Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Ces pionnières du Parc des Princes....en 1973

Pour la seconde fois de son histoire, l'équipe de France féminine évoluera au Parc des Princes, 45 ans et demi, après les pionnières de 1973 face à l'Irlande.



L'équipe de France en 1973 au Parc des Princes (photo archive FFF)
L'équipe de France en 1973 au Parc des Princes (photo archive FFF)
Debout de gauche à droite : Marie-Bernadette Thomas, Dominique Dewulf, Nicole Carrié, Marie-Louise Butzig, Nicole Mangas, Annie Bataille, Arlette Bihler
Accroupies : Armelle Binard, Betty Goret, Régine Pourveux, Michèle Bariset, Michèle Wolf, Dominique Tedeschi, Nicole Revet

1973, l'équipe de France féminine existe depuis moins de trois ans officiellement, et une opportunité unique s'offre aux Tricolores le 10 octobre 1973. Alors que l'on dénombre 5 518 joueuses en France, 14 d'entre elles se voient ouvrir les portes du Parc des Princes pour une rencontre face à l'Irlande.

Au sein de la FFF, une commission centrale a été créée pour le développement du football féminin, des championnats régionaux s'organisent mais le championnat de France n'a pas encore vu le jour alors que Reims, Rouen ou encore Vendenheim sont les fers de lance. L'UEFA reconnait tout juste de son côté la pratique féminine alors qu'en Italie, au Danemark, en Angleterre ou encore au Mexique, la pratique se développe mais n'est pas reconnue.

Une équipe de télévision en reportage

Cette rencontre proposée en lever de rideau de l'équipe de France Espoir face à l'Italie revêt un caractère plus que symbolique. C'est l'occasion de montrer et de convaincre le public. Une équipe de télévision de l'O.R.T.F. suivra même les joueuses dès leur rassemblement à 15 h et jusqu'à l'après-match.

Pour cette première, l'accueil du public est sympathique. Les curieux présents pour y assister ne s'attendaient probablement pas à une telle exhibition. Dans France Football, Jean-Paul Oudot décrivait : "Les spectateurs ont transformé leurs quolibets d’usage en rumeurs flatteurs (...) Les tirs ne sont guère puissants, les contacts rares, le rythme constant et soutenu. Mais toutes les footballeuses... ont des gestes de... footballeurs et c'est bien là l'essentiel. Sur le plan tactique, elles n'ont rien, non plus, à envier aux hommes.

Gérard Albouy écrivait pour sa part dans Le Monde : "Il semble que le football féminin ait trouvé sa voie, celle d'un jeu agréable à l'œil, où les contacts sont évités au maximum, les actions collectives décomposées et simplifiées, même si l'exécution n'est pas toujours égale à l'inspiration. Ce ne fut pourtant pas le cas pour les quatre buts magnifiques réussis par les " footballeuses" françaises, qui firent preuve en ces occasions d'une intelligence de jeu, d'un sang-froid et d'une précision que pourraient leur envier bien des footballeurs."

"Cette victoire de Paris ouvre des perspectives d'avenir"

Les joueuses surnommées les "suffragettes du Mouvement de Libération du Football Féminin" ne sont pas là pour tirer la moindre gloire de la victoire 4-0 face à l'Irlande mais celle d'avoir une reconnaissance. Armelle Binard, Michèle Wolf et Dominique Dewulf, auteure d'un doublé, sont les buteuses de cette soirée mémorable.

Michèle Monnier, responsable technique de la sélection, déclarait à l'issue de la rencontre : "Ce match était important pour nous. Nous jouions notre avenir car si la partie avait été médiocre et si nos filles avaient perdu, il est à peu près certain que le football féminin aurait été considéré pour longtemps comme un parent pauvre. Cette victoire de Paris ouvre des perspectives d'avenir pour la conclusion d'autres rencontres. Ce dont rêvent nos filles c'est de pouvoir, un jour, préparer sérieusement leurs matchs internationaux ce qui n'a jamais été le cas, pas même la semaine dernière".

Il faudra attendre presque 36 ans pour revoir un match féminin au Parc des Princes, le 18 octobre 2009 entre le PSG et Juvisy. Puis encore quelques années avec la Ligue des Champions. Quarante-cinq ans plus tard, c'est l'Equipe de France qui sera de retour au Parc des Princes dans un match qui sera aussi un tournant. Un match d'ouverture d'une Coupe du Monde féminine organisée en France et devant un public record pour la sélection française en France puisque ce seront 48 800 spectateurs qui garniront l'enceinte du PSG.

Mercredi 10 octobre 1973
FRANCE - IRLANDE : 4-0 (1-0)
Paris (Parc des Princes)
Lever de rideau de France - Italie Espoirs (9 000 spectateurs)
2 périodes de 35 minutes
Buts : Armelle Binard 4', Michèle Wolf 46', Dominique Dewulf 49', 51'

France : Marie-Louise Butzig (Reims) ; Régine Pourveux (Reims), Nicole Carrié (Rouen), Nicolas Mangas (Reims), Marie-Bernadette Thomas (Reims) ; Annie Bataille (Rouen), Dominique Dewulf (Reims) ; Armelle Binard (Rouen), Michèle Wolf (cap.) (Strasbourg), Arlette Bihler (Strasbourg), Michèle Bariset (Strasbourg). Entr.: Michèle Monnier
Banc : Betty Goret (Reims), Dominique Tedeschi (Bergerac), Nicole Revet (Rouen)


Jeudi 6 Juin 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :