Footofeminin.fr : le football au féminin

Corinne DIACRE - Un entraîneur qui prend ses marques

En attendant le 1er août et ses débuts en compétition officielle, Corinne Diacre (39 ans), prépare sa saison à Clermont Foot, où elle a signé un contrat de deux ans. L’ex-capitaine des Bleues aux cent-vingt-et-une sélections en équipe de France revient, après quelques jours dans le club, sur son installation et la saison à venir.



Corinne Diacre prend ses marques (Photos Clermont Foot)
Corinne Diacre prend ses marques (Photos Clermont Foot)
LA PRISE DE FONCTION
Corinne Diacre avait postulé à plusieurs postes durant cette intersaison, alors qu’elle avait obtenu quelques semaines plus tôt son DEPF. Mais que ce soit à la tête des féminines de l’OL, ou en tant qu’adjoint de Gastien à Châteauroux, sa candidature n’avait pas été retenue… jusqu’à l’appel du président auvergnat Claude Michy.
« Être numéro 2 ou numéro 1, c'est un poste différent. Ça m'a fait réfléchir. J'ai demandé à voir les gens du club. On a eu un dialogue sincère, sans langue de bois. » C’est uniquement après cette entrevue que Corinne Diacre a accepté de s’engager avec Clermont Foot.
Il est vrai que la situation n’est pas si simple que cela puisque le club avait déjà entamé sa préparation et le recrutement. Du coup, les premiers jours ont été avant tout une prise de connaissance, comme elle l’a rappelé aux joueurs lors de sa présentation : « Je les ai prévenus que je serai d'abord observatrice. Je me rapprocherai d'eux au fil du temps. » C’est donc de cette manière que la première semaine s’est effectuée.
Car Corinne Diacre arrive au sein d’un staff qu’elle découvre aussi et qui a entamé la préparation depuis près de trois semaines (trois matchs amicaux joués avec deux victoires contre Châteauroux 1-0 et l’UNFP 4-0, pour une défaite contre Dijon 0-1) : « Ce qui n’est pas simple, c’est d’arriver très tard dans la préparation du groupe ; mais je m’adapte. Les joueurs, je ne les sens pas traumatisés par ma venue » souligne-t-elle pour ‘dédramatiser’ la situation.
Le stage au Chambon-sur-Lignon qui débute ce 13 juillet et jusqu’au 19 va lui permettre de mieux s’imprégner du groupe : « J'ai des convictions, des systèmes que j'affectionne. Mais je m'adapterai aux joueurs. Il faut que je les connaisse mieux. On a deux matches ce week-end pour les mettre en situation. Pendant le stage, j'aurai des entretiens individuels avec chacun d'eux. » L’ancienne adjointe de Bruno Bini en sélection sait travailler avec un staff complet et n’a pas manqué de rappeler que le club était aussi pleinement de la partie : « Nous allons tout faire pour être prêts. J'aimerai avoir plus de temps, mais je ne suis pas inquiète. Je ne suis pas seule. Tout le monde au club est là pour m'aider. »

"J'ai une équipe à construire"

« Ce n'est pas dans l'air du temps d'avoir une femme entraîneur, ce n'est pas encore entré dans les mœurs », regrette Corinne Diacre
« Ce n'est pas dans l'air du temps d'avoir une femme entraîneur, ce n'est pas encore entré dans les mœurs », regrette Corinne Diacre
PREMIERE FEMME ENTRAÎNEUR PRO EN FRANCE
Après le départ prématuré d’Helena Costa, le président du club à, sans affirmer faire un coup de comm’, voulu tenter l’expérience avec une autre femme, ce qui reste une première en France : « Ce n'est pas dans l'air du temps d'avoir une femme entraîneur, ce n'est pas encore entré dans les mœurs » regrette Corinne Diacre qui doit désormais faire sa place. Mais « le monde change » selon Claude Michy, son Président. Corinne Diacre a ajouté : « A partir du moment où le président a décidé de mettre un entraîneur aujourd'hui qui est d'un genre différent... Je pense qu'ils savent très bien que le Président n'a pas envie de les envoyer dans le mur ».
D’ailleurs Corinne Diacre a tenu à rappeler aux journalistes qu’elle préférait le terme d’entraîneur à entraîneuse : « Le mot entraîneuse a une définition qui a une autre signification », péjorative et n’ayant rien avoir avec le sport. Preuve encore qu’une femme entraîneur n’est pas dans les us et coutumes, ni dans le vocabulaire.

HELENA COSTA
Sur le passage éphémère de la Portugaise Helena Costa, Corinne Diacre a été aussi rapide : « Pour moi l'affaire Helena Costa c'est du passé, (...) on a une saison à préparer, j'ai une équipe à construire. Je fais mon travail sans m'occuper de ce qui s'est produit avec Helena Costa » précisant que « Ce qui s'est passé avant, je l'ai suivi de loin et n'ai aucun jugement à porter là-dessus. »

« Ils ont plus de muscles. C'est la seule différence ! »

L'ancienne capitaine des Bleues le sait, cet engouement va retomber rapidement...
L'ancienne capitaine des Bleues le sait, cet engouement va retomber rapidement...
UNE FEMME AU MILIEU DES HOMMES
Interrogée sur le fait de diriger une équipe professionnelle masculine, Corinne Diacre a répondu de manière ironique : « Je n'ai pas vu de différence, sinon qu'ils ont plus de muscles. C'est la seule différence ! », avant d’ajouter : « Ce n'est pas un sujet pour moi ! Et je ne les appelle pas +les filles+, ne vous inquiétez pas ! »

LA PRESSION MEDIATIQUE
En tout cas, si son arrivée n’a pas eu le même retentissement international qu’Helena Costa, elle n’en reste pas moins un intérêt nouveau pour les médias. Au point de se demander si cela ne va pas ajouter de la pression à l’enjeu sportif. Corinne Diacre ne semble pas perturber et sait, comme cela a pu être le cas avec la sélection féminine, que c’est souvent ponctuel et non pérenne : « La pression, c’est vous, les journalistes, qui la mettez en place. Pas moi. Je ne me pose pas plus de questions que pendant le reste de ma carrière d’entraîneur. Et puis, après tout, j’ai mes diplômes ». Mais reste que le public, lors du premier match amical n’a pas manqué de l’applaudir, lorsque le speaker a annoncé son nom, même les supporters adverses.
Pour Corinne Diacre, cet effet médiatique est provisoire : « De toute façon, la presse sera présente lors des deux premiers matchs de la saison et après, tout ça va se tasser. Si ça permet de mettre un peu en lumière le club de Clermont, ça me va. Mais avec de bons résultats sportifs rapidement, c’est encore mieux » car au final comme tout entraîneur, c’est sur ses résultats qu’elle sera jugée.

Corinne Diacre
Née le 4 août 1974, à Croix.
Poste : défenseuse.
Parcours club : ASJ Soyaux (1992, 2011).
Parcours coach : entraîneur adjointe équipe de France féminine, ASJ Soyaux (2007/2013)
Nombres de sélections en équipe de France : 121 (66V, 20N, 35D)

Lundi 14 Juillet 2014
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :
JOYEUX NOËL !

JOYEUX NOËL ! - 26/12/2017

Bonne année 2017 !

Bonne année 2017 ! - 02/01/2017