Footofeminin.fr : le football au féminin

#Bleues - Corinne DIACRE : "On n'a pas le droit à l'erreur"

Au lendemain d'une deuxième victoire face à l'Espagne, Corinne Diacre était présente ce mardi pour le lancement de la Coupe du Monde 2019. La sélectionneure des Bleues évoque ce grand rendez-vous et revient sur son premier stage à la tête des Bleues.



Corinne Diacre a terminé son premier stage par deux victoires
Corinne Diacre a terminé son premier stage par deux victoires
Accueillir la Coupe du Monde, cela vous donne de la fierté mais aussi une pression supplémentaire ?
La pression quand on est compétiteur, on l'a toujours. Après il suffit juste de la supporter. Quand on arrive à faire ça, la pression est moindre. Le mot prédominant aujourd'hui, c'est la fierté. C'est extraordinaire, une Coupe du Monde, c'est une compétition majeure dans le football, qui plus est chez nous. On n'a pas le droit à l'erreur, maintenant il faut que la pression soit positive, il faut qu'elle nous serve à nous transcender sur le terrain.

C'est votre plus gros défi ?
A Clermont, le défi était très relevé, même si c'était à un autre niveau. En tout cas, aujourd'hui je suis très très armée (sourire).

Ne craigniez-vous pas de jouer deux ans de matchs "amicaux" ?
Nous allons avoir des matchs internationaux de préparation mais il n'y a pas de matchs amicaux. Sincèrement quand on représente son pays, que l'on porte le maillot bleu, il ne peut pas y avoir de matchs amicaux. L'objectif est de créer une équipe, de reconstruire une équipe à ma façon. J'ai envie d'avoir un bon mélange entre les anciennes et les jeunes, et de mettre un peu de fougue, d'apporter de la confiance. Les joueuses ont besoin de confiance. Le talent, elles l'ont. A elles, maintenant de l'exprimer. Quand la confiance est réciproque, on arrive un peu mieux à exprimer son talent.

"On doit avoir très faim"

Votre première liste était surprenante. Allez-vous continuer à faire appel à de nouvelles joueuses ?
On va faire le tour des clubs, on va être présent sur les terrains le dimanche. Il y a déjà une très bonne relation entre les entraîneurs de club et moi-même. On va se rapprocher des clubs. Il faut que l'on travaille ensemble, tout le monde sera gagnant. Des joueuses, il y en a d'autres à voir. Je pense qu'il faut ouvrir un petit peu plus et moins sélectionner les joueuses venant de Lyon et du PSG sachant qu'ils ont de plus en plus d'internationales étrangères. Facile pour moi, j'ai envie de dire. Mais j'ai surtout envie de dire que les joueuses viennent en équipe de France avec les dents qui rayent le parquet. J'ai eu la chance de faire une carrière, internationale dans un petit club, j'ai 121 sélections sous les couleurs de l'ASJ Soyaux. J'ai réussi à le faire et ce club-là m'a aidé à être une joueuse internationale, à être un entraîneur aujourd'hui de haut niveau. C'est possible. Il n'y a pas besoin d'aller jouer à Lyon ou au Paris-Saint-Germain, sans faire offense à ces deux clubs-là. On peut évoluer aussi à l'Olympique de Marseille, aux Girondins de Bordeaux, à Rodez, à Albi, à Soyaux, à Guingamp...

Avec ce premier rassemblement, les joueuses appelées ont-elles répondu à vos attentes ?
Toutes ont répondu positivement à ce que j'attendais avec plus ou moins de talent, de réussite, mais en tout cas, il y avait de l'envie.
Quand on vient en équipe de France, on doit avoir très très faim. C'est l'état d'esprit que je recherche et cela se voit sur le terrain.

Pensez-vous que pour aller en Coupe du Monde, il faut choisir la vingtaine de meilleures joueuses françaises ou c'est autre chose ?
Il y a forcément de bonnes joueuses, après c'est à moi de trouver les bons automatismes. Aimé Jacquet avait fait des choix forts en 1998 en ne prenant pas Cantona. Je dois constituer la meilleure équipe possible et cette meilleure équipe n'est pas forcément constituée des meilleures joueuses.

"Il faut donner la chance"

Vous avez fait appel à deux capitaines (Georges et Henry), qu'en sera-t-il pour la suite ?
Ca va encore changer. Il faut du changement, pourquoi pas sur le brassard de capitaine. Après le brassard de capitaine, il y a un rôle mais aussi beaucoup de devoirs. Ce n'est pas simplement les couleurs que l'on porte autour du bras. Il y a des missions à respecter. J'ai mis deux personnes différentes sur deux matchs, mais je pense qu'il y aura une autre joueuse, même si je n'y ai pas encore complètement réfléchi. Je vais me poser et faire le point sur ce rassemblement en vue du prochain stage (ndlr : matchs contre le Ghana et l'Angleterre). (A propos de Wendie Renard) Pour le moment, je lui ai dit que je lui enlevais parce que je lui ai demandé qu'elle se reconcentre sur ses performances individuelles. Pour moi, elle s'occupait un peu trop des autres mais pas assez d'elle. Ses performances pour moi étaient très en deça de ce qu'elle peut faire.

N'est-ce pas vous la capitaine de l'équipe de France ?
J'ai peut-être cela en moi effectivement. C'est vrai que j'ai eu l'opportunité de l'avoir en équipe de France. A cette époque-là, il y a des choses que je n'ai pas bien fait et donc je me sers de mon expérience. Aujourd'hui, j'ai un rôle complètement différent, j'ai mûri, j'ai évolué. Je ne suis plus du tout la même. J'ai vraiment envie d'accompagner ces jeunes joueuses. Il faut donner la chance aux gens. Après, à elle de la saisir. Les joueuses, si je veux me rendre compte si elles ont le niveau international, il faut que je puisse les voir lors de matchs internationaux. Sinon je ne pourrais jamais me faire une idée et on va rester sur le passé, on va toujours sélectionner les mêmes joueuses et ne pas ouvrir la porte à une fille qui le mériterait.

Enfin, que vous évoque le terme "Coupe du Monde" ?
Quand j'entends Coupe du Monde, je vois Zizou, je vois Aimé Jacquet, Deschamps. Je vois le Stade de France, le maillot brésilien qui a été un peu moins jaune. Et surtout beaucoup de joie, on aimerait vivre ça évidemment.

A Paris,
Sébastien Duret

Jeudi 21 Septembre 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :