Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France - Grégory MLEKO (Rodez AF) : « Satisfait de ce que j’ai vu aujourd’hui »

Déjà pas verni avec un tirage défavorable contre le PSG, qui a confirmé sa large supériorité en l’emportant dimanche (5-1) en huitième de finale de Coupe de France, l’entraîneur du RAF a surtout dû encaisser, après le coup de sifflet final, l’annonce de la blessure de Julie Peruzzetto, touchée aux ligaments du genou gauche.



(capture image FFF TV)
(capture image FFF TV)
La blessure de Julie Peruzzetto en fin de match va venir compliquer la course au maintien…
C’est embêtant parce que c’est une joueuse expérimentée, on n’est pas trop optimiste. Après oui, ce sera une fin de saison tendue. Mais on est satisfaits de ce qu’on a vu aujourd’hui, surtout en deuxième mi-temps. On a fait pas mal tourner l’effectif, en laissant quelques titulaires au repos. On savait que ça allait être compliqué, mais on sort des points positifs de ce match malgré le score. Il faut que ça nous serve dès la semaine prochaine face à Lille. Nos filles sont capables d’aller chercher le maintien selon moi mais il va falloir le faire pour de vrai, s’y mettre et recoller très rapidement en gagnant à domicile. On souhaite un beau parcours au PSG en Coupe de France, mais il faut qu’on se préoccupe de nous parce qu’aucune équipe ne va lâcher.

Même Marseille est bien revenu…
Oui, on le voit, tout est très serré dans le bas de tableau puisqu’Albi gagne à Fleury et perd contre Marseille à domicile, nous on perd contre Soyaux à la dernière minute, on fait un résultat nul contre Bordeaux… Ça va se jouer jusqu’à la dernière journée, à nous de faire le travail nécessaire pour nous sauver parce que je pense qu’il y a la place, et qu’on a l’équipe pour se sauver. Il ne faut rien lâcher parce que ça va se jouer au mental.

Dans ce mois décisif, le plus important ça va aussi être de rester solide derrière ?
Sur les derniers matches on marque plus de buts, mais on en encaisse plus aussi. Nous sur ce match on savait que ce serait compliqué, surtout hormis Manon Guitard, la charnière était composée de joueuses qui disputaient leur premier match comme titulaire (Anais Chareyron, Anne Sophie Ginestet). Mais il y a eu des choses positives de leur part pour 90 premières minutes. On a des idées pour la suite, à nous de continuer à travailler jusqu’au bout, et comme on l’a dit aux filles, il faut aller chercher le maintien car il ne viendra pas tout seul !

Pour en revenir au match, le but que vous marquez d’entrée de seconde période, ça a provoqué quel changement sur l’équipe ?
Ça motive toujours de marquer, surtout parce que ce n’est pas toujours le cas face aux grosses écuries. On s’est aussi créé trois grosses occasions en fin de seconde période, avec ce lob qui passe de peu à côté, un poteau sur coup franc… Autant sur la première mi-temps c’était compliqué parce qu’on a beaucoup subi, on a peiné au niveau des centres au deuxième poteau contre nous qui nous ont mis en difficulté. En revanche, on n’a rien lâché et on s’est battu jusqu’au bout, et on a été récompensé de cette envie.

Propos recueillis par Vincent Roussel

Mardi 27 Mars 2018
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :