Footofeminin.fr : le football au féminin

Wendie Renard : « Je n'ai pas peur »

La nouvelle entrante dans le groupe des Bleues va participer à son premier tournoi de Chypre avec les A. Si la Martiniquaise est, avant tout, là pour « apprendre », elle veut faire partie de cette sélection à « long terme ». Elle n'est pas intimidée à l'idée de relever ce "nouveau challenge".



Wendie Renard avec le maillot U19 en 2008 (photo : S. Duret)
Wendie Renard avec le maillot U19 en 2008 (photo : S. Duret)
Wendie, comment se sont passés vos premiers jours en Bleues ?
Très bien. Mon intégration s'est bien déroulée car je connais la plupart des filles en sélection, ça a donc été plus facile pour moi.

On dit souvent de l'équipe de France féminine que le groupe vit bien, c'est vrai ?
Je viens d'arriver je ne peux pas encore juger mais le groupe a l'air de bien s'entendre. Comme on dit, je suis en train de rentrer dans l'ambiance.

Vous vous attendiez à être sélectionnée ?
Quand la liste est sortie, je n'étais pas vraiment surprise car le sélectionneur me l'avait déjà dit lors du match contre le PSG à Gerland. Et le lendemain mon coach à Lyon (ndlr : Patrice Lair) me l'a redit devant tout le groupe. J'étais vraiment heureuse car ça fait deux ans que je bosse dur pour ça. Aujourd'hui, j'y suis et je suis très contente.

Quel est l'objectif
De bien se préparer pour la Coupe du monde, il y a encore beaucoup d'automatismes à trouver.

« C'est bien beau de faire partie de cette liste mais... »

(photo : Van Gol)
(photo : Van Gol)
Vous allez aussi croiser pas mal d'équipes qui seront au mondial en juin prochain.
Il y aura beaucoup d'observations mais on doit se concentrer sur nous même. Il faut peaufiner les automatismes pour arriver en force lors des prochaines échéances.

La France peut-elle s'imposer ?
Ce serait bien de remporter ce tournoi pour engranger de la confiance lors des prochaines échéances même si on sait très bien que ça ne va pas être facile. On y va en étant motivées, on est des compétitrices et à partir de là on va à Chypre pour remporter quelque chose.

Ce tournoi, c'est aussi l'occasion de montrer vos qualités au sélectionneur ?
Oui, même s'il les connait déjà car ça fait un moment qu'il me suit. C'est un bonus, un plus, surtout au niveau de l'expérience pour apprendre des autres et voir comment ça se passe. Car même si j'ai fait des sélections avec les jeunes, les A ce n'est vraiment pas pareil. Ce stage sera l'occasion d'apprendre et de prendre des choses positives.

Chypre sera décisif pour faire partie du groupe qui ira en Allemagne en juin prochain ?
Oui, la phase finale de la Coupe du monde se rapproche et tout est bon à prendre. Je ferais tout pour y être et montrer mes qualités, si j'ai l'occasion de jouer.

Quel est votre objectif personnel lors de ce tournoi ?
J'aimerai faire ma première sélection. Malgré tout, le plus dur commence, c'est bien beau de faire partie de cette liste mais maintenant il faut aller chercher encore plus loin, c'est à dire trouver sa place de titulaire dans ce groupe, ce qui n'est pas facile. C'est un nouveau challenge pour moi, je n'ai pas peur. Je donnerais tout comme d'habitude car je joue toujours à fond. Mon objectif, c'est de faire partie de cette sélection à long terme.

« J'ai bossé très dur pour avoir cette sélection »

Bruno Bini a déclaré qu'il fallait faire la différence entre une très bonne joueuse de D1 et une internationale. Vous vous classez dans quelle catégorie ?
Je ne peux pas trop me juger car je n'ai pas fait de matches avec l'Equipe de France A même si j'ai joué des matches de Coupe d'Europe. Je peux dire que je connais un peu le haut niveau même si ça reste différent de l'équipe de France. Je laisse le sélectionneur décider.

Vous êtes d'une régularité incroyable puisqu'à 20 ans vous totalisez, déjà, près de 70 matches de D1
C'est ma cinquième année avec Lyon, ça fait quatre fois que je suis championne de France, j'ai été finaliste de la Coupe d'Europe l'année dernière et demi-finaliste l'année d'avant. Je commence à prendre goût et avoir des matches dans les jambes, c'est bien pour moi. Mais, encore une fois, j'ai bossé très dur pour avoir cette sélection. Ça ne veut pas dire que je vais arrêter de travailler, mais maintenant le plus dur commence, l'avenir est devant moi.

Participer à la Coupe du monde en Allemagne, ça vous ferait quoi ?
Ce serait énorme, j'ai fait la Coupe du monde avec les U20 au Chili mais ce n'est pas pareil. Les 20 ans, c'était extraordinaire malgré la déception, on avait vécu de bons moments. Avec les A, on va voir les stars des autres équipes dont l'Allemagne. Ce serait du bonus, de l'expérience à prendre. Je vais bosser très dur pour faire partie de cette liste.

Recueillis par Thibault Simonnet pour footofeminin.fr

Wendie Renard : « Je n'ai pas peur »
WENDIE RENARD
Née le 20 juillet 1990 à Schoelcher (Martinique)
1m85 - 70 kg
Défenseure
Internationale U20 (7 sélections)
Internationale U19 (18 sélections)

Parcours
Essor Prechotin (Martinique) (1997-2005), RC Le Lorrain (Martinique) (2005-2006), Olympique Lyonnais (depuis 2006)

LA FICHE

Mardi 1 Mars 2011
Thibault Simonnet


1.Posté par Gilbert Voisin le 01/03/2011 18:49
Facebook
Allez Wendie!!!! Tous les supporters de l'OL sont avec toi et avec les BLEUES!!!!!!!


Dans la même rubrique :