Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Corinne DIACRE : « Je sais qu'on n'est vraiment pas à 100% »

La sélectionneuse est revenue en conférence de presse sur la victoire tricolore, les difficultés, la pression...



Corinne Diacre (photo Frédérique Grando/FOF)
Corinne Diacre (photo Frédérique Grando/FOF)
Est-ce un match fondateur pour la suite ?
Les matches se suivent et ne se ressemblent pas vous savez. Ce soir on a fait ce qu'il fallait, ce n'était pas facile, on est tombé sur une équipe brésilienne très performante, ils nous ont donné du fil à retordre, mais c'est bien, ce soir même si c'est après les prolongations on est allé chercher une belle qualification.

Que pensez-vous des changements dans le onze de départ ?
Déjà on va regarder le match Espagne - Etats-Unis et ensuite on verra. C'est mes choix donc je les ai trouvé bons (sourire), de toute façon à partir du moment où on gagne j'ai toujours raison (rires).

Votre avis sur cette première période ?
C'était une première période difficile, j'avais un groupe très tendu. On n'a pas aligné trois passes, c'est ce que je leur ai dit à la mi-temps. Je leur ai demandé de se libérer, de jouer tout simplement, de prendre du plaisir à jouer parce qu'elles se mettaient une telle pression qu'on en oubliait complètement les fondamentaux. En face on avait aussi une très belle équipe, donc je leur ai demandé d'être un peu plus patientes, de conserver un peu plus le ballon, de prendre le temps, et puis aussi d'être plus efficaces puisqu'en première période on a eu des situations. Il fallait plus de maîtrise, ce qu'on a eu en deuxième période.

Un mot sur le but d'Amandine Henry ?
J'étais ravie (sourire). Que voulez-vous que je vous dise, on a gagné, on n'a pas encore notre objectif, mais on a franchi une étape. Je préfère rester mesurée, sachant qu'il restait du temps. On aurait pu s'en prendre un puis derrière aller aux tirs au but. Il faut que je fasse preuve de mesure, je pense que là je suis bien armée. Il y a de la satisfaction, même si ça ne se voit pas, intérieurement je peux vous le dire : je suis satisfaite. Je ne suis pas soulagée, je n'étais pas inquiète. Il ne faut pas croire que marquer des buts c'est simple, qu'on va gagner les matches facilement tout le temps, on a des adversaire, il ne faut jamais leur manquer de respect.

Et sur l'équipe ?
Les filles ont été bien ce soir, elles sont allées chercher cette qualification, je me dois de rester mesurée et de penser à la suite. C'était un match difficile. On était loin les unes des autres défensivement, maintenant on n'était pas au mieux ce soir. Je ne peux pas dire que je reconnais mon équipe ce soir, mais on a fait ce qu'il fallait d'un point de vue défensif, collectif, on a réussi à aller chercher cette qualification.

Quel bilan faites-vous du système en 4 4 2 choisi ?
Difficile d'analyser ce match à chaud avec les prolongations et les rebondissements, je préfère revoir le match. Ceci dit je pourrais continuer avec ce système par la suite, je sais qu'on peut le faire, j'ai les joueuses pour jouer dans ce système, maintenant il faut savoir aussi s'adapter à notre adversaire, tout va dépendre de notre prochain adversaire. On va être attentifs, ensuite j'essaierai de prendre les bonnes décisions.

Pensez-vous que les joueuses ont eu du mal assimilé les changements dans le onze ?
Passer d'un 4-2-3-1 à un 4-4-2, je ne vois pas où est la difficulté... Les filles ont l'habitude de changer de système en club, on a déjà travaillé tout ça. Pour moi c'est à mettre sur de la pression, sur l'enjeu, on est à domicile et on nous le repète tout le temps. On a une pression à laquelle il faut faire face. A partir du moment où on a rétabli certaines chose en seconde période, sans changer de système pour autant, l'équipe a été plus efficace, donc nous il n'y a pas de soucis de ce côté-là.

La pression a-t elle joué ?
Aujourd'hui on est en quart, plus en huitième, on sait que la pression est sur nos épaules, mais faut avoir été sportif pour le savoir. Jouer devant un public aussi nombreux, même chez soi, ce n'est pas toujours aussi évident, on peut accorder aux joueuses d'avoir de la pression, et de moins jouer sur leurs valeurs par rapport à d'habitude. Je sais qu'on n'est vraiment pas à 100%, maintenant l'objectif c'est d'y arriver sur les prochains matches. On y travaille. Le problème c'est que le collectif ne s'y retrouve pas, parce que j'ai des joueuses qui sont en deçà de leur potentiel.

Un mot sur la chaleur ?
Effectivement il a fait chaud ce soir, les organismes n'étaient pas habitués à ce temps très lourd. Pour vendredi on va voir comment ça se passe cette semaine, déjà on va bien récupérer, et après au niveau des entraînements, on va surtout faire de l'analyse vidéo, aujourd'hui on en est plus là.

Lundi 24 Juin 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :