Footofeminin.fr : le football au féminin

#WEURO2017 - Réactions après FRANCE - ISLANDE : "On est entré dans leur jeu en première mi-temps"

Retrouvez les réactions d'après-match du sélectionneur, d'Amandine Henry, de Wendie Renard, d'Eugénie Le Sommer, de Jessica Houara d'Hommeaux et Clarisse Le Bihan



Olivier Echouafni (sélectionneur)
Ce sont celles qui sont le plus dur à obtenir, ce sont les meilleures aussi. Cela démontre dans ce championnat d'Europe qu'il va falloir élever son niveau de jeu. Quand on voit les équipes qui ont débuté, on s'aperçoit que c'est très accroché lors de ce premier match, qu'il y a de la tension, de la pression et qu'il faut libérer tout ça. C'est ce qui s'est passé ce soir notamment en première mi-temps où on est rentré un peu trop dans le jeu des Islandaises. On a su quand même faire le dos rond et obtenir cette victoire qui va nous faire beaucoup de bien.
La grande ligne a été d'être patient, serein. On a su finalement aller chercher ce résultat et ce but. Cette équipe, je pense qu'elle ne se rend pas compte de la qualité qu'elle a et des ressources qu'elle a. Quelques années en arrière, ces matchs-là, l'équipe de France les aurait perdu. On a rencontré une grande équipe islandaise qui a joué avec ces atouts, mais malgré tout on a réussi à gagner.
L'Autriche ? Cette équipe autrichienne a été surprenante face à la Suisse. On vient de remporter notre premier match et dès le deuxième match il y aura peut-être une confrontation directe pour remporter cette première place. On va avoir le même profil d'équipe que l'Islande, un jeu axé sur l'aspect athlétique, physique et beaucoup de générosité, de confiance avec leur victoire face à la Suisse.

Amandine Henry
Une victoire compliquée, on marque en fin de match mais la victoire est là. Ce n'est pas facile de rentrer dans une compétition, il y a la pression. Mais on n'a pas perdu patience, et on a été récompensées.
Sur le penalty ? Je suis un peu accrochée et forcément dans la surface il y a un peu de vice aussi. Je pense qu'il y a faute. C'est bien pour nous. Je pense que sur la globalité du match, on a pris pas mal de coup.

Wendie Renard

Difficile, je pense que l'on est entré un peu trop dans le jeu des Islandaises, à vouloir balancer. On avait vu dans la vidéo qu'elles mettaient beaucoup d'impact, elles jouaient avec leurs armes, on est entré dans leur jeu. En deuxième mi-temps, le coach a remis les choses en place. On s'est aussi reboosté entre nous, pour garder beaucoup de calme, et reprendre de la sérénité. Quand on a posé le ballon, on a vu qu'il n'y avait pas photo. C'était long, contre une très bonne équipe. Les matchs sont difficiles, le premier est difficile, la victoire est encore plus belle comme cela et j'espère qu'elle va nous lancer dans cette compétition.

Eugénie Le Sommer
Elles ont très bien défendu. Nous nous attendions à cela. C'est une équipe qui joue avec ses valeurs. Elles ont tout donné. On a poussé et on a été récompensées. Tout le monde nous voit déjà qualifiées, mais on sait que ça va être difficile. Il faut en passer par là.
Sur le penalty ? Je fais partie des trois joueuses désignées, j'avais envie de le tirer, j'ai pris le ballon. J'ai marqué, mais c'est la victoire de toute l'équipe. On a rien lâché, on a poussé et on a été récompensées par ce penalty. Il faut se servir de ça pour les prochains matchs.

Jessica Houara d'Hommeaux
Les victoires les plus difficiles sont généralement les plus belles. On a vu que tous les premiers matches de cet Euro ont été très serrés, avec parfois des surprises. On s'attendait à un match très difficile. Face à une équipe d'Islande très accrocheuse qui mettait beaucoup de coups. Dans la seconde période, on a su poser le ballon et on a été récompensé par un but en fin de match. Le plus important est là, c'était la victoire. Le premier match est très important.

Clarisse Le Bihan
La blessure ? Il y a une joueuse islandaise qui m'a marché sur le pied, il y a une cheville qui est partie. On a vu avec le médecin, on a préféré ne pas prendre de risque.
C'est une superbe belle histoire, je n'étais pas dans le groupe au départ. Je ne faisais pas partie du groupe et je démarre. Je prends ça comme du bonus, je profite à fond. Je me sens bien, j'ai travaillé dur toute la fin de saison. Je suis contente que ça me sourit. Je vais continuer.

Propos recueillis sur France 2 et Eurosport 2

Jeudi 20 Juillet 2017
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :