Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France - OL - PSG : des histoires de joueuses communes

L’OL et le PSG règnent sur le football français depuis près de cinq ans et vont se rencontrer pour la seconde fois seulement en finale de Coupe de France, après le match de D1 remporté par l'OL (3-0) et celui de Ligue des Champions le 1er juin 2017.



Eve Périsset a rallié cet été le PSG
Eve Périsset a rallié cet été le PSG
La rencontre d'avant dernière journée de D1 n'avait certainement pas la même saveur que les deux finales à venir. Mais après la victoire parisienne en décembre, Lyon a eu à coeur de remettre les choses en place confortant une première place déjà assurée depuis le 8 mai dernier. Les Parisiennes ont perdu tout espoir de qualification en Ligue des Champions et c'est désormais une question de titre dont il sera question.

Lyon s'est imposé 3-0 et ce succès pourra-t-il avoir un impact psychologique pour la suite. Car seulement six jours après revoilà les deux équipes opposées dans une finale de Coupe de France au stade de la Rabine, à Vannes. La valeur du match monte d’un cran. La dernière défaite de Lyon dans le temps réglementaire de cette compétition remonte à la finale 2002 contre Toulouse. Le club s’appelait alors le FC Lyon. Depuis, les Lyonnaises n’ont pas remporté toutes les éditions mais elles n’ont jamais été éliminées autrement qu’aux tirs aux buts. Elles sont donc invaincues sous le blason olympien et sont tenantes des cinq dernières éditions.

Le PSG en quête d'un titre

En face, c’est un autre spécialiste qui se présente. Patrice Lair mène sa septième campagne en Coupe de France pour son troisième club. Jusque là, il en a remporté cinq n’échouant qu’une seule fois en quart de finale en 2011 avec Lyon aux tirs aux buts face à Juvisy. Sinon il a remporté les éditions 2006 et 2007 avec Montpellier (à chaque fois aux tirs aux buts face à Lyon) puis celles de 2012 à 2014 avec Lyon contre Montpellier, Saint-Étienne puis le PSG. En début de saison, la Coupe de France était clairement l’objectif parisien. Elle semblait naturellement la voie la plus probable pour remporter un titre enfin un second titre, plus que le championnat qui nécessite de la régularité et la Coupe d’Europe où l’opposition est plus relevée.

Le seul trophée de l'histoire récente du PSG remonte à la Coupe de France en 2010. Mais désormais, le PSG est à la même distance d’une victoire en Coupe de France qu’en Ligue des Champions. Dans les deux cas, il ne reste qu’un match à remporter et face au même adversaire. Les déboires subis en championnat et le prestige supérieur de la compétition incitent sans doute le club parisien à privilégier désormais une victoire européenne qui serait qualificative pour la prochaine édition (et donnerait trois représentants à la France). La position lyonnaise est sans doute assez similaire : rejoindre Francfort au nombre de victoires en Ligue des Champions est sans doute plus important que d’augmenter encore le record du nombre de Coupes de France. Mais il est certain qu’aucune des deux équipes ne fera l’impasse sur la finale française.

Le PSG, bête noire de l'OL

Patrice Lair a tout gagné avec Lyon et espère ouvrir son palmarès avec le PSG
Patrice Lair a tout gagné avec Lyon et espère ouvrir son palmarès avec le PSG
Lors des cinq dernières saisons, l’OL n’a concédé que six défaites. Une contre Potsdam, deux contre Wolfsbourg et trois contre le PSG. L’équipe parisienne est donc celle qui arrive le plus à battre celle de Lyon. Mais pendant le même temps, elle a aussi concédé neuf défaites dont certaines assez lourdes. Bref, si le PSG est sans doute la bête noire de l’OL, c’est plus relatif aux standards lyonnais que dans l’absolu. Les deux équipes ne se quittent plus en Ligue des Champions : c’est la troisième saison consécutive qu’elles se rencontrent avec une qualification partout. Il faut dire qu’une fois sorti des équipes allemandes et françaises et éventuellement d’une suédoise les bonnes années, le reste du plateau n’est clairement pas au même niveau, ce qui multiplie les confrontations entre les mêmes quatre ou cinq équipes.

En ajoutant la finale de la Coupe de France 2014, cela fera donc la quatrième saison consécutive que les deux clubs s’affrontent plus que deux fois. C’est beaucoup mais c’est finalement dans la logique de l’hétérogénéité des équipes dans les différentes compétitions qui fait que les meilleures équipes finissent la plupart du temps par s’affronter, en finale à défaut de tirage au sort plus précoce. Ainsi cette saison sera seulement la première sans Montpellier-Lyon en Coupe de France depuis 2011. C’est plutôt le faible nombre de PSG-Lyon dans cette compétition qui est anormal.

Une histoire commune de joueuses

L’histoire commune de l’OL et du PSG repose sur les matchs qui ont opposé les deux équipes mais également sur les nombreuses joueuses qui ont porté les couleurs des deux clubs. Onze joueuses des effectifs actuels ont ainsi porté les couleurs de l’équipe adverse, sans compter Amandine Henry retournée à Portland et Gwenaëlle Pelé, désormais kiné au PSG et qui a aussi eu les deux maillots.

Le PSG dispose d’un bel effectif comprenant 14 internationales A pour 18 joueuses ayant participé au moins à l’équivalent de cinq matchs complets toutes compétitions confondues. Parmi elles, quatre ont déjà remporté la Ligue des Championnes : Shirley Cruz et Laura Georges avec Lyon, Verónica Boquete avec Francfort (contre le PSG) et Cristiane avec Potsdam il y a douze ans. On pourrait aussi ajouter Ève Périsset qui était restée sur le banc l’an dernier à Reggio d’Emilie. Quatre autres joueuses5 étaient de la finale perdue contre Francfort il y a deux ans. Patrice Lair dispose donc d’un effectif qui pourrait faire envie à presque n’importe quel adversaire.

Mais ça n’est pas le cas quand il s’agit de Lyon où 22 joueuses ont joué plus de 450 minutes. Toutes sont des internationales A en exercice sauf Corine Petit (89 sélections tout de même) et Mylaine Tarrieu (internationale France B). La richesse de l’effectif est telle que Kenza Dali et Aurélie Kaci, qui étaient titulaires lors de la finale du PSG contre Francfort et qui étaient régulièrement appelées en sélection les deux dernières saisons n’ont pas atteint la barre des 450 minutes après une saison certes gâchée par les blessures.

Douze joueuses ont déjà remporté la Ligue des Champions et cinq autres ont au moins joué la finale, sans compter des joueuses comme Méline Gérard, Claire Lavogez ou Kheira Hamraoui qui ont atteint une finale sans y prendre part. Outre les joueuses qui étaient déjà là l’an dernier, Josephine Henning a remporté trois titres européens avec Potsdam et Wolfsbourg (dont deux contre Lyon) et Dzsenifer Marozsán un avec Francfort (contre le PSG). Parmi les 24 joueuses susceptibles de participer cette année, les seules qui n’ont pas déjà mené une campagne européenne jusqu’en finale sont les deux recrues nord-américaines et pour cause : elles participent pour la première fois à la compétition.

Coupe de France - OL - PSG : des histoires de joueuses communes

Les confrontations OL - PSG : 24 victoires de l'OL, 6 nuls, 3 victoires du PSG

Coupe de France - OL - PSG : des histoires de joueuses communes

Jeudi 18 Mai 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :