Footofeminin.fr : le football au féminin

Challenge de France : Zakaria Hilali (Saint-Malo) : « C’est vraiment extraordinaire »

Saint-Malo a créé la sensation, dimanche lors du 1er tour fédéral du Challenge de France, en battant Condé (2-1) qui était, pourtant, invaincu jusque-là cette saison. Une victoire obtenue à la tout dernière minute grâce à Gwenola Heuze qui connaissait sa première cape en A. Un conte de fée pour la jeune fille et pour son club. Retour sur cet exploit avec Zakaria Hilali Chergui, le coach de Saint-Malo.



Challenge de France : Zakaria Hilali (Saint-Malo) : « C’est vraiment extraordinaire »
Zakaria, ça fait quoi de battre Condé, premier du groupe B en D2, et qui évolue une division au-dessus ?
On est la seule équipe à les avoir battu cette saison, cela souligne l’exploit que l’on vient de réaliser. C’est surtout une récompense des deux ans et demi pendant lesquels on a travaillé ensemble et ce sont ces efforts là qui payent aujourd’hui. C’est vraiment extraordinaire pour nous car c’est la première fois que le club bat une équipe hiérarchiquement supérieure.

C’est historique ?
Oui, c’est la première fois que les filles battent une équipe au-dessus d’elle. Par contre, c’est la deuxième fois qu’elles iront en trente-deuxièmes de finale. Chose inédite, on va peut-^tre pouvoir jouer contre une D1 lors du prochain tour.

« On a commencé à fond les gamelles »

Si on revient sur le match, dans le vestiaire avant le coup d’envoi, que dites-vous à vos filles pour qu’elle croit à une qualification ?
Je ne voulais pas qu’on ait de regrets à la fin du match et je ne voulais surtout pas entendre « si on avait ça, si on avait fait ça… ». Je leur ai dit de se donner à fond, de ne pas calculer, de défendre ensemble et de faire des efforts les unes pour les autres.

Et ça a été respecté ?
Oui bien sûr mais on avait la capacité pour les battre. J’ai cinq ou six joueuses qui ont le niveau de la D2, je savais qu’on en était capable mais il fallait être à 100% et c’est ce qui s’est passé. Tout le monde était à son meilleur niveau. Je ne sais pas si elles avaient des absentes mais on n’a pas vu trop de différences, on était vraiment un club de D2 quand on les a rencontrées.

« Gwenola rentre, elle touche un ballon, elle marque et le match se termine »

Zacharia Hilali (photo : FFF)
Zacharia Hilali (photo : FFF)
Si on revient sur le match, quelle analyse vous en faites ?
On a commencé à fond les gamelles et ça a payé par la suite, on jouait bien, on gardait bien le ballon, comme en face.
Cependant dès le début de match Michèle (Abad) est bien rentrée dans la rencontre, elle efface deux-trois joueuses et se fait faucher dans la surface. Dans la foulée, elle met un but magnifique, la confiance est donc arrivée d’un coup. Ce fut un match équilibré jusqu’à la blessure de leur n°10 et capitaine (Aurore Hélie). Elle s’est blessée et, pour moi, ce fut vraiment le tournant du match car, après, Condé était moins bien dans le jeu.
C’est une victoire méritée, on ne s’est pas fait dominer tout le match, au contraire. A la mi-temps, on mérite même de rentrer aux vestiaires avec un ou deux buts d’avance sachant qu’on a deux face à face qu’on loupe. Malheureusement, juste avant la fin du premier acte, on s’est un peu déconcentré sur un ballon en profondeur qu’a capitalisé leur n°9 (Gwenaëlle Migot).

C’est la blessure d’Hélie qui vous fait gagner ?
Pour moi, oui. Mais mes filles sont rentrées aux vestiaires en étant déçues de s’être pris le but juste avant la mi-temps sachant qu’on avait dominées. Je leur avais dit : « Les filles, vous savez très bien que, nous, on peut dominer tout le match, mériter de gagner et finalement ne pas l’emporter. Car une équipe de D2, il suffit qu’elle vienne une fois dans notre surface pour nous en mettre un, c’est le réalisme des grandes équipes.».
En deuxième, c’était un peu plus dur physiquement, on a resserré les lignes quitte à jouer un peu plus bas. C’était la tactique à employer car je voyais qu’on baissait physiquement avec les trois entrainements qu’on avait faits cette semaine. Ma gardienne a sorti deux face à face adverses dont un double arrêt. Ce fut équilibré bien que très limite par moments.
Ce qui m’a surtout plu, c’est la rentrée de ma dernière remplaçante, la treizième (Gwenola Heuze). Elle rentre, elle touche un ballon, elle marque et le match se termine. C’est le plus beau cadeau qu’elle pouvait se faire à elle-même et à l’équipe. Ce fut énorme car c’est son premier match de la saison en A avec nous.

« Ce sera sûrement ma dernière saison. Ce serait bien de finir en apothéose »

Vous vous attendiez à cette victoire ?
Pas du tout, j’avais calqué ma préparation pour qu’on soit prêt dimanche prochain pour le match le plus important contre Ploërmel. J’avais donc des craintes que l’on baisse le pied physiquement en deuxième période mais l’énergie et l’envie ont fait la différence. On ne s’y attendait pas du tout, je m’attendais à un score avec trois ou quatre buts d’écart en leur faveur. On m’avait dit si la 9 (Gwenaëlle Migot) touche des ballons, c’est fini, donc j’avais mis un dispositif pour que ma défense ne soit jamais toute seule.

Quel est désormais l’objectif dans ce challenge de France ?
On veut faire vibrer la ville de Saint-Malo pour le foot féminin et c’est pour ça qu’on veut tous « taper un gros » pour la publicité du foot féminin, son développement. Pour ma part, je ne vais pas vous mentir, ce sera sûrement ma dernière saison, ce serait bien que je finisse en apothéose et que je ne laisse que des bons souvenirs derrière moi. Et puis Les filles doivent désormais prendre du plaisir et garder des souvenirs à vie de cette coupe.

Vous avez une préférence pour le tirage ?
Ca fait neuf ans que je suis à Saint-Malo mais j’ai vécu 20 ans au Mans, c’est ma ville j’aimerais bien tomber contre Le Mans voire le PSG. A moins de rencontrer un club contre lequel on peut passer et atteindre ensuite les seizièmes…

Recueillis par Thibault Simonnet pour footofeminin.fr

Mardi 11 Janvier 2011
Thibault Simonnet

Dans la même rubrique :