Footofeminin.fr : le football au féminin

A la rencontre de Méline GERARD (AS Saint-Etienne)

La gardienne de l'AS Saint-Etienne s'est entretenue pour footofeminin.fr. Elle revient sur son parcours, son club, ses ambitions.



(photo Le Moustic Production)
(photo Le Moustic Production)
Pour commencer, racontez-nous vos débuts dans le football (vos premiers clubs, votre parcours).
J’ai commencé à Massy (Essonne) dans un club de garçons, où j’ai joué un an en temps que joueuse de champ, avant de débuter la vocation qui est la mienne aujourd’hui, au poste de gardienne de but. Par la suite, lorsque j’ai déménagé, je me suis inscrite dans le club de Montigny-le-Bretonneux, un club de filles, exclusivement, où je suis restée quelques années. C’est peu après que je suis rentrée à l’INF Clairefontaine, en 2005 il me semble, et où j’ai fait deux ans. Lors de ma deuxième année à Clairefontaine, j’ai été recrutée par le Paris Saint-Germain. J’y suis restée une année avant de retourner à Montigny, club avec lequel j’ai évolué une saison en D2 avant d’intégrer l’équipe féminine de l’AS Saint-Etienne en 2010.

Comment vous est venue cette passion pour le football ? A quel âge avez-vous débuté ?
J’ai débuté à l’âge de huit ans. Je jouais déjà au football avant, c’est un sport qui m’a toujours attiré. Dans mon enfance, j’étais un garçon manqué, en quelques sortes, je m’entendais mieux avec eux qu’avec les filles, j’ai toujours voulu faire comme eux, jouer au ballon dans la cour de récréation … C’est de là qu’est née ma passion pour le football

Gardienne de but, ça a toujours été votre poste de prédilection ? Quelles sont les caractéristiques principales et les aptitudes à avoir lorsqu’on évolue à ce poste ?
Il est vrai que, lorsque je jouais dans la cour de récré, j’étais très souvent dans le but. Vous dire pourquoi, je ne sais pas vraiment ! Dès mes débuts en temps que joueuse de champ, je ne peux pas affirmer que j’étais mauvaise, mais je ne me sentais pas du tout à mon aise, à vrai dire, c’est pourquoi j’ai vite compris que ma place était dans la cage. Quand on évolue à ce poste, au combien important dans une équipe, il faut avant tout avoir un mental très solide. Ensuite, être déterminé et vraiment en vouloir.

(photo David Pommier)
(photo David Pommier)
Comment se passe votre début de saison avec l’AS Saint-Etienne, actuellement à la septième place de cette D1 Féminine avec 17 points pris en huit rencontres ?
Nous avons eu beaucoup de mal à rentrer véritablement dans notre saison, connaissant notamment deux défaites consécutives à l’issue de nos deux premières rencontres. Par la suite, on a tout de suite cherché à rebondir le plus rapidement possible. Aujourd’hui, on commence tout doucement à se mettre en route et à avoir des résultats satisfaisants, malgré notre défaite dans le derby face à l’Olympique lyonnais. Je pense que notre saison est désormais lancée, j’ai hâte de voir nos prochains matches pour me faire une bonne idée de ce que nous vallons réellement.

Comment qualifieriez-vous ce début de championnat ? Plutôt réussi ? A l’inverse, est-ce que vous auriez pu faire mieux ?
C’est un début de saison très moyen ! Avec l’effectif qui est le nôtre aujourd’hui, nous avons les capacités pour faire encore mieux. Nous avons du mal à oublier le match contre Arras qui nous reste un petit peu en travers de la gorge (Troisième journée de championnat, 1-1, ndlr), ainsi que la toute première rencontre de championnat face à Montpellier, où nous méritions un peu mieux, à mon sens. Nous pouvons faire beaucoup mieux, j’en reste persuadée !

Vous parliez des matches contre Montpellier et Arras, notamment, que vous a-t-il manqué lors de ces rencontres pour espérer de meilleurs résultats ?
Face aux grosses écuries de cette D1 (Lyon, Montpellier, Paris, Juvisy), il nous manque surtout de l’agressivité. Nous avons beaucoup de mal à imposer notre jeu contre ce genre d’équipes de haut de tableau, alors que nous réussissons plutôt de belles performances face à d’autres formations.

(photo E Baledent/LMP)
(photo E Baledent/LMP)
Comment expliquez-vous cela ? Une peur de gagner ?
Je ne pense pas que ce soit une peur de gagner à proprement parler. Nous nous mettons peut-être trop de pression face à ce genre d’équipes alors qu’on ne devrait pas le faire, en vérité. Nous sommes capables de faire des résultats, nous devons changer certaines de nos mentalités et véritablement croire en nos chances.

Quels objectifs Saint-Etienne va-t-il afficher cette saison ? L’entraîneur et les dirigeants en ont-ils fixés ?
En début de saison (et c’est toujours le cas aujourd’hui), nous en avons discuté. L’objectif est de terminer dans les quatre premiers du championnat. Nous en avons un peu marre de décrocher toujours cette cinquième place de D1, non pas qu’elle soit déplorable, loin de là. Nous avons vraiment toutes envie de monter d’un cran et de terminer plus haut au classement général en fin de saison.

Concernant vos ambitions personnelles à présent. Vous êtes-vous fixés des objectifs à atteindre cette saison ?
Bien évidemment ! Je suis convaincue que tout athlète de haut niveau doit se fixer des objectifs pour pouvoir progresser. Mon objectif, en club, sera de faire la meilleure saison possible et de terminer le plus haut possible en championnat, tout en étant plus régulière. Au niveau des sélections, il y a les universiades cette année, j’espère vraiment pouvoir y participer. Pourquoi pas, petit à petit, grappiller des places dans la hiérarchie des gardiennes de l’équipes de France et arriver un jour en A...

Un mot sur l’équipe de France. Vous avez connu plusieurs sélections (deux chez les U17, cinq chez les U19, quatre chez les U20, et une chez les B). C’est un réel objectif pour vous cette année, de connaître plusieurs titularisations dans cette réserve ? Avez-vous pour ambition future de faire des apparitions en équipe première ?
C’est un de mes objectifs à titre personnel, effectivement. J’espère connaître plusieurs sélections cette saison, et participer aux Universiades, comme je vous le disais tout à l’heure, de façon à acquérir de l’expérience en équipe nationale. L’équipe première ? On y pense toute un petit peu, ou alors c’est que l’on a pas vraiment d’ambitions ! J’y pense depuis un certain temps déjà, j’espère pouvoir y goûter un jour. Cependant, je prends mon temps, inutile de griller les étapes et de les franchir trop rapidement. Chaque chose en son temps.

Propos recueillis par Benjamin Roux

A la rencontre de Méline GERARD (AS Saint-Etienne)
Méline GERARD
Née le 30 mai 1990 à Massy
1m68 - 61 kg
Gardienne de but

Parcours
FC Massy (1998-2000), AS Montigny le Bretonneux (2000-2007), Paris-Saint-Germain FC (2007-2008), AS Montigny le Bretonneux (2008-2010), AS Saint-Etienne (depuis 2010)

Sélections
B (1), U20 (4), U19 (5), U17 (2)

Mercredi 14 Novembre 2012
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :