Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - Une économie florissante autour des BLEUES

Pour la première fois, l'équipe de France féminine avec un budget de 4 millions d'Euros réalise un bilan financier légèrement excédentaire.



France - Brésil en septembre dernier au Havre (photo FFF)
France - Brésil en septembre dernier au Havre (photo FFF)
Le football féminin change progressivement d'ère. Depuis trois ans, tout un modèle marketing s'est développé autour de la sélection afin de la promouvoir et de lui donner la meilleure exposition possible. Le début d'une économie viable ? Toujours est-il qu'en essayant, la FFF a donné des moyens et a surtout enfin miser sur une sélection qui n'était pas par le passé valorisée.

Une identité "Bleues" existe depuis 2011 et le parcours de la Coupe du Monde puis des JO 2012 y ont contribué. Sur ces bases, la FFF a progressivement construit un socle et profité de cette identité pour que le public la suive. De stade en stade, les enceintes d'accueil des Bleues ont été choisies avec le souci du détail (habillage, drapeaux, animations). Accueillir du public et générer des recettes en proposant un spectacle. Finies les rencontres majoritairement à places gratuites, désormais le public paye sa place pour voir un spectacle (80% sont payantes, 20% offertes).

415 000 € de recettes billetterie en 2014-2015

Si l'on en est pas encore à la même échelle que le show de la sélection américaine comme sa récente tournée victorieuse, les choses avancent bien. Au cours de la saison 2014-2015, les Bleues ont généré une recette de 415 000 € pour sept matchs (16,3 millions pour les masculins, 200 000 pour les Espoirs). Quatre ans plus tôt, on était à 60 000 € ! Et ces chiffres ne comptent pas la rencontre de septembre face au Brésil au Havre qui a réuni plus de 22 000 spectateurs pour une recette avoisinant les 200 000 €. Une référence dans une probable future enceinte de la Coupe du Monde 2019.

C'est d'ailleurs dans ces stades que les prochaines rencontres des Bleues pour les saisons à venir vont se dérouler afin de tester ceux qui seront le théâtre de la première grande compétition féminine de football organisée en France. La France a investi et commence à avoir un retour sur investissement.

Une perspective des droits TV à la hausse

Mais l'un des autres vecteurs majeurs de ce bénéfice est la diffusion télévisuelle et la mise en avant de la sélection sur des chaînes gratuites de la TNT. Seul l'équipe masculine de football dispose d'une exposition supérieure, les autres sports sont en général cantonnés à des diffusions sur des chaînes payantes voire non diffusés.

Et les diffuseurs y trouvent aussi leur compte. Ainsi W9 a certainement réalisé la plus belle opération avec la Coupe du Monde 2015. En dépensant environ 800 000 €, la chaîne a réalisé la meilleure audience de la TNT en 2015 avec 4,14M et une part d'audience de 25,3 lors d'Allemagne - France. Un record historique que jamais aucune chaîne de la TNT n'avait enregistré. Et encore le match débutait à 22h00 ! France - Corée du Sud (2,79) ou encore Mexique - France (2,24M) figurent dans le top6 de la TNT. La chaîne est également bénéficiaire à l'issue de cette compétition grâce aux recettes publicitaires. Pendant ce temps-là, D8/D17 qui diffusent tous les autres matchs des Bleues ont payé 900 000 € sur quatre ans pour s'adjuger les droits. De quoi laisser venir lors de la négociation des droits en 2018 une belle empoignade entre les diffuseurs.

Dernier point désormais à négocier pour la FFF, celui des sponsors. Aujourd'hui, Nike, Crédit Agricole, EDF, PMU et Volkswagen sont des partenaires communs aux sélections. Mais avec la Coupe du Monde 2019, la FFF va désormais chercher cinq partenaires majeurs propre aux Bleues.

Jeudi 31 Décembre 2015
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :