Footofeminin.fr : le football au féminin

France B - Jean-François NIEMEZCKI : "Grandir au travers de ces expériences"

Le sélectionneur de l'équipe de France B est revenu après l'opposition face à l'équipe de France universitaires (5-2) sur les objectifs de cette sélection et la préparation commune avec la FFSU des prochaines Universiades.



Aude Moreau, Lindsey Thomas et Namnata Traoré après le quatrième but
Aude Moreau, Lindsey Thomas et Namnata Traoré après le quatrième but
Les joueuses ont été en difficulté en début de match, comment expliquez cela ?
Le problème, c'est qu'elles prennent tout pratiquement à la lettre. On leur dit qu'il faut jouer au ballon, elles vont jouer au ballon dans les 16,5 m, il y a des bons choix et des mauvais choix. On n'est pas rentré dans le match et en face il y avait une équipe qui avait envie de prouver, beaucoup plus présentes sur le plan des duels, alors que l'on n'était présent dnas les duels. On était pas efficace dans les choix. Après ce but vient nous comdamner, mais après progressivement il y a eu une différence de niveau qui s'est vue.

"C'est dans la richesse qu'on pourra faire mûrir le groupe"

Charlotte Bilbault a réalisé une solide prestation
Charlotte Bilbault a réalisé une solide prestation
Quels étaient les objectifs de cette rencontre ?
L'équipe est faite pour générer des expériences et grandir au travers de ces expériences-là. J'ai un tournoi en Croatie, celles que je vais amener ce type d'erreur c'est interdit.
L'équipe aujourd'hui (ndlr : mercredi) me servait un peu de construction pour l'équipe universitaire qui va venir, étant donné qu'on a signé une convention avec la FFSU (Fédération Française du Sport Universitaire), l'objectif était là aussi.
Et puis de redécouvrir des filles que je n'avais pas pu depuis un moment. Par exemple, Charlotte Bilbault qui est en progression. Namnata Traoré de Tremblay, on s'aperçoit qu'elle est un peu brute dans son jeu mais qu'elle a des qualités. En Croatie, j'y vais vraiment avec l'équipe B avec en gros un double objectif, donner de l'expérience aux filles et pour Philippe (Bergerôo), on ne sait jamais pour le Canada, il y a 23 filles à choisir, il n'est pas sûr que tous les choix soient faits, aux filles qui redescendent un peu de prouver qu'elles ont encore envie, qu'elles sont encore motivées. Je pense que c'est dans la richesse qu'on pourra faire mûrir le groupe de l'équipe A.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le tournoi ?
C'est un bon tournoi avec un enjeu, des matchs à répétition, ce sont des matchs qui vont faire mûrir les gamines avec le Pays de Galles, le Costa Rica et après la Russie ou l'Espagne. Il va falloir être costaud, il faudra montrer d'autres vertus. C'est plein d'indicateurs et pour moi, c'est intéressant.

Jeudi 12 Février 2015
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :