Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema - Les réactions de Bernard MENDY et Sakina KARCHAOUI

Retrouvez les réactions de Bernard Mendy et Sakina Karchaoui en conférence de presse.



Bernard Mendy (entraîneur adjoint du Paris SG)

Vous avez bien réagi ce soir mais la déception doit être grande d’avoir laissé échapper ce titre de champion de France…

Une grande déception, oui. Je ne vais pas vous reparler de la saison. Le plus important ce soir, c’était de montrer un beau visage du Paris Saint-Germain. Comme je l’ai dit aux filles, je suis très fier d’elles car elles ont réalisé un très très beau et gros match. Mais on a cinq minutes d’inattention qui nous pénalisent. On peut être déçus que Lyon soit champion chez nous, car l’éviter était l’objectif que je leur avais fixé pour ce match. Après le plus important aujourd’hui, c’est ce qu’on a montré, devant nos supporters, nos familles qui étaient là aussi. On a montré vraiment un beau visage par rapport à tout ce qu’il s’est passé.

Comment avez-vous géré cette semaine, notamment dans les têtes ?

J’ai changé pas mal de choses à vrai dire. Vous avez vu sur ce match avec le système de jeu. On avait les profils pour jouer dans ce système-là. Elles ont répondu présentes alors qu’on a eu que deux jours pour travailler. Donc imaginer ce qu’on peut faire en une semaine ou un peu plus… Il y a eu aussi l’aspect mental qui était important. Le but était de leur redonner de la confiance, essayer d’oublier tout ce qu’il s’était passé même si c’était difficile. On a vu ce soir qu’elles jouaient plus relâchées, elles ont posé des problèmes à Lyon. Félicitations à elles d’ailleurs car elles ont fait une belle saison en étant championnes d’Europe puis de France. Le mérite leur revient mais on reviendra plus fort.

Les chants des ultras ne vous ont pas échappé au début du match, vous en pensez quoi ?

J’ai entendu effectivement les chants des ultras. Cela étant, je ne peux pas parler de ma situation personnelle sachant qu’il y a un entraineur qui est en place, qui a un contrat. Ce serait inapproprié de ma part d’évoquer la situation. Mais vous aurez bientôt des nouvelles.

Un mot de Marie-Antoinette Katoto qui est sortie ?

Elle avait une petite douleur au niveau des adducteurs mais je pense que ce n’est rien de grave. On l’a sorti par précaution et par rapport aux échéances à venir avec l’Équipe de France si elle est sélectionnée. On a préféré ne pas prendre de risque et même sur le dernier match, je pense que je ne la prendrai pas.

Comment redonnez-vous confiance à vos joueuses après les soucis extra-sportifs ? Comment sont-elles préparées mentalement ?

On a essayé de changer un peu à l’entraînement en revenant à des choses plus simples, aux fondamentaux avec aussi pas mal de vidéo histoire de leur redonner la confiance qu’elles avaient peut-être perdu. Il y a aussi de la communication. En tant qu’adjoint, tu as plus un rôle de grand frère. Là, j’étais entraîneur numéro 1 mais ça n’avait pas changé. J’étais aussi proche d’elles qu’avant et elles l’ont redonné sur le terrain. C’est le principal.

Cela étant, il y a eu des choix à faire. Les filles au milieu ont répondu présentes. Aminata Diallo a fait un gros match. Il faut la féliciter aussi car avec tout ce qu’il s’est passé, elle a une force de caractère énorme. J’anticipe aussi la question par rapport à Sara Däbritz qui va venir. Je voulais mettre Laurina Fazer, qui a fait un très bon match, et qui est je pense l’avenir du club. C’est une titi parisienne et elle l’a très bien rendu ce soir. Le choix était de mettre Sara en tribune et surtout ne pas occulter ce qu’elle a fait pendant deux ans. Elle a été énorme avec nous. Mais sur ce match, je ne voulais pas la pénaliser par rapport à l’ensemble. C’était un choix de ma part.

On la verra quand même mercredi pour une dernière ou pas ?

On a entraînement ce lundi après-midi, on verra. L’idée est de reposer aussi les filles qui partent à l’EURO pour qu’elles aient un peu de vacances. On attend la liste de l’Équipe de France pour voir s’il y a plus de joueuses ou non. Corinne si tu m’entends, j’espère que tu prendras plus de joueuses parisiennes car au-delà de ça, le mental qu’elles ont eu durant cette saison était énorme. Donc j’espère qu’elle prendra plus de filles mais si ce n’est pas le cas, elles seront à disposition pour le match de mercredi contre Reims.

Sakina Karchaoui (défenseure du Paris SG)

Comment vivez-vous cette passation de pouvoir et de titre avec l’OL après l’an dernier ? Comment avez-vous senti le groupe ?

Tout d’abord, je tiens à féliciter l’Olympique Lyonnais d’avoir gagné la Champions League et le championnat, c’est tout à leur honneur. On a vécu une saison compliquée c’est sûr mais on en ressort plus fortes. On a fait un grand match ce soir, on a envoyé un signe fort aussi pour l’année prochaine. Maintenant, on se tourne vers l’EURO et l’objectif à venir, c’est l’équipe de France.

Comment la semaine s’est-elle passée pour le groupe ? A-t-elle été encore compliquée ?

Non, elle n’a pas été compliquée. On a continué avec tout le groupe de préparer ce match comme tous les autres. Ça s’est bien passé aujourd’hui.

Comment ressortez-vous de cette saison difficile, notamment hors du terrain ? Avez-vous grandi, appris des choses ?

Oui bien sûr. Il faut savoir faire la part des choses selon moi. C’est vrai que l’on a eu une saison compliquée. On n’est pas dans le déni, les joueuses, le staff le savent. On en ressort plus fortes et on le voit avec ce match-là. Je reste fière de l’équipe et on continuera à atteindre nos objectifs quand on le pourra.

Pour atteindre vos objectifs, quelles sont selon vous les choses à travailler ?

On a gagné la Coupe de France. Donc on a montré qu’on était là aussi bien présentes. Les objectifs de l’année prochaine seront les mêmes que cette année, on l’espère avec plus de réussite. On se projette plus sur les vacances et l’EURO maintenant.

Est-ce une saison un peu à oublier malgré la victoire en Coupe de France, notamment pour les supporters, avec tous les problèmes extra-sportifs qu’il y a pu avoir ?

C’est vrai que ce qui nous fait le plus de peine, ce sont les supporters. Ils ont toujours été là tout au long de l’année. Je profite de l’occasion aussi pour les remercier. Que ce soit eux, nos familles ou nous-mêmes, on est déçues de ne pas avoir eu plus de trophées cette année. Mais on finit quand même avec un beau match avant de se projeter vers la suite.

Vous allez suivre la liste pour l’EURO demain. Comment avez-vous prévu de la suivre ?

Je vais la suivre avec des amis. J’espère qu’il n’y aura pas de surprises (rires) mais ça va aller.

Lundi 30 Mai 2022
Daniel Marques

Dans la même rubrique :