Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Eugénie LE SOMMER au sommet

L’attaquante de l’Olympique Lyonnais, auteure de 2 buts face à la Macédoine du nord entre dans l’histoire : la voilà désormais, avec 82 unités, devenue la meilleure buteuse de l’histoire des Bleues. Un accomplissement comme une évidence pour cette avant-centre remarquable.



Le Sommer a fait tomber le record de Pichon
Le Sommer a fait tomber le record de Pichon
Apres quatre matches sans marquer, il ne lui aura fallu que trois minutes pour y arriver. En inscrivant, à la 14e minute, un coup franc direct puis en récidivant à la 18e sur penalty, face à la Macédoine du Nord, Eugénie Le Sommer a battu le record de buts de Pichon en Bleue. Enfin ! Depuis le 29 août 2006, lorsque la première star française du football féminin Marinette Pichon avait inscrit son 81e et dernier but sous le maillot tricolore, on attendait de savoir qui battrait son record. Depuis quelques années, l’identité de cette joueuse était devenue une évidence. Et aujourd’hui, elle peut s’en targuer haut et fort : Eugénie Le Sommer est entrée dans l’Histoire en surpassant l’ancienne attaquante de Saint-Memmie, avec 82 réalisations.

Un premier but réussi sur un coup franc direct : "on avait travaillé cela avant le match, de cadrer la frappe au deuxième poteau et que si personne ne la touche, cela aille au fond. Cela a réussi ce soir". Le record égalé puis battu : "Il y a eu plus d'émotions sur le deuxième avec le record battu. Je suis fière d'avoir battu ce record même si ce n'est pas une finalité pour moi. Je continue d'avancer".

Quatorze doublés, un triplé, un quadruplé

Depuis de nombreux mois, Marinette Pichon n’a eu de cesse de proclamer que ce record allait tomber dans les mains de la native de Grasse, dans le sud-est, mais qui a grandi et fait ses débuts professionnels en Bretagne. Le Sommer n'a pas manqué de lui dédicacer en réalisant un M avec ses mains. "Une petite pensée pour elle qui m'avait envoyé des messages. Cela faisait longtemps que l'on en discutait toutes les deux".

Avec un ratio de 0,5 but/match avec l’équipe nationale depuis sa première réalisation contre l’Écosse en mars 2009, la finisseuse de 30 ans fondait inévitablement sur la glorieuse marque de son ainée, alors que Marie-Laure Delie, un moment en compétition pour décrocher le Graal, s’est arrêtée à 65 buts, sa dernière sélection remontant à 2017. Avec Le Sommer, les buts vont souvent de paires, en témoigne ses 14 doublés inscrits sous le maillot frappé du coq. A son actif, un triplé, mais aussi un quadruplé, inscrit face à la Bulgarie en 2013. Et seulement six buts sur penalty.

Habile des deux pieds (45 buts du droit, 15 du gauche), dotée d’une frappe puissante, la buteuse au mètre soixante-et-un a aussi su, au fil des années, démontrer son aisance dans le domaine aérien (20 buts). Et ce record ne fait finalement que s’ajouter à toute une liste d’exploits plus ou moins grands. Avec 10 titres de championne de France et 8 coupes de France, elle représente l’un des atouts les plus précieux de cet OL insatiable sur la scène nationale et européenne. Meilleure buteuse de l’Histoire du club Rhodanien (270 buts), où elle arrivée en 2010, elle avait atteint fin septembre 2019 la barre des 300 buts en club. Titanesque.

« Là où j’ai le plus progressé, c’est dans la prise de décision »

Un sens du but inné, fruit de beaucoup de travail et d’expérience accumulées, comme elle nous l’avait raconté au cours d’une interview début 2018 : « Là où j’ai le plus progressé, c’est par rapport à ma prise de décision : Vais-je frapper du gauche, du droit, ou est-ce que je frappe en force, est-ce que je fais un ballon piqué ? Le plus dur c’est de faire le bon choix au bon moment, et c’est ce que j’ai appris à Lyon en m’entraînant tous les jours avec les meilleures défenseures et les meilleures attaquantes ». La joueuse a aussi gagné en confiance au fil des ans, comme nous le rapportait aussi son entraîneur Patrice Lair : « Quand elle est arrivée à Lyon, elle s’exprimait à peine, et maintenant tu la vois et tu sens qu’elle est sûre d’elle, en interview elle montre une certaine maturité, une certaine prestance… Sa personnalité s’est développée en même temps que ses qualités de buteuse ! ». Assez pour devenir un pilier en club et en sélection. Elle est d’ailleurs vice-capitaine en Bleues, derrière sa partenaire Amandine Henry, qui vante de son côté « une joueuse complète ».

Une dernière saison moins prolifique et entachée par des blessures

La joie de Le Sommer (photo G. Bigot/FFF)
La joie de Le Sommer (photo G. Bigot/FFF)
Alors qu’on attendait que le record tombe depuis déjà quelques matches, fin octobre 2019, la sélectionneuse Corinne Diacre rappelait, au moment de comparer l’ancienne et la nouvelle recordwoman de buts en sélection : « Ce n’est pas tout à fait le même profil de joueuse. Marinette a évolué sur une période où l’équipe de France jouait moins de matches, on était beaucoup moins valorisées qu’aujourd’hui, on avait plus de difficulté à gagner des matches aussi ». Une façon de rendre hommage à son ancienne coéquipière et de souligner la performance réalisée alors, tandis que l’attaquante de l’OL, aux sept Ligues des champions, aura mis un peu plus de temps que Pichon à y arriver (172 sélections contre 112 pour l’ancienne joueuse des New Jersey Wildcats).

Une statistique qui s’explique, entre autres, par un placement plus excentré du but, couloir gauche, qui n’aura jamais autant fait parler que lors de la Coupe du monde organisée en France en 2019. Certainement sa plus grosse déception à ce stade de sa carrière. Eugénie Le Sommer aura eu beaucoup de mal à s’exprimer sur la pelouse lors du Mondial sur son sol, lors duquel elle rêvait tant d’emmener sa nation sur le toit du monde.


Avec seulement deux buts inscrits lors des phases de poule, et des prestations poussives à partir des huitièmes de finale, la joueuse aux plus de 162 000 abonnés sur Twitter n’aura pas réussi son défi. Une discussion poussée avec la sélectionneure Corinne Diacre avait même été nécessaire au retour des vacances pour aplanir les différends qui avaient surgi après l’élimination en quart par les Etats-Unis, la coach reprochant à son ailière de ne pas avoir suivi ses consignes.
De quoi finalement redynamiser la battante : un but face à l’Espagne pour le premier match post-Mondial, une sublime volée du gauche en octobre face à l’Islande en amical – avant une frappe du droit tout aussi belle. L’attaquante tricolore avait marqué pour le 3e match de suite face au Kazakhstan. Gênée par une blessure au mollet, elle avait dû faire une croix sur le rassemblement de novembre, où la France s’était baladée face à la Serbie (6-0) et où elle aurait pu déjà faire tomber le record. Sans parler de la pandémie de Covid-19, qui a privé les Bleues de match pendant 6 mois. Une broutille désormais pour Eugénie Le Sommer, enfin délivrée du poids de l’attente, et qui trône désormais tout en haut de la pyramide.

Eugénie LE SOMMER en chiffres

172 sélections (122 victoires, 29 nuls, 21 défaites)
82 buts

Ses performances
1 quadruplé
1 triplé
14 doublés
47 unités

Ses passeuses préférées
10 Elodie Thomis
8 Louisa Necib
7 Gaëtane Thiney
5 Camille Abily

Ses adversaires préférés
Bulgarie 5
Albanie 4
Mexique 4
Roumanie 4

Ses surfaces de frappes préférées
45 du droit
15 du gauche
20 de la tête
2 autres

Sa manière de marquer

67 sur une action de jeu
6 sur penalty
6 suite à des coups francs
3 suite à des corners

Son lieu de frappe
74 depuis dans la surface
8 hors de la surface

Sa répartition par quart d'heure
1-15 : 14
16-30 : 9
31-45 : 16
45+ : 1

46-60 : 14
61-75 : 15
76-90 : 11
90+ : 0

Sa répartition par saison sportive
2008-2009 : 2
2009-2010 : 5
2010-2011 : 2
2011-2012 : 8
2012-2013 : 11
2013-2014 : 7
2014-2015 : 12
2015-2016 : 6
2016-2017 : 8
2017-2018 : 7
2018-2019 : 8
2019-2020 : 4
2020-2021 : 2

Top 5 des buteuses en sélection

Eugénie Le Sommer (82)
Marinette Pichon (81)
Marie-Laure Delie (65)
Gaëtane Thiney (58)
Camille Abily (37)

Mardi 22 Septembre 2020
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :