Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Griedge MBOCK : « Prendre le temps de profiter »

La défenseure centrale de l’équipe de France est apparue, comme à son habitude, souriante et détendue, à une semaine du début de la coupe du monde. Elle confie sa volonté de profiter des derniers instants de préparation au Mondial, dont le match face à la Chine ce vendredi à Créteil qui était l'occasion de sa 50e sélection.



Mbock face à la Chine vendredi soir à Créteil (photo Frédérique Grando)
Mbock face à la Chine vendredi soir à Créteil (photo Frédérique Grando)
Il y a un peu plus d’une semaine, vous remportiez la ligue des champions avec l’OL pour la 4e fois consécutive. Ça n’a pas été dur de passer de l’euphorie de la victoire au retour de la préparation ?
Non, honnêtement ça n’a pas été dur. On est sur une bonne dynamique, une vague positive, dont on se sert pour switcher. On veut amener cette énergie positive au service du groupe et de l’équipe de France ! On a des objectifs, on sait où on veut aller, donc c’est avec plaisir qu’on s’est replongées dans la préparation. Une usure mentale ? Non, on savait que ça allait s’enchaîner, on était prêtes pour ça, l’essentiel était de gagner, on l’a fait, et ça nous met encore plus de bonne humeur.

Comment se sont passées les retrouvailles ?
Ça faisait plaisir de revoir le reste du groupe, ça faisait un petit moment qu’on ne les avait pas vu, donc ça nous fait plaisir d’être de retour en Bleue, de retrouver nos habitudes, nos coéquipières. On a retrouvé un groupe qui vit bien, qui a bien travaillé aussi.

On a beaucoup parlé de la préparation physique que l’équipe a effectuée au début du stage de préparation. Le préparateur physique (Anthony Grech Angelini, NDLR), vous a-t-il laissé plus tranquilles, vous les Lyonnaises ?

Non (rires) ! On a dû rattraper ce que les filles ont fait aussi, ce qui est normal parce que la coupe du monde approche à grand pas, et qu’on a aussi besoin de se régénérer, d’avoir une charge physique dans les jambes afin de pouvoir répéter les matches et les efforts.

La coupe du monde arrive bientôt, mais dans le groupe, est-ce qu’on n’est pas impatient d’être le 7 juin ?
Il reste 10 jours (cette interview a eu lieu le 28 mai, NDLR), on va s’en servir pour continuer à travailler, peaufiner les derniers détails, se mettre dans notre bulle. C’est sûr que ça va venir vite aussi, donc il faut profiter au maximum, parce qu’il ne faut pas laisser passer ces moments. On va s’en servir pour continuer à garder cette cohésion de groupe qu’on a, cette ambiance, l’ambiance de travail aussi car on bosse bien. C’est important de prendre le temps de profiter de tout ça.

Vous vous endormez sans soucis le soir ? Il n’y a un peu d’appréhension à l’approche du coup d’envoi ?
Honnêtement, je ne ressens pas forcément d’appréhension, le fait d’être dans notre bulle nous aide aussi à évacuer je pense. On n’a pas forcément le temps d’y penser non plus, on est souvent à l’entraînement, on a pas mal de choses à faire, ça nous permet de ne pas trop penser à ça pour le moment.

Qui met le plus d’ambiance dans le groupe ?
Il y en a beaucoup (elle éclate de rire) ! La première c’est Vivianne Asseyi, Grace Geyoro, qui fait la timide alors qu’elle ne l’est pas du tout. Il y a aussi Aissatou Tounkara.... il y en a pas mal !

Et Griedge Mbock ?
(rires) Je ne vais ni confirmer, ni infirmer !

"Le meilleur moyen de se préparer c’est de ne pas penser aux blessures mais à la compétition"

Comment est-ce que vous interprétez l’engouement des fans ? Ça vous ajoute une pression supplémentaire ou ça vous rassure quant à l’ambiance lors du Mondial ?
On se dit que c’est cool ! Le fait qu’il y ait autant de personnes qui vont nous suivre, on sait qu’on a de la chance, on en est conscientes. Il n’y a pas de pression à se mettre, avoir autant de personnes derrière nous, ça va nous booster lors des moments difficiles, on va s’en servir pour donner le maximum, c’est une bonne chose.

Qui dit coupe du monde, dit que tous les regards vont être braqués sur vous. Mais cela veut également dire qu’il y aura plus de critiques. Est-ce que vous avez fait, en groupe ou à titre personnel, un travail de préparation mental ?
On fait du travail sur ça oui, mais après on ne se focalise pas trop sur les critiques. Quand on rate un match on sait ce qui n’a pas été, le plus important c’est le retour de la sélectionneuse. Ensuite il faut essayer de gommer ces erreurs, ce qui peut se dire à côté il faut en faire abstraction.

Lors du match face à la Thaïlande (3-0) samedi dernier, où tu n’as pas joué, quel était le retour de Corinne Diacre dans le vestiaire ?
Qu’on pouvait faire mieux, qu’il fallait continuer à travailler, que la coupe du monde était proche et qu’il fallait continuer de renforcer nos bases. Elle a dit que ça avait été un bon match de préparation pour cela. Elle savait aussi qu’il y avait pas mal de fatigue, parce qu’on avait beaucoup travaillé, puis elle nous a dit qu’il fallait se focaliser sur le match de la Chine.

Une rencontre qui va ressembler beaucoup plus à une mise en place en vue du match d’ouverture face à la Corée du Sud dans une semaine.
Ça va être une équipe qui va se rapprocher de la Corée, avec un jeu basé sur la technique, avec beaucoup de déplacements. Ça va être une bonne préparation pour le match de la semaine prochaine. Le résultat et la manière vont être aussi importants l’un que l’autre. Il va forcément falloir engranger de la confiance. La sélectionneuse appuie beaucoup sur la manière, on se doit de reproduire ce qu’on fait à l’entraînement, d’être performantes, de jouer de se lâcher, et d’essayer de se mettre en mode coupe du monde, pour lancer la compétition.

Est-ce qu’on n’a pas, dans un coin de la tête, l’angoisse de se blesser juste avant le Mondial ?

Non, ce n’est pas nécessaire de penser à ça. C’est en mettant le frein à main qu’on peut risquer des blessures, le meilleur moyen de se préparer c’est de mettre tous les ingrédients nécessaires, dans l’agressivité, dans l’intensité, ne pas penser aux blessures mais à la compétition.


Griedge MBOCK BATHY NKA
Défenseure
Née le 26 février 1995 à Brest
1,73 m - 66 kg
50 sélections - 5 buts
Première sélection : 23.11.13 contre la Bulgarie (10-0)
Premier but : 22.01.17 contre l'Afrique du Sud (2-0)

Sélections
A : 50
U20 : 8
U19 : 11
U17 : 28

Clubs
SC Pontanézen (2001-2006)
AS Brestoise (2006-2010)
Stade Briochin (2010-2011)
EA Guingamp (2011-2015)
O. Lyonnais (2015-)

D1
Nombre de matchs : 154
Nombre de buts : 20
Premier match : 04.09.10 contre Yzeure

Palmarès
Vainqueur de la Coupe du Monde U17 (2012)
Vainqueur de l'Euro U19 (2013)
Vainqueur de la Ligue des Champions (2016, 2017, 2018, 2019)
Vainqueur du Championnat de France de D1 (2016, 2017, 2018, 2019)
Vainqueur de la Coupe de France (2016, 2017, 2019)

Dimanche 2 Juin 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :