Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Les réactions après FRANCE - PAYS-BAS : "C'est vraiment un groupe et le collectif qui a su revenir au score"

Retrouvez les réaction de Corinne Diacre, Valérie Gauvin, Solène Durand, Ouleye Sarr et Griedge Mbock



Corinne Diacre (entraîneure de la France) : "C'est vraiment un groupe et le collectif qui a su revenir au score"

« On ne peut jamais être contente d'encaisser des buts. Maintenant, on avait un sacré adversaire en face de nous. Il faut aussi relever la qualité de ce dernier. Effectivement, on a pris des buts : une erreur de marquage suite à un corner sur le premier, un penalty et une très belle action dans le jeu sur le dernier. Je retiens surtout le caractère que cette équipe de France a su mettre ce soir pour revenir au score. Déjà en fin de première période pour réduire le score et puis surtout pour égaliser en toute fin de rencontre. On n'a rien lâché et surtout sur cette rencontre, les joueuses entrantes ont apporté à cette équipe. Est-ce que je peux dire qu'elles nous ont apporté une plus-value ? En tout cas, ça a apporté un autre visage à notre équipe. Donc c'est très positif pour moi ».

Sur l'impact des joueuses qui sont rentrées : « Je suis satisfaite de l'ensemble du groupe. Toutes les filles qui sont entrées ont apporté quelque chose. On ne peut pas dire qu'il y en ait une qui ait plus fait qu'une autre sur ce match. C'est vraiment un groupe et le collectif qui a su revenir au score. Après, il faudra que je revoie le match et que je l'analyse, c'est une évidence. Mais à chaud comme ça, ce que je retiens surtout c'est ce groupe. Ce sont ces joueuses qui doivent apporter à l'équipe de France quand elles rentrent et c'est ce qu'elles ont fait ce soir. Il faut surtout saluer ce collectif aujourd'hui ».

Sur la position et le rôle de Katoto dans ce match : « Elle jouait milieu relayeuse derrière l'attaquante axiale tout simplement pour ne pas changer de système. Son rôle ce soir était de rester très proche de la zone de Spitse, ce qu'elle a très bien fait. Après, il y a eu aussi tous les déplacements des autres joueuses de l'équipe de France. Mais Marie-Antoinette avait un marquage spécifique sur Spitse qu'elle a très bien rempli puisque le jeu néerlandais passe en général quatre fois sur cinq par cette joueuse. On avait décidé de la mettre ainsi en phase défensive mais par contre de se détacher le plus vite possible de sa joueuse à la récupération du ballon, ce qui lui a profité sur 2-3 occasions où elle a pris l'espace devant elle. Après, elle n'a pas fait le choix de tirer. Elle est encore un peu trop altruiste. Elle aurait pu être sur certaines actions un peu plus égoïste et tenter sa chance de loin. Marie-Antoinette arrive dans le groupe, je pense qu'elle avait envie de très bien faire. Elle a bien fait, là-dessus il n'y a pas de problème. On l'avait testé à ce poste à l'entraînement et ça nous laisse des possibilités offensives ».

Sur le manque d'efficacité en première période et le discours à la pause : « Non, je ne leur aie pas remonté les bretelles très sincèrement. Défensivement, on était bien en place. C'est paradoxal car on avait encaissé deux buts mais ce qui nous a surtout manqué, c'était dans l'utilisation du ballon. On n'a pas du tout appliqué ce que l'on avait prévu et notamment les points sur lesquels on devait jouer pour contrecarrer les Pays-Bas, à savoir le jeu dans la profondeur et dans le dos des latérales adverses. On a donc rectifié le tir à la mi-temps et les filles qui sont rentrées l'ont mieux fait ».

Son bilan de ce premier Tournoi de France : « Déjà, on remporte cette première édition. Pour la FFF et pour mon président, c'était quelque chose d'important. Le tout dans des conditions particulières ce soir. Mais on peut se réjouir déjà que cette rencontre ait eu lieu. Pour nous, c'est un bilan positif avec deux victoires et un match nul face à une équipe néerlandaise qui a des résultats plus que probants ces dernières années. Après pour la suite de la compétition, je sais que la Fédération souhaite bien évidemment reconduire ce tournoi. Je sais aussi que le président souhaiterait que la compétition change de région. Est-ce que ce sera le cas ? Il est un petit peu tôt pour tirer des conclusions hâtives. Mais je pense que sur l'ensemble du tournoi, on peut aussi saluer l'organisation de la Fédération. En termes de spectateurs, mis à part ce soir bien évidemment, le public nordiste a encore répondu présent ».

Sur le contexte du match à huis clos : « Déjà le fait d'avoir pu jouer est une bonne chose. On savait qu'il n'y aurait pas de public mais que nos supporters étaient là malgré tout derrière leurs écrans. On avait à cœur de toute façon de faire un match sérieux. Car même si comme les deux premiers, c'est un amical, ça reste malgré tout un match international. L'objectif était que nous, l'équipe de France, mettions l'ambiance ce soir. On n'a pas su bien le faire en première période en étant cueilli à froid avec ces deux buts en 30 minutes. Mais malgré tout, je retiendrais cette seconde période où l'EdF a montré un tout autre visage avec beaucoup d'allant, d'envie, d'abnégation mais surtout beaucoup de courage pour ne rien lâcher jusqu'à la fin ».

Sur les trois buts encaissés dans le match : « Non, il n'y a pas de la déception, cela fait partie du jeu. On ne peut pas faire des clean-sheet à chaque match. On s'est fait surprendre sur un corner où l'on oublie le marquage au second poteau. On fait une faute dans la surface indiscutable consécutive à une touche où l'on manque certainement de concentration. Vous savez, c'était un match particulier. On a essayé justement d'enlever un peu cette atmosphère un peu pesante de nos têtes. On a fait des erreurs que l'on a payé cash mais aussi parce que cette équipe néerlandaise nous a poussé à la faute, il ne faut pas l'oublier. Après, je retiens surtout cette faculté d'être revenu au score avec cette réduction avant la pause qui nous donnait un ascendant psychologique en début de seconde période. Il y a cette égalisation aussi qu'on va chercher. Le seul petit regret que je pourrais avoir, c'est de ne pas être aller chercher ce troisième but avant les néerlandaises dans un temps fort pour nous. Et au final, on se fait encore avoir à l'issue de ce temps fort un peu comme un certain match du mois de juin dernier ».

Valérie Gauvin (attaquante de la France) : "C'était vraiment particulier"

Durand a signé sa première sélection (photo FFF.fr)
Durand a signé sa première sélection (photo FFF.fr)
« On a montré qu'on avait le potentiel pour ne pas lâcher, continuer à jouer et à pousser pour marquer. C'est ce que l'on a réussi à faire ce soir ».

Sur les difficultés de la France en première période et les deux buts encaissés : « Sur le penalty, on ne peut rien y faire. Sur le premier qu'on prend, il y a peut-être une petite faute d'inattention. Ça arrive et il faut qu'on essaye de gommer cela. Après, il nous manquait aussi un peu d'agressivité pour les embêter plus sur les relances. Mais on a quand même été bien en place dans la rencontre et on a réussi à revenir au score ».

Sur l'importance de son but avant la pause : « Je suis contente d'avoir pu suivre le ballon qu'elle a mis en retrait. Pour l'équipe, c'est vrai que c'est bien de se remettre dans le positif avant la pause. On est ressorties avec l'envie de cravacher pour marquer encore et c'est qu'on a réussi à faire ».

Sur le contexte du match à huis clos : « C'est particulier à vivre. Déjà quand on rentre sur la pelouse, il n'y a pas de bruit. Après, on se concentre sur le jeu. On sait que le plus important, c'est ce qui se passe sur le terrain. Les supporters étaient quand même là derrière leur télévision. Mais c'était vraiment particulier ».

Sur la célébration et la remise du trophée après la rencontre : « Ça reste un trophée et une victoire. C'est un tournoi de gagné donc il faut profiter et prendre ce que l'on a pu faire sur le tournoi, les bonnes choses notamment, pour les recommencer sur les prochains matchs et rectifier ce qui n'a pas trop marché ».

Solène Durand (gardienne de la France) : "Si on m'avait dit il y a dix ans (...) je n'y aurais jamais cru"

« Sur ce match, c'était un contexte différent de d'habitude. Mais j'espère que tout le monde nous a suivi derrière sa télévision et on s'adapte comme on peut. C'est vrai que c'était une rencontre un peu particulière. Pour moi aussi vu que c'était ma première. Donc match un peu bizarre mais on prend ce que l'on a à prendre ».

Sur l'importance de la rencontre et la motivation : « Non ce n'est pas comme un match d'entraînement loin de là. Ça reste une rencontre internationale avec une belle équipe en face de nous aussi. C'était très compliqué. On s'était fixées des objectifs au début donc c'était à nous aussi de les atteindre. On ne voulait pas perdre dans cette compétition et gagner les trois matchs. Ce soir, on est revenues au score donc on était contentes. Mais on travaille pour les objectifs à venir avec la qualification pour l'Euro et on va tout faire pour les remplir en faisant des bonnes prestations ».

Sur sa première sélection en équipe de France A : « Je remercie le staff de m'avoir laissé ma chance. On en a discuté un peu entre nous et je savais que ça allait arriver un jour. Je ne savais pas quand et c'est vrai que ça fait plaisir. Un peu dommage que ce soit un match à huis clos. Mais en tout cas, si on m'avait dit il y a dix ans que j'allais faire une rencontre avec l'équipe de France A contre les championnes d'Europe et vice-championnes du monde en titre, je n'y aurais jamais cru. Donc je prends ce que j'ai à prendre.

Sur le turnover de l'effectif durant le tournoi : « Ce tournoi a permis de faire jouer toutes les filles et c'est une bonne chose pour tout le monde d'avoir un peu de temps de jeu pour la suite, pour savoir que l'on est vraiment un groupe et que l'on travaille toutes dans le même objectif. On aura besoin de tout le monde pour se qualifier pour l'Euro et pour aller loin dans la compétition. Et on a encore montré aujourd'hui que, même si l'on fait tourner à chaque match, on arrive toujours à obtenir de bons résultats. Donc c'est le plus important ».

Sur le contexte du match à huis clos : « Les repères restent les mêmes. Le terrain fait la même dimension donc il n'y a pas de soucis par rapport à cela. C'est plus par rapport à la communication où l'on s'entend beaucoup plus que d'habitude. Quand les supporters sont là, c'est moins le cas. Mais après c'est un peu plus compliqué car il nous manque ce douzième homme ou douzième femme. On n'a pas cette douzième personne qui nous pousse. On s'était dit qu'il fallait le faire pour eux, ils nous supportent depuis le début. Donc c'était aussi une façon pour nous de les remercier avec le match de ce soir ».

Sur la remise du trophée malgré le huis clos : « Oui, c'était un peu bizarre. On en avait rigolé entre nous car c'est vrai que c'est un peu particulier. On avait la chance de soulever ce trophée et au final c'est un peu bizarre de le soulever devant personne. Mais bon, on espère soulever un jour un titre avec du monde. Ça voudra dire que c'est bonne chose pour nous ».

Ouleymata Sarr (attaquante de la France) : "J'espère que cela m'a permis de marquer des points"

« C'était une rencontre assez particulière sans spectateurs. Mais on a su être sérieuses et se mettre directement dedans, ce qui n'est pas facile. Après, on a fait une bonne deuxième période où l'on est bien revenues. On a su marquer avant la pause, ce qui nous a beaucoup aidé en seconde. On n'a rien lâché et on a égalisé au mental. C'est une bonne chose pour l'équipe, on est très contentes ».

Sur le contexte du match à huis clos : « C'est assez spécial. C'était la première fois pour moi, je n'avais jamais vécu cela. C'est particulier mais on a su faire abstraction. On a pris la rencontre par le bon bout donc c'est positif ».

Sur son but en fin de rencontre : « J'espère que cela m'a permis de marquer des points. Après, c'est la sélectionneuse qui fera ses choix. Je suis très contente d'avoir pu aider l'équipe et on a su obtenir ce match nul important pour nous (...) On poussait beaucoup déjà depuis le début de la seconde période. Il y a un centre venant de la gauche de Sakina où j'ai essayé mais j'étais assez courte. J'ai suivi le ballon sur le deuxième et je me suis jeté. J'en suis très heureuse ».

Griedge M'Bock (défenseure de la France) : "On a montré une belle force de caractère"

Mbock a inscrit un penalty (photo FFF)
Mbock a inscrit un penalty (photo FFF)
« C'est un match que l'on a dû préparer autrement car on savait qu'il n'y aurait pas de supporters. Donc fallait trouver la motivation entre nous. On l'a préparé comme il le fallait. Ça a été une rencontre compliquée. Mais ce sont les matchs que l'on aime car il a fallu aller chercher cette égalisation au mental. Malgré le fait qu'on n'ait pas gagné cette rencontre, ce qui était notre objectif principal, on a montré du caractère. Je pense qu'on va pouvoir s'en servir pour la suite ».

Sur le niveau des Pays-Bas : « Oui, c'était un des matchs les plus relevés que l'on ait joué depuis la Coupe du monde. On savait qu'on faisait face aux vice-championnes du monde et championnes d'Europe en titre. C'est une équipe qui était vraiment très solides avec de bons atouts offensivement. Elles ont joué sur leurs qualités. Nous, on a essayé de rectifier des choses qui n'allaient pas forcément en première période. On a fait derrière un second acte plein et on aurait même pu je pense aller chercher la victoire. On a montré une belle force de caractère, c'est le plus important ».

Sur son sentiment après avoir remporté le Tournoi de France : « Ça reste un tournoi amical. C'est bien d'avoir gagné pour la confiance et préparer la suite. Après, c'est sûr que ça ne peut pas remplacer une Coupe du monde ou un titre officiel. On va pouvoir s'appuyer là-dessus pour préparer l'avenir et c'est ce qui importe maintenant ».

Mercredi 11 Mars 2020
Daniel Marques

Dans la même rubrique :