Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Sabrina DELANNOY (PSG) : "Faire au mieux pour aller chercher le titre".

Alors que la saison 2012/2013 touche à sa fin, Sabrina Delannoy, capitaine emblématique du PSG revient sur la qualification de son club pour la prochaine ligue des champions avant d'envisager sa neuvième saison dans le club de la capitale l'an prochain.



(photo psg)
(photo psg)
A l'heure de faire les comptes de ce championnat version 2012/2013, Sabrina Delannoy analyse la saison du Paris Saint-Germain, qui aura connu des hauts et des bas avec, cependant, un bilan largement positif de 74 points en 21 journées.
"C'est un bilan plutôt positif. L'objectif principal de début de saison était une qualification pour la prochaine édition de la ligue des champions, chose que nous avons acquise en conservant notre deuxième place après la victoire face à Juvisy. On n'oublie cependant pas la défaite à Saint-Etienne en demi-finale de coupe de France, c'est tout de même un petit point noir dans notre saison car nous voulions vraiment jouer cette compétition à fond. Dans l'ensemble, cela reste quand même une très belle saison, qui nous a permis de former un bon groupe, tout jeune, et qui a encore des choses à apprendre. Nous avons énormément travaillé depuis des mois, et le fait d'avoir acquis cette deuxième place va nous permettre d'avoir encore plus d'expérience lors du prochain exercice avec cette ligue des champions".

« Ne pas commettre les mêmes erreurs à l'avenir »

Seule grosse désillusion d'une saison aboutie dans l'ensemble, l'élimination en demi-finale de coupe de France face à Saint-Etienne, équipe surprise qui s'invitera à la finale après l'avoir remporté il y a deux ans. Un "cruel manque de réalisme et d'efficacité' selon Sabrina. "Lors de la demi-finale, nous avons cruellement souffert d'un manque d'agressivité. Il nous a manqué pas mal de choses sur cette rencontre. C'est un match qui doit nous servir de leçon. On évolue toujours après une défaite, nous savons que nous avons un statut à défendre et nous devrons ne pas commettre les mêmes erreurs à l'avenir".

Dès le début de saison, les dires du staff et des dirigeants Parisiens étaient clairs : le club devait à tous prix obtenir une deuxième place en D1, synonyme de qualification pour la ligue des champions pour le prochain exercice. Chose désormais faite pour les joueuses de Farid Benstiti, qui auront à coeur d'en découdre au niveau européen en 2013/2014.

Les Parisiennes terminent à la seconde place (photo psg)
Les Parisiennes terminent à la seconde place (photo psg)
"Nous voulions vraiment accrocher cette place qualificative, c'était une des ambitions du club. Un titre en coupe de France est un peu éphémère, même si on sait très bien qu'il est important pour une équipe d'engranger des titres et des victoires. La différence entre cette qualification et la coupe de France, va se faire sentir sur du long terme. En effet, cette deuxième place nous donne la possibilité de disputer une compétition européenne la saison prochaine, ça permet de mobiliser tout un groupe. Nous savons que la tâche ne sera pas facile, que nous devrons beaucoup travailler pour jouer crânement notre chance. Cependant, on sait déjà qu'avec l'acquisition de cette qualification, nous jouerons au minimum deux matchs européens de haut niveau. Cela prouve aussi tout le désir du club de développer et d'investir dans sa section féminine, nous voyons que derrière, les choses suivent, élément qui nous poussent à se surpasser à chaque match".

Ensuite, même si le PSG réussit une très belle saison, les coéquipières de Lindsey Horan n'auront, cette année, pas réussi à aller chercher l'Olympique lyonnais, encore au-dessus "à l'expérience" pour Sabrina Delannoy. Elle s'explique : "La différence principale avec l'OL, aujourd'hui, c'est qu'elles possèdent un groupe avec beaucoup d'expérience. Chez nous, lors de notre première confrontation à domicile, nous les accrochons et ne perdons finalement qu'un but à zéro sur un penalty, c'est positif, ça nous donne de l'espoir car on est en droit de se dire qu'à un moment donné, nous avons fait douter cette équipe lyonnaise. Sur un match, tout est possible. Après, il est vrai que c'est un groupe qui a vécu beaucoup de choses ensemble, avec notamment le gain de deux Ligues des champions et le fait d'être restées invincibles cette saison lors de tous les matchs de championnat. Il y a là-bas des joueuses de grands talents, et avec un immense palmarès. Nous allons prendre le temps, à Paris, de nous construire par rapport à tout ces éléments, on va tout donner pour gagner en expérience et essayer d'aller faire quelque chose en championnat dès la saison prochaine. Même si nous ne parvenons pas à gagner le titre l'an prochain (qui restera tout de même un objectif du club, précise-t-elle), nous donnerons tout lors des confrontations directes avec Lyon, pour les faire douter au maximum et réaliser les meilleures performances possibles. Nous allons faire au mieux pour aller chercher le titre la saison prochaine".

« La D1 deviendra un championnat de plus en plus homogène »

La capitaine Parisienne, qui vivra sa neuvième année au club la saison prochaine, évoque enfin le niveau global de la D1 : "La D1 féminine a beaucoup progressé. Etant au Paris Saint-Germain depuis huit ans, j'ai vraiment vu l'évolution de ce football féminin en France. C'est en croyant en l'avenir de ce sport, en injectant de l'argent, et en donnant des moyens aux joueuses de devenir professionnelles, que les choses vont avancer. Aujourd'hui, Paris et Lyon sont les deux plus gros clubs qui mettent en oeuvre des moyens financiers importants pour le développement de leurs sections féminines. C'est par cet intermédiaire d'investissement que le championnat va avancer, à coup sûr ! On le voit par ailleurs avec des équipes comme Guingamp, qui commencent à investir de plus en plus et dans lesquelles des contrats fédéraux commencent à faire leur apparition. C'est selon moi aux clubs (notamment des clubs possédant des équipes de ligue 1 masculine) disposant de moyens importants, avec de bonnes infrastructures, de faire avancer les choses et de contribuer au développement du foot féminin et de la D1 en général, chose que certaines équipes commencent à faire aujourd'hui. C'est bien et très positif pour l'avenir. Si les autres clubs continuent, avec leurs moyens respectifs, à se développer, la D1 féminine deviendra un championnat de plus en plus intéressant et homogène".

Propos recueillis par Benjamin Roux.

Mercredi 29 Mai 2013

Dans la même rubrique :