Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Corinne DIACRE : "Il faut imaginer un plan B"

A la veille de France - Brésil, Corinne Diacre s'est exprimée à l'Allianz Riviera sur la rencontre face au Brésil. Elle évoque notamment les blessures et absences, et les différents cas de figure à envisager à sept mois du Mondial.



Corinne Diacre lors de la conférence à Nice
Corinne Diacre lors de la conférence à Nice
Qu'attendez-vous de votre équipe, demain, face au Brésil, pour ce dernier match avant 2019 ?

On est encore en 2018, chaque chose en son temps. J'attends une équipe sérieuse, qu'on performe, qu'on gagne le match, parce que c'est important pour la confiance, et qu'on produise du jeu. J'aimerais aussi qu'on augmente notre ration nombre d'occasions - buts marqués.

Allez-vous mettre de nouvelles choses en place ? On sait que vous changez souvent de système de jeu.

Il n'y aura rien de nouveau, je ne vais rien inventer. Je sais où je vais. Il faut avoir plusieurs cordes à son arc. La Coupe du Monde se joue sur des détails, donc il faut qu'on travaille sur plusieurs choses, différents systèmes offensifs. Mais les filles ont de l'expérience. Même les plus jeunes en ont avec les sélections de jeunes que n'ont pas connues les anciennes.

Vous avez déclaré "aimer voir votre équipe menée au score" ?
J'aimerai voir comment mon équipe va réagir si elle est menée au score. Si on est mené 1-0 à la 85e minute, j'espère que j'aurai réagi avant mais si les trois changemenst sont faits, je veux mettre mes joueuses en difficulté à l'entrainement et travailler. On doit réfléchir sur ce qu'on doit mettre place pour arriver à réagir.

(Katoto) "Je la trouve épanouie"

Vous affrontez le Brésil, une équipe réputée. A sept mois du Mondial, ça peut vous permettre de faire des ajustements dans les mois qui vont venir ?

On a affronté le Mexique, en septembre, qui est quarantième. C'est aussi un match international. Il faut être sérieuses, il n'y a pas de petites équipes, les vingt premières du classement FIFA se tiennent. Cette rencontre face au Brésil a été décalée. Ce sera intéressant, parce que c'est une nation du foot, mais on est devant au classement. On veut garder notre suprématie, même si ça ne fait pas le résultat.

Dans le groupe, certaines joueuses, comme Delphine Cascarino, ont été convoquées en remplacement des blessées, telle Eugénie Le Sommer. Auront-elles du temps de jeu ?

On est loin de la Coupe du Monde. Il y a une certaine ossature. Mais est-ce que la liste d'aujourd'hui sera celle du Mondial ? Je ne peux pas le dire. Ca dépend de pleins de choses. Il y a le championnat, la Ligue des Champions, la Coupe de France. Je vous donne un scoop, Eugénie Le Sommer sera à la Coupe du Monde (sourires). Elle est très rarement blessée, mais si elle l'est, il faut imaginer un plan B.

Vous avez retenu Marie-Antoinette Katoto, pour la première fois. Est-ce que vous voulez lui donner sa chance ?

Je sélectionne, je fais des choix. Elle a raté sa Coupe du Monde U20, mais, comme je lui ai dit, ça fait partie du passé. Elle n'a aucun statut, ni elle, ni personne. Elle a tout à prouver. Mais ce n'est pas un cadeau. Il faut regarder de l'avant. Elle avait un statut en U20, mais l'équipe de France A a gagné sans elle, a marqué sans elle. Elle n'a aucune pression. Je la trouve épanouie, heureuse d'être là.

(Henry) "C'est important de l'avoir dans le groupe"

Dans quel état de forme est Amandine Henry ? A-t-elle 90 minutes dans les jambes ?

Non, mais elle va débuter. Elle a été arrêtée 15-20 jours. Elle a fait du vélo et a repris avec son club. C'est important de l'avoir dans le groupe, d'autant que d'autres joueuses seront à même de pallier si elle a une défaillance.

Un mot sur votre venue à Nice, où vous allez jouer pendant le prochain grand évènement.

On profite de faire la promotion des stades qui vont accueillir l'épreuve. On les a quasiment tous vus. C'est important de fouler cette pelouse. En tout cas, il y a 10-11 000 billets déjà vendus, c'est pas mal.

Samedi 10 Novembre 2018
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :