Footofeminin.fr : le football au féminin

Brèves de coupe (demi-finales) - JMA, MMA, et réactions

Faits, infos, réactions, retour sur ces demi-finales qui ont vu les victoires à l'extérieur de Lyon et du PSG.



La fête parisienne (photo PSG)
La fête parisienne (photo PSG)
Jamais deux sans trois ?
La règle ne fonctionne pas tout le temps. Battues en demi-finale, lors des deux dernières saisons, le PSG a cette fois-ci franchi le cap. L'an passé, l'ASSE avait sorti le PSG, tout comme Montpellier la saison précédente. Juvisy en a fait les frais. Ce sera la troisième finale parisienne, la deuxième face à Lyon après celle de 2008 au stade de France (perdue 0-3). Le PSG a remporté une fois la compétition contre Montpellier en 2010, sur la pelouse de Bondoufle...

JMA à Soyaux
Le Président de l'OL avait fait le déplacement à Soyaux au lendemain de la contre-performance de l'équipe masculine contre Lorient. Les filles ont en tout cas réconforté le président en restant toujours en course pour le doublé.

MMA du Mans
La finale se déroulera le samedi 7 juin prochain à 20h55 à la MMArena entre le PSG et Lyon. Une rencontre qui pourrait être précédée d'un lever de rideau entre....le PSG et Lyon, en finale du challenge U19. Mais avant tout, il faudra que les formations U19 se défassent respectivement de Saint-Etienne et Juvisy en demi-finale le 25 mai prochain.

Juvisy - PSG acte II
Après ce premier acte entre les deux équipes à Bondoufle, les deux formations se retrouveront dans deux semaines avec un autre enjeu, celui d'une place en Ligue des Champions. Vainqueur devant le public essonnien (958 spectateurs), les Parisiennes ont un avantage psychologique. Mais un match reste un match.

Amandine Henry restée à Lyon
Même si Patrice Lair va quitter l'OL, la rigueur est toujours de mise et Amandine Henry n'a pas fait le voyage en Charente, au motif qu'elle était arrivée en retard au dernier entraînement.

L'écart se resserre...
Philippe Boindrieux, le président de la section féminine du PSG, a admis que son équipe se rapprochait de son rival lyonnais dans Le Parisien : "Ce qui nous sépare de l'OL est de plus en plus mince. Lyon est plus ancien, son avance est normale. Notre projet est jeune mais avance".

C'EST DIT... APRES SOYAUX - LYON

Jean-Claude Barrault (entraîneur de Soyaux), dans La Charente Libre
"On se rapproche d'elles et c'est bien. On a fait une superbe première mi-temps. Les filles se sont libérées et ont pris conscience de ce qu'elles sont capables de faire. Entre le début de saison et maintenant, il y a eu une progression immense et c'est mon plus grand bonheur. On a réduit la marche mais il en reste encore entre les deux équipes. Mais c'est bon pour l'avenir. Les filles ont emmagasiné de l'expérience et de la confiance en elles."

Patrice Lair (entraîneur de Lyon), dans la Charente Libre
"On n'a pas fait une bonne première période. A la mi-temps, il a fallu pousser une gueulante pour réveiller les troupes. On marque dès le retour des vestiaires, ce qui était l'objectif. Il faut féliciter Soyaux qui a mis les ingrédients pour nous gêner, notamment dans l'intensité. Je regrette cependant d'avoir évolué à Léo Lagrange. Jouer une demi-finale de coupe de France, ici, c'est décevant. Cela ne met pas le football féminin en valeur".

Amandine Guérin (gardienne de Soyaux), dans la Charente Libre
"Il y a une énorme déception, car on voulait y croire. Après la grosse première période que l'on fait, on y croyait encore plus. Le match s'est joué sur le physique, la fatigue s'est fait ressentir. Malgré leur domination, on a réussi à se créer des situations. On peut sortir la tête haute de cette coupe. C'était un super dimanche, sur notre pelouse, devant notre public, mais il y a beaucoup de tristesse, même si on savait que ce ne serait pas simple face à Lyon."

Annabelle Faure (joueuse de Soyaux), dans la Charente Libe
"A la fin de la première période, on croyait encore à l'exploit. On savait que ce serait dur, mais on avait rendu une belle copie. Le début dès la reprise nous a fait mal. Personnellement j'étais esseulée devant, il n'y a pas grand chose à faire, l'objectif est d'essayer de ne pas perdre les ballons. Mais face à Renard, ce n'est pas évident. C'était plaisant de jouer ici, cela avait une saveur particulière. A Lebon, il y avait la journée des jeunes joueuses, là les gens qui étaient venus étaient vraiment là pour nous encourager."

Corine Petit (joueuse de Lyon), dans la Charente Libre
"Soyaux a joué le coup à fond, et a vraiment fait un match de coupe. De notre côté, on a su être patient pour valider la qualification. Tous les ingrédients étaient réunis pour rendre la rencontre difficile, avec la pluie, un nombreux public. Maintenant, on va se projeter sur le championnat et l'objectif est d'être champion, avant de penser à la finale face au PSG."

Lara Dickenmann (joueuse de Lyon), dans la Charente Libre
"Nous sommes soulagés car le match n'était pas facile, d'autant que beaucoup de joueuses revenaient de sélection. On est mal entré dans le match, notamment dans le combat physique face où Soyaux nous a gênées. Mais, en marquant dès le retour des vestiaires on était plus tranquille, moins crispé. On a été plus présentes dans les duels."

Lotta Schelin (joueuse de Lyon), dans la Charente Libre
"En première période, le terrain était sec ce qui nous a posé des soucis. On n'a pas vraiment réussi notre première période. En seconde période, on est parvenu à trouver des espaces derrière la défense. On veut signer le doublé coupe et championnat pour bien finir et effacer la contre-performance de la coupe d'Europe."

Marina Pascaud (capitaine de Soyaux), dans Sud Ouest
"On savait que sur ce terrain-là, on aurait plus de moyens pour rivaliser. On a respecté les consignes, toutes les filles ont donné le maximum. Avec Lyon, plus on retarde l’échéance du premier but, plus on a de chances de les perturber."

Élodie Thomis (joueuse de Lyon), dans Sud Ouest
"Les joueuses de l’ASJ évoluaient à 200 %. On s’attendait à cela. Il faut quand même féliciter Soyaux qui fait une belle saison. Ce n’est pas rien d’arriver en demi-finale."

C'EST DIT... APRES JUVISY - PSG

Farid Benstiti (Entraîneur du Paris Saint-Germain), sur psg.fr
"C’est bien, car nous avons obtenu cette place en finale de la Coupe de France avec la manière. On a été très bons aujourd’hui, face à une bonne équipe de Juvisy. Les filles ont joué à leur véritable niveau de jeu et c’est ce que j’attends d’elles jusqu’à la fin de cette saison."

Sabrina Delannoy (capitaine du Paris Saint-Germain), sur psg.fr
"C’est une belle victoire, on avait envie de se rattraper après notre défaite face à cette même équipe de Juvisy en championnat (0-1, le 6 décembre 2013). On a montré qu’on avait notre place en finale et maintenant on va aller gagner cette coupe."

Marie-Laure Delie (joueuse du Paris Saint-Germain), sur psg.fr
"On avait à cœur de faire un bon match et de leur montrer notre supériorité, c’est ce qu’on a réussi à faire en l’emportant assez largement. Une grosse fin de saison nous attend désormais avec cette finale à jouer et une place européenne à décrocher en championnat. On a hâte de disputer tous ces matches importants."

Sandrine Soubeyrand (capitaine de Juvisy), sur Eurosport
"Il nous a tout manqué. On a très mal commencé le match, on était absentes dans tous les duels, on a manqué d’engagement. On a quinze jours pour trouver des solutions (ndlr : en évoquant le match de championnat entre les deux équipes)"

Pascal Gouzènes (entraîneur de Juvisy
"Le PSG a fait un très gros match, mais nous l'avons bien aidé. Après dix secondes de jeu, nous étions déjà à côté du nôtre et nous l'avons été jusqu'au bout. Contre une équipe comme Paris, ça ne pardonne pas . Je préfère perdre ce match que les prochains."

Mercredi 14 Mai 2014
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :