Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France (Demies) - Le LOSC en finale, l'OL s'impose sur le fil

Les deux demi-finales de la Coupe de France se déroulaient ce dimanche après-midi. L'OL, large favori, a dû patienter et attendre les arrêts de jeu et la délivrance d'Hegerberg tandis que le Paris FC a été battu à domicile par le LOSC.



GRENOBLE - LYON 0-1

Le but de la délivrance pour l'OL
Le but de la délivrance pour l'OL
Les Grenobloises ont cru durant plus de 90 minutes à l'incroyable exploit de faire tomber Lyon. Pensionnaire de D2, le GF38 a résisté aux assauts adverses et sa gardienne n'a pas manqué de briller pour permettre de tenir bon. La période internationale n'a pas été des plus bénéfiques aux Lyonnaises qui ont commis beaucoup d'erreurs techniques comme le déclarait Reynald Pedros : "On a eu énormément de déchets mais les filles n'ont rien lâché. On a demandé de bien s'appliquer sur les centres, les corners. On est en finale, c'est déjà une bonne chose". Seule la victoire est belle et Grenoble qui avait poussé Dijon aux tirs au but avant de les éliminer n'a pas cette fois-ci pu récidiver. Hegerberg est passée par là d'un coup de tête sur un bon centre de Marozsan (0-1, 90+4').

Tous les efforts grenobloises ont été anéanti durant les arrêts de jeu longs de huit minutes. Juste avant ce but, Marozsan avait manqué de réussite trouvant la base du poteau de Perrault (90+1e). L'ancienne gardienne de l'OL a été à l'image de son équipe courageuse pour tenir durant cet attaque-défense. Le Sommer avait trop croisé sur son premier tir (13e), devant ensuite quitter ses partenaires suite à un choc de la tête avec Fortin finalement sans gravité (27e). Les plus beaux arrêts de Perrault auront été nombreux comme sur un ballon dévié par sa partenaire vers son but (16e) sur les tentatives de Bronze (41e), Marozsan (84e) ou encore Jaimes (62e, 88e). Les Grenobloises n'eurent que quelques rares occasions de s'exprimer en contre comme celle de Khoury devant Weiss (52e).

L'élimination est cruelle pour de courageuses grenobloises qui auront offert aux quelque 5 000 spectateurs un vrai match de Coupe même si la surprise n'a pas été au rendez-vous.

Grenoble (D2) - Lyon : 0-1 (0-0)
Grenoble (Stade des Alpes) - 4 920 spectateurs
Arbitre : Solenne Bartnik
15h15 - Eurosport 2 en duplex - Eurosport 360

0-1 Ada HEGERBERG 90+4' (Marozsan côté gauche effectue un passement de jambes devant son adverse et délivre un centre pour la reprise de la tête d'Hegerberg plein axe à 5 m qui conclut)

Aucun avertissement

Grenoble : Perrault (c) ; Fortin, Da Cunha, Boilard, Smaali (Guilhemjouan 90'), Schlepp ; Elisor, Navas, Bueno ; Bretigny (Jbarah 58'), Khoury (Grange 79')
Banc : Troussier (G), Grange, Jbarah, Guilhemjouan, Neutelers

Lyon : Weiss ; Bronze, Buchanan, Kumagai, Malard ; Henry, Fishlock (Jaimes 57'), Marozsan ; Cascarino, Hegerberg, Le Sommer (c) (van de Sanden 29')
Banc : Bouhaddi (G), Van de San, Roux, Azzaro, Jaimes

REACTIONS

Nicolas Bach (entraîneur du GF38) :
“Il y a deux sentiments qui pré-dominent. L’issue est cruelle pour nous mais il y a de la fierté suite à notre prestation. Je savais que les 10 premières minutes de la rencontre allaient être difficile face à cette équipe, on a eu du mal à gagner nos duels. Une fois passé cette période sans prendre de but, c’était mieux même si je ne pensais pas qu’on aurait autant de mal à ressortir le ballon. Malgré tout, derrière, on a su faire preuve de solidarité, de combativité. Je suis fier de mon équipe, qui s’est tout simplement comportée comme des “pros”. Mes joueuses ont été héroïques, ici ou par exemple à Dijon. Le président (Stéphane Rosnoblet) ou encore Laurent Dechaux (coordinateur administratif) ont dit aux filles, dans le vestiaire, que c’était comme une victoire et à plusieurs niveaux, avis que je partage totalement. C’est une bonne publicité pour le foot féminin à Grenoble. On a à cœur de bien finir la saison maintenant.”

Reynald Pedros (entraîneur OL):
“Un sentiment de satisfaction de s’être qualifié pour la finale. On savait très bien que plus le temps avançait dans la rencontre, plus Grenoble allait défendre crânement ses chances. Quand on entre dans les arrêts de jeu, on se demande si ça va finir par entrer. On a eu énormément de déchet mais les filles n'ont rien lâché. Elles ont continué à aller de l'avant, en allant au bout d'elles-mêmes. Et on parvient à marquer ce but mérité sur la fin. Il fallait mettre du monde dans la surface, quitte à rester en un-contre-un derrière. Ça nous a réussi et c'est tant mieux. Si on marque dans le 1er quart d’heure, le match aurait pu être tout autre pour nous. Malgré tout, je suis satisfait. Les blessures ne sont pas une excuse sachant que les internationales qui sont revenues jeudi ou vendredi ont malgré tout joué. On a buté sur une équipe solide du GF38 qui a eu un bloc bas et ça nous a mis en difficulté. Comme je l’ai dit précédemment, je reste satisfait de cette qualification.
Cette finale contre Lille sera une surprise parce que le Paris FC partait tout de même favori. Ça ne sera pas facile, il faudra lutter. On sait à quoi s'attendre, tous les matches que l'on joue sont compliqués. Maintenant, on est fixé sur Bordeaux et il faudra bien récupérer avant d'aborder cette rencontre. Pour Eugénie (Le Sommer), elle a été touchée à l'arcade mais sa blessure n'est pas grave et ne compromet rien pour le week-end prochain.”

Sandrine Brétigny (attaquante du Grenoble Foot 38):
“Je pense qu’on y a cru. On a montré aujourd’hui qu’on était une équipe solidaire. J’espère que le public s’est régalé à regarder ce match. On aurait aimé aller aux penaltys comme les deux tours précédents. Malgré tout je reste fière de mes coéquipières et de ce que nous avons réalisé aujourd’hui. Il y a de la déception car on était proche du bonheur total. Ça fait une belle promotion pour notre équipe, pour le GF38 mais également pour la Coupe du Monde féminine qui approche. On espère dorénavant que les gens viendront voir nos matchs et nous soutiendront pour finir à la meilleure place possible en championnat.”

cy[Ada Hegerberg (auteur du but de la victoire de l'OL) :
"On est très contente de s'être qualifiées pour la finale. C'était un match difficile mais on mérite de marquer ce but et d'aller plus loin. Il fallait tenir jusqu'au bout mais ce n'était pas forcément notre journée. C'était vraiment dur aujourd'hui mais on a su l'emporter et c'est le plus important. Ce n'est jamais simple contre ce genre d'équipes, encore plus quand elles tentent de casser le rythme. À nous de maintenir une certaine cadence pour gagner. Aujourd'hui, on a eu du mal à le faire mais on a réussi l'essentiel en se qualifiant pour la finale."

PARIS FC - LILLE 0-1

Jamais deux sans trois. Le LOSC n'aura perdu aucune de ses confrontations avec le Paris FC cette saison. Mieux les Lilloises se sont même imposées pour la deuxième fois sur ces trois rencontres.
Une défaite et une grosse désillusion pour le Paris FC qui partait favori au regard du classement en championnat. Mais en Coupe de France, tout est possible et les Lilloises l'ont démontré. Avec un fort vent présent dans l'enceinte "ouverte" de Bondoufle, les Lilloises n'ont pas hésité à tenter et Benameur a dû intervenir devant Sarr (37e) ou encore Diaz (41e). Côté parisien, les opportunités furent rares si ce n'est une tentative sur un corner direct de Thiney bien repoussé par Launay (22e). L'apport de Bourdieu en attaque avant même la mi-temps n'a pas suffi à surprendre la défense lilloise. Dans ces conditions, il a fallu attendre l'ouverture du score sur un corner direct de Boussaha qui a surpris Benameur (0-1, 75') pour voir une réaction. Mais cela n'a pas suffi car Launay a veillé jusqu'au bout et un coup de tête de Matéo (90+1e).

Dans une saison compliquée, le LOSC qui n'a pas encore dit son dernier mot pour le maintien, aura l'occasion de terminer sa saison en beauté par la première finale de son histoire face à Lyon, à Châteauroux, le 8 mai prochain.

Paris FC - Lille : 0-1 (0-0)
Bondoufle (Stade Robert Bobin) - 554 spectateurs
Arbitre : Jennifer Maubacq
15h15 - Eurosport 2 en duplex - Eurosport 360

0-1 Lina BOUSSAHA 75' (Corner direct frappé du droit de la gauche vers la droite qui retombe plein axe sous la barre de Benameur lobée)

Aucun avertissement

PFC : Benameur ; Jaurena, Cascarino, Aigbogun, Soyer ; Makanza (Vaysse 79'), Thiney (c), Benoit, Abam (Bourdieu 38'), Matéo ; Sällström
Banc : Pecharman (G), Bourdieu, Vaysse, Ribeiro De Carvalho, Jean-François

LOSC : Launay ; Lernon, Nicoli, Coutereels (c), Dafeur ; Sarr (Teegarden 88'), Boussaha (Dufour 79'), Polito, Demeyere, Boucly (Bauduin 90+2') ; Diaz
Banc : Azem (G), Teegarden, Bauduin, Dufour, La Villa



Jeudi 14 Mars 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :