Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France - L'AS SAINT-ETIENNE a remis ça !

Formidables de courage et de générosité, les Vertes ont aussi été réalistes et ont fait tomber l’ogre parisien (2-0) ce samedi en demi-finale de la Coupe de France à Léon Nautin. Chaumette et Gherbi, les deux buteuses du jour, ont envoyé l’ASSE en finale. C’est la deuxième en trois ans pour les Vertes.



Les Stéphanoises ont laissé éclater leur joie (Photos Thibault Simonnet)
Les Stéphanoises ont laissé éclater leur joie (Photos Thibault Simonnet)
«Qui c'est les plus forts ? » Evidemment, c'est les Vertes. Euphoriques et sur leur nuage, les joueuses de l’ASSE ont laissé éclater leur joie au coup de sifflet final. Une vraie délivrance après 90 minutes de souffrance. Les joueuses qui sont allées communiés avec leurs supporters n’ont pas boudé leur plaisir. Et mêmes une demi-heure après, certaines ne réalisaient pas encore qu’elles étaient en finale. Car cette victoire, c’est bien un exploit face à un PSG qui les avaient pourtant corrigées deux fois en championnat (ndlr : 4-1 et 5-0). Même le président du rival lyonnais, Jean-Michel Aulas, a apprécié en se fendant d’un petit tweet : « Victoire de l’ASSE contre PSG en 1/2 finale de coupe de France féminine ! Le grandissime favori battu à St-Étienne qui a été magnifique ! »,
Car ce succès est un pur chef d'œuvre. Généreuses et solidaires, les Stéphanoises ont respecté à la lettre le plan de leur coach, Hervé Didier. Rigoureuses et appliquées, elles sont restées en bloc dans leurs trente derniers mètres tout en jouant les contres à fond face à une armada parisienne qui a buté sur une défense regroupée et une Méline Gérard en état de grâce. Et puis les deux buts ont été inscrits par deux gamines de 17 ans, toutes les deux formées à « Sainté ». Le premier but d'Audrey Chaumette d'une frappe enroulée dans la lucarne est un modèle du genre (1-0, 27'). Le second de Candice Gherbi est plein d’abnégation, d’opportunisme.

Paris tristement inefficace

Charlotte Gauvin a tout donné sur son côté droit
Charlotte Gauvin a tout donné sur son côté droit
Deux contres, deux buts, les Vertes ont été réalistes et ont assommé des Parisiennes qui ont dominé. Mais d’une manière totalement stérile. Notamment en première mi-temps où Méline Gérard ne s’est pas employé une seule fois. C’est en seconde période que les Vertes ont vraiment souffert. Mais elles ont résisté aux vagues des attaquantes parisiennes qui ont fait preuve d’une triste inefficacité. Heath (49e, 79e) s’est heurtée à une grande Méline Gérard, Dali aussi avant de toucher du bois (54e) alors que Boulleau (55e) et Houara (62e) n’ont pas su régler la mire. Hamraoui, entrée en cours de jeu, n’a pas eu plus de réussite. Sa lourde frappe a été captée par Méline Gérard (67e) et son coup franc dans les six mètres stéphanois ( !) a été repoussé par le mur (89e). Le symbole d’une équipe généreuse à qui tout réussit face à une autre avec du talent mais sans grande imagination en attaque et avec moins d’envie. Héroïques, les Vertes se hissent donc en finale. Pour la deuxième fois en trois ans. Jamais un club qui ne fait pas partie du top4 n’avait réussi cette performance ces dernières années. En 2011 face à Montpellier, l’ASSE avait gagné aux tirs aux buts. Certaines stéphanoises aimeraient bien torturer leur précédente victime une fois de plus le 8 juin prochain à Clermont-Ferrrand. Et elles vont scruter le résultat de Montpellier – Lyon ce dimanche avec le plus grand intérêt.

Thibault Simonnet

Les réactions

Hervé Didier (coach de l’ASSE) : « Elles le méritent »
« On savait que ça allait être compliqué qu’il y avait des individualités en face mais notre défense centrale a été performante, notre milieu aussi et Méline a fait les arrêts qu’il fallait. Dans le dernier quart d’heure, on a joué « à l’arrache », il n’y avait plus de technique, plus de consignes. Il fallait se bagarrer sur tous les ballons. Je suis content parce qu’Audrey (Chaumette) marque le premier but et c’est Léonie (Fleury) qui frappe sur le second puis Candice (Gherbi) qui reprend pour marquer le second. Ce sont trois jeunes qui ont fait la différence et qui ont fini le boulot des filles. C’est bien. Je suis super content pour les filles. Elles le méritent vraiment. Elles ont produit un gros match. On avait peu de chances de passer. Et l’avoir fait, c’est le top. »

Charlotte Gauvin (défenseure de l’ASSE) : « Une grande joie »
« Déjà de battre Paris, c’est un exploit ! On avait à cœur de bien faire à l’occasion de cette demi-finale. On avait des consignes à respecter, c’est ce qu’on a très bien fait. C’est un immense plaisir, une grande joie. Ce match, c’était une finale pour nous. On a été en difficulté mais on s’est battu, on n’a rien lâché. Les mots c’était solidarité, rigueur et maintenant on va fêter ça et profiter. Je réalise l’exploit qu’on a fait de batte paris mais je ne réalise pas trop le fait qu’on soit encore en finale pour la deuxième fois en trois ans. On réalisera après, là on profite.

Farid Benstiti (coach du PSG) : « On n’a pas assez respecté l’adversaire »
« C’est une énorme déception. Pas tant sur le fait qu’on ne soit pas qualifiés mais sortir d’un match comme ça en étant aussi stérile... C’est ce qui est très décevant. On n’a pas senti l’agressivité nécessaire pour aller chercher cette victoire. Cela m’ennuie profondément. Il y a une vraie réflexion à avoir ensemble pour que l’on se surpasse sur les matches un peu difficiles. On l’a fait par le passé, je n’ai donc pas de doutes là-dessus. Mais, quelquefois il y a une irrégularité… Et puis prendre deux buts sur deux ballons qui vont vers l’avant, c’est aussi très ennuyeux. Il aurait déjà fallu bien défendre au moins sur ces deux ballons. On ne l’a pas bien fait. Je suis très en colère contre mon équipe pour ça. On n’a pas l’habitude de faire ça. Je n’ai jamais pensé que la Coupe était jouée d’avance. On a eu un bon tirage mais je pense qu’on n’a pas assez respecté l’adversaire. Inconsciemment, on ‘a pas assez considéré le fait qu’aujourd’hui ça allait être plus difficile. »

Sabrina Delannoy (capitaine du PSG) : « A chacun de se poser les bonnes questions »
« Perdre une demi-finale, c’est très décevant. Il va vite falloir se remobiliser, se reconcentrer sur le championnat. Même si cela va être difficile à digérer, il y a Juvisy qui nous attend. La D1 reste l’objectif principal. Aujourd’hui, elles ont eu deux occasions, elles marquent deux buts. Les Stéphanoises ont fait preuve de beaucoup d’efficacité, d’envie. A nous de travailler sur les occasions qu’on a manqué parce qu’on a dominé tout le match. Il n’y a pas eu pas photo mais elles ont été plus réalistes que nous. C’est à chacun de se poser les bonnes questions pour savoir ce qui a été, ce qui n’a pas fonctionné. On va faire un point toutes ensemble pour travailler sur cet aspect. Car l’an prochain, nous n’aurons pas le droit de commettre ces erreurs-là. Il va vite falloir gommer tout ça si on veut accrocher l’OL dès la saison prochaine.

LA FICHE TECHNIQUE

Coupe de France - Demi-finale
Samedi 12 mai 2012 - 14h15
AS SAINT-ETIENNE- PARIS SAINT-GERMAIN : 2-0 (1-0)
Saint-Etienne (Stade Léon Nautin)
Temps gris - Terrain bon
Spectateurs : 500
Arbitres : Elodie Coppola assistée de Solenne Bartnik et Aurélie Efe
Buts : Audrey CHAUMETTE 27', Candice GHERBI 83'
Avertissements : Gauvin 70', Gérard 90' à l'ASSE
ASSE : 1-Méline GERARD ; 2-Charlotte GAUVIN, 5-Julie DEBEVER, 4-Charlotte LORGERE, 3-Amandine SOULARD ; 10-Maéva CLEMARON ; 7-Rose LAVAUD, 6-Aude MOREAU (cap.), 8-Amélie BARBETTA, 9-Candice GHERBI ; 11-Audrey CHAUMETTE (13-Léonie FLEURY 72'). Entr. Hervé DIDIER
Non utilisées : 12-Ophélie BREVET, 14-Anais CHAREYRON, 15-Morgane COURTEILLE, 16-Julie PERRODIN
PSG : 1-Karima BENAMEUR ; 11-Jessica HOUARA, 5-Sabrina DELANNOY (cap.), 4-Caroline PIZZALA, 3-Laure BOULLEAU ; 2-Kenza DALI (14-Kheira HAMRAOUI 63'), 10-Shirley CRUZ TRANA, 6-Aurélie KACI, 8-Tobin HEATH ; 9-Kosovare ASLLANI (13-Annike KRAHN 68'), 7-Lindsey HORAN. Entr.: Farid BENSTITI
Non utilisées : 12-Nonna DEBONNE, 15-Cathy COUTURIER, 16-Véronique PONS

Les buts
1-0 27e : Lavaud accélère plein axe depuis le milieu de terrain, décale sur Chaumette à gauche qui entre dans la surface, crochète Pizzala
2-0 83e : Lavaud tacle le ballon pour servir Fleury. Tout juste entrée en jeu, elle place une frappe flottante repoussée par Benameur. Gherbi a suivi et vient pousser le ballon au fond des filets.

Coupe de France - L'AS SAINT-ETIENNE a remis ça !

Coupe de France - L'AS SAINT-ETIENNE a remis ça !

Coupe de France - L'AS SAINT-ETIENNE a remis ça !

Coupe de France - L'AS SAINT-ETIENNE a remis ça !

Samedi 11 Mai 2013
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :