Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - PAYS-BAS - FRANCE : réactions d'ECHOUAFNI, ABILY, RENARD, LE SOMMER et HENRY

Retrouvez les premières réactions recueillis en zone mixte à l'issue du succès tricolore aux Pays-Bas.



(photo KNVB)
(photo KNVB)
Camille Abily (milieu de terrain) :
"C'était un match difficile face à une très bonne équipe. On est très satisfaite du résultat. On s'est créé beaucoup d'occasions mais on est tombé face à une équipe qui mettait beaucoup d'agressivité, qui était très forte dans les duels et par moment, on a été en difficulté.
On a pu voir que le public avait répondu présent, qu'il y avait beaucoup d'ambiance. C'était super sympa. Ce n'était pas pour nous mais on était contente qu'il y ait du monde au stade.
On continue notre invincibilité. On a fait des matchs nuls, on a gagné et on n'a pas encore perdu. J'espère que ce sera le plus tard possible.
(Par rapport aux adversaires de l'Euro) Le niveau est très homogène, on a pu voir que les équipes se sont renforcées techniquement, tactiquement et physiquement. On sait que ce sera des matchs très athlétiques, on connait l'Islande et l'Autriche. La Suisse a encore plus de qualités, c'est vraiment une très bonne équipe, ce sera un match difficile. On a pour objectif d'aller le plus loin possible. On va tout donner pour".

Olivier Echouafni (sélectionneur) :
"C'est peut-être un favori de l'Euro que l'on avait en face de nous. C'est le pays organisateur et forcément, ils avaient une certaine pression. Il se retrouve sur le devant de la scène. Je pense que cette équipe sera certainement dans les huit meilleures équipes. On sent que c'est une équipe dure à jouer, bien compacte. On a bien défendu par moment, et à partir du moment où on a su élever notre niveau, on a pris le dessus. On a réellement besoin de ces matchs, d'être dans le dur. J'étais finalement très content que les Pays-Bas marquent ce but pour voir qu'elle allait être l'attitude de notre équipe et finalement j'ai été agréablement surpris parce qu'on a su avoir la maîtrise même si à la fin, elles ont eu une grosse occasion. Nous, on aurait dû se mettre à l'abri. Finalement on s'aperçoit que sur l'ensemble du match, notre victoire est méritée. Sept occasions dans le match, presque dix tirs contre un seul pour les Pays-Bas, ça a fini par un but pour elles. Nous, on doit continuer dans ce sens, on a encore une grosse marge de progression.
On a des enseignements, on tire beaucoup d'enseignements de tous les matchs que l'on joue. C'était encore une configuration encore un peu différente chez le pays qui va organiser cet Euro. Les filles savent ce qui peut nous entendre dans les prochaines semaines, les prochains mois. On est dans une période difficile, on arrive en fin de saison, et certaines commençent à être fatiguées; et les échéances en club vont arriver aussi pour nos deux représentantes de Champions League."

Amandine Henry (milieu de terrain) :
"On n'a pas forcément été à notre avantage sur le plan athlétique. C'est la fin de saison, c'est logique d'être fatigué. On a essayé de gérer le match. Elles ont la pression, elles font l'Euro chez elles, elles avaient envie de se montrer à leur public. A cent jours de l'Euro, ce sont les derniers réglages, on ne peut pas comparer avec les Etats-Unis qui n'ont rien à préparer.
La saison va reprendre pour moi le 15 avril. Pour l'instant, je me sens bien. Si je me sens fatiguée, j'essaierai de gérer".

Wendie Renard (défenseure) :
"C'était un match assez intense. C'était un avant-goût de l'Euro. J'espère que tous les stades seront pareils, que la fête sera belle.
On a un groupe pas facile pour l'Euro. On peut dire tout ce que l'on veut, le classement..., cela se joue sur le terrain, on l'a vu ce soir. Ce sera à nous de se donner les moyens de pouvoir passer la poule. On a un groupe avec des nations qui progressent d'années en années. La Suisse fait partie des nations qui progressent. Les équipes progressent, travaillent, c'est vraiment serré".

Eugénie Le Sommer (attaquante) :
"Je n'ai pas eu le temps de regarder où la gardienne était positionnée mais je savais que dans ce genre de situation, elle ne s'y attend pas et forcément, cela allait la mettre en difficulté. Après, ça va dedans, c'est tant mieux pour nous. On savait que c'était une équipe qui mettait beaucoup d'impacts dans son jeu. Elles ont fait beaucoup de fautes, cela a arrêté le jeu mais c'est contre ce genre d'équipes que l'on progresse aussi. On a pu gagner ce soir, et c'est de bonne augure pour la suite".

A Utrecht,
Sylvain Jamet

Samedi 8 Avril 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :