Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Olivier ECHOUAFNI : "Si elles veulent connaître le succès, cela passe aussi par des détails"

Avant d'affronter le Brésil, le nouvel sélectionneur a effectué son premier point presse à Clairefontaine. Retour sur les principaux points abordés.



Olivier Echouafni, à droite, aux côtés de Bruno Valencony, en charge des gardiennes et de son adjointe Cécile Locatelli, à gauche (photo Antonio Mesa/FFF.fr)
Olivier Echouafni, à droite, aux côtés de Bruno Valencony, en charge des gardiennes et de son adjointe Cécile Locatelli, à gauche (photo Antonio Mesa/FFF.fr)
Après avoir remercié son prédécesseur et la confiance que lui a alloué le Président de la FFF, Olivier Echouafni a évoqué son arrivée et sa découverte de la sélection nationale féminine. Nommé il y a quelques jours, il s'était attaché à s'imprégner de cette équipe visionnant ces dernières rencontres et prenant aussi connaissance du groupe depuis mardi midi. Alors que se profile deux premiers rendez-vous, il évoque son apport, les objectifs et le travail à effectuer.

"Leur donner cette agressivité qui, par moment, peut leur manquer"

>> La "patte" d'Echouafni
Laissez-moi d’abord le temps de découvrir au niveau de leurs attitudes, au niveau de l’état d’esprit. Moi, je suis capable d’être dur mais je peux être proche aussi. Mais j’ai des valeurs, j’ai été éduqué avec beaucoup…. Je pense avoir eu une très bonne éducation, j’aimerais aussi leur faire passer ce message. Après, vous savez, sur un terrain, j’ai toujours été quelqu’un qui avait du caractère. Aujourd’hui, j’aimerais aussi leur donner cette agressivité qui, par moment, peut leur manquer. Si elles veulent durer et connaître le succès en sélection, ça passe aussi par des détails, le travail et des petits éléments qui vont permettre de les atteindre.

>> L'objectif des deux matchs face au Brésil et l'Albanie
Je les vois aux entraînements, je vais avoir la chance de les voir en compétition, voir comment elles se préparent, se motivent aussi et réellement voir les attitudes face à une première équipe qui sera le Brésil, très belle affiche. C’est une chance pour moi de commencer avec ce match-là, devant près 20 000 personnes au stade. Sur le terrain, la motivation vient d’elle-même. Ensuite, il y aura le deuxième match contre l’Albanie. Je vais avoir deux matches qui vont me permettre de prendre du recul par rapport à ça et de voir les attitudes. Il n’y a pas d’objectifs précis en soi. Elles ont les cartes en main, à elles de les garder aussi. En sachant que dans cette sélection, des choix ont été faits, il y a eu des absences pour raisons personnelles ou des problèmes médicaux.

"Elles défendent une seule couleur"

>> Les axes d'amélioration
La première chose, c’est de récréer une cohésion de groupe. Il faut que les filles comprennent bien que quand elles viennent aux différents rassemblements, elles défendent une seule couleur. Moi, j’en suis le garant. Se dire vous êtes ici et non plus en club. Vous devez être exigeantes envers vous dans le travail au quotidien et, oui, il y a des petits détails à améliorer : du point de vue offensif certes. Mais a contrario, défensivement, on a quand même de bonnes bases. On va essayer de progresser.

>> Le retour de Thiney
Ce choix me paraît simple. Je ne suis pas là pour vous parler de ce qui aurait pu se passer dans les mois ou les années antérieurs. L’idée, c’est qu’on repart sur une feuille blanche. Mes choix et mes critères seront jugés sur la performance, point. Je n’ai pas d’autres éléments à communiquer. Pour Gaëtane comme pour d’autre, ce sera le terrain qui donnera les éléments. Après, juste par rapport à Gaëtane, quand vous avez une joueuse qui a remporté deux fois le titre de meilleure joueuse du Championnat, je pense qu’elle doit avoir certainement des qualités.

U20 : "La priorité, c'est leur Coupe du Monde"

>> L'arrivée des U20
On va faire par étape. Déjà on donne priorité à ces U20, elles ont une Coupe du Monde à préparer, il n’y en a aucune dans la liste. elles vont évoluer, grandir, prendre de l’expérience. Les grandes compétitions doivent être un atout, elles ont des qualités, de la spontanéité, de la jeunesse, de la fraîcheur, elles seront amenées, certes, à me rejoindre à un moment donné mais pour l’instant la priorité c’est leur Coupe du Monde. Dans un second temps, en fonction de leurs performances tout au long de la saison, elles seront amenées à être avec moi.

Propos recueillis par C.G.

LES PREMIERS MOTS DU SELECTIONNEUR AUX JOUEUSES


Jeudi 15 Septembre 2016
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :