Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Laura GEORGES : "Calquer des articles sur les garçons, on se trompe d'objectifs"

La défenseure des Bleues est revenue sur la Coupe du Monde mais a aussi évoqué longuement la médiatisation du football français et certains contenus qu'elles jugent futiles.



Laura Georges (photo FFF)
Laura Georges (photo FFF)
Le bilan face à l'Angleterre
Ca arrive très vite, tout de suite après l'Angleterre, il y a un match qui arrive rapidement. On a fait le bilan du premier match et on repart sur le match de la Colombie qui va être aussi important. Pour ce premier match, on n'était pas totalement libérées, cela s'es vu au niveau du rythme, cela s'est vu au niveau de notre style de jeu. Pour ce deuxième match, il va falloir être forcément plus offensif, montrer quelque de chose pour remporter ce match et se mettre bien à l'abri.

Le prochain match face à la Colombie
J'ai vu quelques parties du match, il y a pas mal de rythme, beaucoup de mouvements, je pense que cela va être un match ouvert. Contre l'Angleterre, c'était plus tactique et défensif. Quoi qu'il arrive, il faudra que l'on s'exprime beaucoup plus. Il y aura sûrement plus d'espaces et l'équipe aura à coeur de remporter ce match.

L'état physique
Ca va, c'est une bonne reprise, un bon retour sur le terrain avec un bon match, cela permet de me remettre petit à petit. Je me suis bien soignée, on a bien travaillé avec le staff médical. C'était l'idéal pour revenir.

Les 10 matchs de Coupe du Monde
Non, je n'y accorde pas d'importance particulière. On me parle beaucoup de ça, j'ai découvert ça avec les statistiques d'avant match. Ce sont des stats mais je n'ai rien gagner. Ce qui est bien, ce serait de gagner quelque chose.

La médiatisation

Une victoire finale de l'équipe de France
Elle en a toutes les qualités. Est-ce que ce sera cette année, on l'espère toutes, on y a travaillé et on y travaille.

La médiatisation du football au féminin
On fait souvent l'erreur de dire foot féminin, c'est pour faire un raccourci pour distinguer les garçons, des femmes. Mais cela reste un football tout simplement. Les gens ont parfois des questions un peu stéréotypée du genre le "football pratiqué par les femmes". Je me dis qu'il faut un peu évoluer par rapport à ça.
On préfère encore parler de people du football masculin, de leur manière de s'habiller, de certains choses futiles que du football féminin, alors qu'il y a des choses plus intéressantes. Il y a la Coupe du Monde, les filles du basket. Il faut parler des grandes compétitions féminines. Ça évolue, c'est mieux, il y a des choses à faire, à dire. L'information est négligée, ce dont on parle sur les filles, il y a des choses plus importantes. Quand je vois des articles calqués sur les garçons, je me dis, on se trompe d'objectifs alors que les salaires sont faussés. Il faut arrêter de donner aux gens des choses aussi futiles. Après les médias ont aussi des rôles à jouer. Après les gens s'attachent à ça. Lorsqu'il y a eu les 24 heures du sport féminin, on a voulu comparer les filles et les garçons mais pour moi, cela n'avait pas sa place là.

Le risque de calquer sur le football masculin
Avec l'engouement, il faut s'attendre à ce que les médias réagissent de la même manière que dans les autres disciplines. L'un ne va pas sans l'autre, ce sont les mêmes questions. Après, c'est l'évolution de notre discipline, il faut y faire face aussi. Cela reste mon point de vue que ce n'est pas le plus important.

A Moncton,
Sylvain Jamet

Vendredi 12 Juin 2015
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :