Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Les réactions de RENARD, HOUARA D'HOMMEAUX, HENRY, LE SOMMER et LEGER

Retrouvez les premières réactions de la rencontre amicale disputée ce samedi soir face au Brésil au Havre (2-1) avec les buteuses françaises Wendie Renard et Amandine Henry, la nouvelle sélectionnée Marie-Charlotte Léger ainsi que Jessica Houara D'Hommeaux et Eugénie Le Sommer.



(photo FFF.fr)
(photo FFF.fr)
Wendie Renard : "On a pris le match par le bon bout"
La déception du Mondial est passée, forcément, il faut passer à autre match même si j'ai du mal à l'admettre. On a eu la chance de se qualifier pour les JO. On va préparer cette saison pour les JO.
On a gagné, c'était important après le Mondial de commencer par une victoire. Ce n'était pas un match évident. On savait aussi que le Brésil venait avec de bonnes intentions. On a su prendre le match par le bon bout et se faciliter la tâche avec un match assez maîtrisé.
On a essayé de travailler sur ce que l'on sait faire comme les coups de pied arrêtés. Quand Louisa (Necib) arrive à mettre les bons ballons, ça finit au fond. Il suffit d'être là au bon moment. Dans les matchs de haut niveau, cela débloque des situations et ce soir, ça l'a fait.

Jessica Houara D'Hommeaux : "Montrer qu'on était présentes"
On avait envie de garder cette 3e place FIFA, c'est important pour nous, c'est l'un des objectifs que nous a donné le coach cette saison, outre la qualif' à l'Euro et les JO. On bat le Brésil, 6e équipe mondiale, et après le Mondial, on avait envie de montrer qu'on était présente contre les grosses équipes. Dans le jeu, on était très bonne, défensivement aussi. On prend le but sur coup de pied arrêté. On met nos buts sur des coups de pied arrêtés, et dans les grands matchs, cela se joue sur des détails comme ça. On a été performante et dans le jeu, le Brésil n'a pas vu beaucoup le ballon. On commence à être plus sûre de nos forces même s'il reste encore du travail à faire. Le coach peut s'appuyer sur des bases solides.
(Sur le but encaissé) Je fais 1,62 m, elle fait 1,85 m... il y a des centimètres qui se ressentent sur le but. Je suis déçue parce que c'est moi qui est en cause. On va travailler ça et faire en sorte que je ne me retrouve pas avec des filles de cette taille au marquage. Ces matchs servent aussi à ça.

Amandine Henry : "J'ai eu un geste instinctif"
On a fait une bonne prestation contre une équipe du Brésil qui possède de très bonnes joueuses. On a eu chaud de faire le match nul mais on a tenu jusqu'au bout, c'est une grande satisfaction de gagner ce soir.
Ca fait toujours plaisir de marquer. Les filles se moquent toujours de mes célébrations, on en avait parlé cette semaine, et j'ai eu un geste de joie instinctif. En ce moment, j'ai une étoile, si cela peut permettre à l'équipe de remporter des victoires, c'est un plus.
Le Brésil, c'est tout ou rien, elles ont essayé de prendre en contre. Le staff technique nous avait un briefing là dessus. On a su être solide défensivement.

Eugénie Le Sommer : "On aime bien jouer dans ce genre d'ambiance"
On avait à cœur de bien commencer la saison et une victoire contre le Brésil, cela fait du bien. La satisfaction est double. On a réussi à produire du jeu, à garder la balle et à se créer des situations. On a fait une bonne première période. Après elles ont essayé de jouer en contre, on a géré en seconde période, elles ont un peu plus poussé. De débloquer la situation sur coups de pied arrêtés, c'est bien. On a été efficace et il faut s'en servir.
On aime bien jouer dans ce genre d'ambiance, dans ce genre de stade avec le public qui est derrière nous. Cela fait vraiment chaud au cœur. On a pu compter sur le 12e homme (sic). Se sentir soutenu, cela permet d'engranger de la confiance.

Marie-Charlotte Léger : "Je n'ai pas touché le ballon"
Ces filles-là, je les regardais à la télévision et aujourd'hui, je m'entraîne avec elles. Pour ma première sélection quand je suis entrée en jeu, cela m'a fait plaisir même si je n'ai pas touché le ballon. Je suis quand même rentrée. L'équipe gagnait, j'étais contente et même si je n'entrais pas. Quand le coach m'a appelé, j'étais hyper contente.
Avec Metz, je jouais pour rester en D1. A Montpellier, j'ai signé pour jouer le haut de tableau et aujourd'hui, c'est l'équipe de France.

Dimanche 20 Septembre 2015
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :