a cependant été un tournant dans le match s'est passé ailleurs, plus précisément dans la surface canadienne. Dixième minute, Le Sommer hérite d'un bon centre de Houara d'Hommeaux dans la surface. Buchanan tacle alors délibérément l'attaquante française qui chute. La faute est évidente, mais l'arbitre chilienne ne bronche pas. Ce fut certainement le fait de jeu le plus flagrant qui aurait pu changer le scénario de cette rencontre. Car un penalty transformé aurait obligé les Canadiennes à se livrer un peu plus.

Dans un contexte favorable au Canada soutenu par le public pauliste, Le Sommer, décisive contre la Colombie et la Nouvelle-Zélande, s'est vu offert un traitement des plus rugueux. Zadorsky aurait pu être sanctionné à son tour d'une faute sur elle dans la surface (21e). Cette rencontre fermée se jouait alors pour les Françaises sur des coups de pied arrêtés. Un premier coup franc d'Abily était effleuré par Mbock, bien placée (29e), un second enroulé du droit repoussé par Labbé (45+1e). Sur corner, juste avant le repos, Renard reprenait d'une tête décroisée un ballon frappé par Majri qui venait frôler le cadre (45+3e).

Et Schmidt surgit

Le Canada ne s'offrait que très peu d'incursions devant le but de Bouhaddi avec quatre tirs au total dont deux cadrés. Faisant suite à une action de Beckie, une première frappe de Schmidt était dégagée par Renard de la tête (23e). Sur une ouverture de Zadorsky pour Beckie côté droit, le second tir cadré partait une nouvelle fois de cette joueuse qui sur le contrôle se déjouait de Karchaoui pour centrer au second poteau. Schmidt surgissait pour reprendre d'une volée du gauche qui terminait dans la lucarne droite de Bouhaddi impuissante (1-0, 56').

Les Bleues se retrouvaient devant un nouveau dilemne dont elles n'allaient pas se sortir. Les entrées de Necib-Cadamuro (62e) et Thomis (71e) redonnaient un peu d'animation à une équipe française assommée. Insuffisant surtout que la réussite n'était pas au rendez-vous sur un long coup franc d'Abily, Sinclair au point de penalty déviait sur sa barre et aurait pu surprendre sa gardienne (58e). Labbé faisait alors le travail nécessaire en fin de match pour parachever le succès de son équipe (72e, 90+3e). La France abusant de longs ballons vers Renard restait muette, sortie sans gloire. Le Canada après avoir battu les n°2 mondiales, l'Allemagne, les n°5, l'Australie s'est offert les n°3, la France. Le Canada retrouvera à nouveau l'Allemagne en demi-finale.

Une élimination prématurée au regard des ambitions alors que Necib-Cadamuro arrête sa carrière sur cet échec. Une rencontre qui pourrait être aussi la dernière de Philippe Bergerôo alors que les Bleues doivent désormais préparer l'Euro en 2017 et surtout la Coupe du Monde 2019 en France.

Jeux Olympiques 2016 - Quart de finale
b[Vendredi 12 août 2016 - 19h00 locales (Samedi 13 - 0h00 françaises)
CANADA - FRANCE : 1-0 (0-0)
São Paulo (Arena Corinthians)
Temps frais - Terrain moyen
Spectateurs : 38 688
Arbitres : Claudia Inés Umpiérrez Rodríguez (Uruguay) assistée de Loreto Toloza (Chili) et Neuza Back (Brésil). 4e arbitre : Maria Carvajal (Chili)
But : Sophie SCHMIDT 56'
Avertissements : Buchanan 49', Schmidt 57', Belanger 83' pour le Canada ; Henry 85' pour la France

Canada : 1-Stephanie Labbé ; 10-Ashley Lawrence, 3-Kadeisha Buchanan, 4-Shelina Zadorsky, 2-Allysha Chapman (9-Josée Belanger 45+1') ; 8-Diana Matheson (6-Deanne Rose 69'), 11-Desiree Scott, 13-Sophie Schmidt (5-Rebecca Quinn 81'), 16-Janine Beckie ; 17-Jessie Fleming, 12-Christine Sinclair (cap.). Entr.: John Herdman
Banc : 18-Sabrina D'Angelo, 7-Rhian Wilkinson, 14-Melissa Tancredi, 15-Nichelle Prince
France : 16-Sarah Bouhaddi ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 2-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard (cap.), 4-Sakina Karchaoui (11-Claire Lavogez 84') ; 6-Amandine Henry, 15-Elise Bussaglia (14-Louisa Necib-Cadamuro 62') ; 13-Kadidiatou Diani (12-Elodie Thomis 71'), 10-Camille Abily, 7-Amel Majri ; 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Philippe Bergerôo
Non utilisées : 1-Méline Gérard, 5-Sabrina Delannoy, 17-Kheira Hamraoui, 18-Marie-Laure Delie


Dimanche 14 Août 2016
Sebastien Duret


1.Posté par REMY le 13/08/2016 19:04
Il y a une regression et un manque d'ambition dans la construction du jeu
il y a surabondance de passe en retrait au gardien ou entre Wendy et ses arrières pour logiquement préparer les attaquerais mais en fait ça aboutit à de longs ballons en avant très imprécis
Kachraoui a passé son temps à revenir en arrière au lieu de se projeter vers l'avant chose qu'elle sait faire.
Milieu de terrain très décevant , venant rechercher les ballons très bas.
Abily nous a fait une Soubeyrand : totalement dépassée
Pas de soutien pour Eugénie et Amel qui sont nos points forts
Ca fait 4 ans qu'on attend une perf et là ça régresse
Vivement que les U19 prennent le pouvoir En 2019

2.Posté par jean francois le 14/08/2016 16:14
oui entièrement d'accord avec vos commentaires REMY, mais quand un arbitre ne siffle pas par deux fois un penalty qui etaient flagrands, sur eugenie et qui hésitent a siffler dans la surface de reparation les tirages de maillots, alors excuse moi il faut qu'il revoie sa copie aussi bien pour l'une ou l'autre des équipes.

3.Posté par Jean-Claude LIBERT le 15/08/2016 12:47
jeanclaude.libert77@hotmail.fr
Bonjour, .... Je suis OK avec les 2 commentaires précédents mais je m'étonne qu'aucun des 2 ne parle de l'absence dans l'équipe de départ des 2 joueuses qui ont été à l'origine de la qualification en 1/4.

Et j'aime bien C ABILY mais ce commentaire " ABILY nous a fait une SOUBEYRAND : totalement dépassée" est très pertinent même si la joueuse n'est pas la principale responsable car il faut pointer du doigt le véritable responsable qui est BERGEROO qui la positionnée en meneuse de jeu ... à la place de L NECIB, ce qui est une faute professionnelle.

L NECIB a marqué le 2é but contre la NELLE ZELANDE qui a mis la FRANCE à l'abri d'un retour néozélandais ... sur un centre de E THOMIS et elle a marqué le 3é but sur un pénalty provoqué par ... E THOMIS.
Nonobstant ces faits cruciaux L NECIB et E THOMIS ont été très en vue lors de la 2é MT contre la NELLE ZELANDE ... et BERGEROO les met sur le banc pour un match couperet.

Alors certes Mme l'arbitre uruguayenne devait siffler un pénalty pour le fauchage de E LESOMMER par K BUCHANAN à la 9é mn ce qui aurait donner un autre match car les canadiennes auraient été obligées de se découvrir, mais il ne faut pas se voiler la face : BERGEROO a été plus que nul sur ce coup, il a montré toute son incompétence et sa méconnaissance du foot féminin et de ses joueuses.

Enfin laisser L NECIB la meilleure joueuse française de ces 10 dernières années autant dire depuis toujours, sur le banc alors que cela peut être son dernier match en EDF , est une absence de psychologie et d'une maladresse extrêmes et un affront pour la joueuse qui aurait eu une motivation supplémentaire de se donner à fond sachant une possible issue malheureuse.

En 2013 à l'EURO en SUEDE, lors du 1/4 contre le DANEMARK, le célèbre gourou B BINI avait laissé A HENRY sur le banc pour faire jouer sa protégée S SOUBEYRAND , sortie sans gloire à la MT.
En 2016 BERGEROO nous a fait une B BINI en laissant sur le banc L NECIB pour faire jouer une C ABILY qui n'est pas une meneuse de jeu et qui aurait du jouer près de E LE SOMMER au lieu de jouer pratiquement au niveau de ses défenseures.

La similitude ne s'arrête pas là car si vous vous souvenez de l'attitude de BINI sur le banc contre le DANEMARK, vous avez du voir son clone avec BERGEROO sur le banc contre le CANADA.
AUCUN des 2 ne semblait intéressé par le déroulement du match. BERGEROO était amorphe et sans réactions enfoncé dans son siège comme l'était BINI en 2013.

Je suis persuadé que P LAIR à la tête de l'EDF celle-ci aurait été médaillée en 2012 aux JO de LONDRES, aurait joué la finale de l'Euro2013 et même devenue championne d'Europe et aurait continué sa route à la CDM 2015 et aux JO 2016.
P LAIR aurait certainement sanctionné de plusieurs matchs de suspension G THINEY mais ne l'aurait pas exclu définitivement et l'aurait rappelé pour les JO.

L'EDF va t-elle enfin avoir un sélectionneur à la hauteur ?

W RENARD n'a pas voulu se présenter à la conférence d'après match et A HENRY se pose des questions ... Cela annonce des remous sur le management de BERGEROO


Dans la même rubrique :