Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France - Méline GERARD : "Je ne serai plus lyonnaise l'année prochaine"

La doublure de Sarah Bouhaddi à l'OL et en équipe de France qui a joué les six matchs de la Coupe de France et arrêté un tir décisif a annoncé ce vendredi soir qu'elle rejoignait un autre club la saison prochaine.



Méline Gérard (photo Ligue Bretagne)
Méline Gérard (photo Ligue Bretagne)
Cela a dû être frustrant comme match pour vous ?
C'était frustrant, c'était tendu. On a bataillé parce que l'on est vite menées. On a réussi à changer la tendance et à revenir vite à égalité, et c'est une bonne chose. Après on a quand même dominé notre adversaire, on a poussé, on a vraiment voulu mettre ce deuxième but. Malheureusement il n'est pas arrivé, et on a dû subir une séance de tirs au but.

Deuxième victoire pour vous en finale aux tirs au but
Avec Saint-Etienne, on s'était imposé aux tirs au but en finale. C'était resté un très bon souvenir pour moi. Cela m'arrive encore aujourd'hui, tant mieux.
Je n'ai touché beaucoup de ballons et je prends un beau but. J'avais à coeur de sortir au moins un penalty et de donner l'avantage. Sur la séance, je ne suis pas partie souvent du bon côté et la seule fois où j'étais partie, je l'avais manqué de peu. J'ai essayé de rester au maximum dans ma bulle, de partir au dernier moment et cela a été en ma faveur.

Aviez-vous travaillé les tirs au but ?
Quand on joue la Coupe de France, on travaille les tirs au but parce que l'on sait qu'au bout de 90 minutes, il n'y a pas de prolongation. J'en ai tiré aussi quelques uns mais j'étais bien contente de ne pas tirer ce soir parce que je n'en avais pas réussi beaucoup. A la fin du match lorsque l'on m'a dit qu'il ne restait plus de deux tirs et c'était moi, je n'y ai pas du tout pensé et heureusement que cela ne s'est pas passé. Tant mieux que je n'ai pas eu d'aller le tirer.

Comment avez-vous vécu le but encaissé ?
C'est un ballon en profondeur où j'hésite à sortir. Il faudra voir les images, car peut-être que je peux intervenir avant. Je ne peux quasiment rien faire parce qu'elle met une superbe frappe même si je dois un peu anticiper qu'elle va l'enrouler comme ça. Je n'avais pas touché un ballon et je prends un but. Derrière, je n'ai pas fait un arrêt décisif et on va aux tirs au but. J'arrive dans cette séance pas au top de la confiance.

Vous êtes la deuxième gardienne, n'est-ce pas difficile à vivre ?
Cela fait trois ans que je suis à l'OL et mon temps de jeu est vraiment minime. C'est pour ça que je ne serai plus lyonnaise l'année prochaine. J'ai décidé d'aller où j'aurai un peu plus de temps de jeu et de m'imposer enfin dans un grand club. Cela a été trois ans frustrant, j'ai manqué de temps de jeu, et il est temps pour moi de voir ailleurs. C'était certainement mon dernier match avec l'OL donc forcément beaucoup d'émotions. Cela fait un pincement au coeur. J'ai quand même vécu trois belles années. Je sais où je vais aller mais pour l'instant on garde cela secret et c'est le club qui l'annoncera quand il aura envie. J'ai choisi ce club pour le temps de jeu. J'ai fait ce choix en fonction de l'équipe de France. Mon objectif est de m'imposer en équipe de France. Pour cela, il me fallait vraiment du temps de jeu. Je veux aller voir jusqu'où peut aller batailler pour avoir cette place de numéro 1. C'est pour cela que j'ai ce choix de partir, et de voir ce dont je suis capable.

La saison n'est pas encore finie, pensez-vous à la prochaine finale ?
On essaye de savourer notre victoire de ce soir (vendredi) mais notre tête est déjà à Cardiff, à cette finale de Ligue des Champions. On a qu'une hâte, c'est de remporter ce troisième round et de s'offrir encore un titre en Ligue des Champions.



Samedi 20 Mai 2017
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :