Footofeminin.fr : le football au féminin

Brèves de D1 (I) – Zlatan, Rafael Nadal et erreurs d’inattention

Footofeminin vous propose de revivre la première journée de D1 sous un angle décalé. Premier épisode de la saison II.



Gaëtane Thiney reçoit le trophée de meilleure joueuse de D1 décerné par la FFF par Philippe Bourgeois et Marie-Christine Terroni (photo A.Nelson Sindfoul)
Gaëtane Thiney reçoit le trophée de meilleure joueuse de D1 décerné par la FFF par Philippe Bourgeois et Marie-Christine Terroni (photo A.Nelson Sindfoul)
Prêcheur a apprécié
Un doublé de Lotta Schelin et un but d’Ada Hegerberg, quarante petites minutes après son entrée en jeu. Pour son premier match à la tête de l’OL, le nouvel entraîneur, Gérard Prêcheur a « apprécié » cette première sortie en championnat. Il n’a pas hésité à faire sortir – à la mi-temps - Corine Petit et Elise Bussaglia remplacée par Amel Majri et Ada Hegerberg. « Il y a beaucoup de points de satisfaction notamment notre maîtrise du jeu basée sur la possession, a-t-il confié au Progrès. Nous avons juste eu du mal à concrétiser nos nombreuses occasions face à une équipe de Guingamp regroupée devant une excellente gardienne ».

Faire comme Nadal
Interrogé sur les motivations nouvelles qu’il pouvait apporter le coach Gérard Prêcheur y a répondu dans les colonnes du Progrès : « Il y a une image qui m’a marqué et j’en ai parlé aux filles. C’est de celle de Nadal à Roland-Garros. Il venait d’en remporter un de plus mais on aurait dit que c’était le premier. Outre leurs qualités intrinsèques, mes joueuses sont des compétitrices. Et ça, on l’a ou on ne l’a pas. Et puis, l’élimination précoce en Ligue des Champions la saison dernière et la forte rivalité avec le PSG sont de bons outils pour moi. »

Les regrets de Mainguy
La gardienne guingampaise a été excellente dans ce match face à l’ogre lyonnais. Elle ne s’est inclinée que sur un corner de Necib prolongée par Lotta Schelin. « Le premier but arrive sur corner, on était prévenu, regrettait après le match Emmeline Mainguy, perfectionniste. C'est une erreur d'inattention, de concentration. Je fais une erreur sur le deuxième, une faute de main bête, j'étais fatiguée, j'assume. C'est frustrant. Si on ne le prend pas, on ne prend pas le troisième. 1-0 contre Lyon, cela nous aurait boosté. Défensivement, c'était dur mais on n'a pas lâché. On va retenir la solidarité, on est en progression. J'espère que l'on va faire une bonne saison et que l'on va titiller le 4e. »

Ce qui a manqué à Issy
Mené 2-0 à la mi-temps après un doublé de Sofia Jakobsson, Issy a réagi en deuxième mi-temps en réduisant le score grâce à Ewele Ndolo. Insuffisant toutefois pour faire son retard. « Malheureusement on a tellement puisé athlétiquement pour revenir au score en seconde mi-temps, on a tellement défendu en 1ère mi-temps qu'on a pas eu la puissance dans les 20 dernières minutes pour aller chercher ce score. On a fini par lâcher physiquement, expliquait Nicolas Gonfalone. Il a manqué cette assurance dans notre jeu, une croyance en nos attaques et nos contres alors qu'on a la qualité et le niveau de jeu pour le faire. En résumé, il faudra faire deux mi-temps complète pour pouvoir prétendre gêner et battre des équipes du top niveau. »

Ne la comparez pas à Zlatan !
Dans une interview accordée au Parisien, la milieu de terrain suédoise Caroline Seger n’a pas envie d’être comparée à Zlatan Ibrahimovic. « Ne me comparez pas à Zlatan, il est au-dessus, très au-dessus de ce que je pourrais faire. Je n’ai pas le plaisir et l’honneur de le connaitre personnellement. Tout ce que je sais de lui c’est qu’il est le plus grand joueur suédois, un des meilleurs joueurs au monde. Si vous voulez me comparer avec quelqu’un, comparez-moi avec moi. C’est suffisant ».

Quand l'OL supporte l'ASSE

Méline Gérard, à gauche, était là pour suivre ses anciennes partenaires (photo Yoël Bardy)
Méline Gérard, à gauche, était là pour suivre ses anciennes partenaires (photo Yoël Bardy)
Arras rassure ses coaches
Malgré la défaite 5-0 face au PSG avec des doublés de Cruz et Delie, les coachs arrageois étaient plutôt rassurés par la performance de leurs joueuses qui ont « tout donné ». « On va se servir de ce match pour avancer. Je n’étais pas enthousiaste avant la rencontre mais je reconnais que ce groupe a du caractère avec des recrues qui apportent. mais face à une telle équipe parisienne, c’était très compliqué », confiait René Devienne à La Voix du Nord.

Elles ne l’ont pas refait
C’était le 20 octobre 2013. Soyaux venait battre Juvisy sur sa pelouse mais, battues lourdement 3-0, les Soljadiciennes n’ont pas réédité leur exploit malgré la présence de six titulaires de la saison passée. « C’était un match difficile pour nous face à une équipe qui va jouer le podium cette saison. On a tenu une heure et puis on a faibli physiquement. Du coup, on a peiné à récupérer le ballon et on a subi », analysait Jean Paredes dans le journal Sud Ouest.

La stabilité comme maître mot
Les onze titulaires alignés par Pascal Gouzenes au coup d’envoi du match de la première journée étaient toutes à Juvisy la saison dernière. Les automatismes sont déjà là pour les Essoniennes. La seule recrue à être entrée en jeu ? Aude Moreau, à dix minutes de la fin. Le coach juvisien regrettait, lui, l’entame de match dans les colonnes de Sud Ouest. « On a voulu trop en faire. On s’est compliqué la vie et on n’a rien montré. La mi-temps a été salvatrice. »

Erreurs d’inattention
C’est mal parti pour les Vertes qui ont été lourdement défaites par Rodez à la maison sur le score de 4-1. Comme l’an dernier, le coach stéphanois, Hervé Didier a pointé les fautes de relâchement : « On fait plutôt un bon début de match mais, à chaque fois, on paye cash nos petites erreurs d’inattention. On fait des fautes de relâchement qu’on ne doit pas faire. On prévient les filles à la mi-temps et dès la reprise, on refait la même « connerie ». Cela prouve qu’on n’est pas tout à fait dans le truc, il va falloir se ressaisir rapidement. Il n’y a pas le feu.

Méline Gérard dans les tribunes
La gardienne de l’OL était présente à Feurs pour le premier match de la saison de l’ASSE face à Rodez. L’OL ne jouant que le lendemain face à Guingamp, Méline était venue encourager ses anciennes partenaires.

Un pas de plus vers la professionnalisation

La France veut être la référence
« Il est trop tôt pour parler d’un championnat professionnel, nous n’avons que 70 joueuses sous contrat fédéral dont seulement un tiers à temps à Lyon et au PSG, mais nous souhaitons devenir une nation de référence dans le foot féminin et, aujourd’hui, le foot féminin ne va pas mal du tout. D’ailleurs, signe que nous sommes prêts, la France est candidate à l’organisation de la coupe du monde 2019 », a souligné Brigitte Henriques, secrétaire générale de la FFF lors de la présentation de la D1.

Rodez a trouvé la faille
A l’inverse des Stéphanoises, les Rafettes ont parfaitement débuté le championnat. Un doublé de De Revière, un penalty de Haupais et un but de Ribeyra ont suffi au bonheur des Ruthénoises qui ont trouvé la clé dans le dos de la défense stéphanoises en seconde mi-temps. « On a de réussite sur la première période. Saint-Etienne aurait pu mener au score au terme de la première demi-heure, soufflait Nicolas Bach, le coach de Rodez. Une fois leur temps fort passé, on a su être efficace dans la construction de nos attaques dans leur dos. On aurait même pu mettre plus de buts parce qu’elles avaient des difficultés à gérer l’espace dans leur dos. »

Le niveau augmente
A l’instar de tous les coaches de D1, Nicolas Bach a confirmé l’élévation du niveau de D1 sur www.centrepresseaveyron.fr. Que ce soit sur le plan du jeu ou sur le plan financier. « Ce sera face à nos concurrents directs qu’il faudra progresser et être davantage régulier que la saison dernière. De toutes les manières, nous n’aurons pas le choix car le niveau ne cesse d’augmenter. La Division1 a encore franchi un pas de plus vers la professionnalisation et nos adversaires seront plus forts que la saison passée. Quand on voit les promus comme Albi qui ont 400 000€ de budget, on en est loin (le budget des Rafettes est estimé à 100 000€, NDLR) ! »

Une révélation à Montpellier ?
Dans une interview accordée au site officiel du MHSC, Jean-Louis Saez rappelle qu’il compte sur ses U19 et espère la révélation d’une joueuse : « J’espère que Lindsey Thomas va se révéler cette année. Si elle arrive à passer outre sa timidité et à prendre confiance en elle, je suis convaincu qu’elle peut s’imposer petit à petit en D1 et nous apporter beaucoup. Globalement, le MHSC a toujours été un club formateur et cela doit se confirmer chez les filles. Certains éléments en U19 ont beaucoup de qualité et tapent peu à peu à la porte de l’équipe première ».

Un contrat fédéral pour Noémie Carage
La jeune défenseure de l'OL Noémie Carage a signé ce mardi son premier contrat fédéral, d'une durée d'un an. Au club depuis les U15, elle fêtera dans quelques jours ses 18 ans avec déjà à son palmarès un titre de Championne du Monde U17, et a remporté le Challenge U19 avec l'OL la saison dernière.

Raté pour Julie Peruzzetto

Minutes de silence
Les coups d'envoi des rencontres de D1 Saint-Etienne - Rodez et Lyon - Guingamp ont été précédées d'une minute de silence. Les Amazones ont rendu hommage à John Bardy, fidèle supporter des Verts et Vertes qui nous a quitté cet été. Les 2 487 spectateurs de Gerland se sont recueillis suite à la disparition du frère d'Elodie Thomis.

Dickenmann, meilleure joueuse suisse
Lara Dickenmann a reçu lundi à Sarnen (Suisse), le trophée de meilleur joueuse suisse, lors des Swiss Football Awards. Un trophée qui vient récompenser ses bonnes prestations avec l'OL et l'équipe nationale de Suisse, qualifiée pour la première fois pour le Mondial.

Long et court voyages
Pour ses débuts, les Messines avaient un très long voyage à parcourir pour leur premier match à Albi, samedi soir. Parties en car vendredi, elles ont passé la nuit à Clermont-Ferrand et sont arrivées pour la collation à Albi aux alentours de 15h00 puis ont disputé la rencontre à 19h00. Au final, une défaite 0-2 avant la réception de Lyon ce dimanche. A l'inverse, Arras est parti à 14h00 samedi pour jouer à 18h00 face au PSG. Les clubs doivent faire au mieux pour couvrir des frais de transport de plus en plus coûteux.

Les U20 sur le pont
Les Mondialistes U20 ont eu droit à quelques jours de repos cette semaine mais pour une partie d'entre elles, elles étaient sur la feuille de match ce week-end. Trois d'entre elles étaient titulaires : Solène Durand (Montpellier), Griedge Mbock Bathy Nka (Guingamp) et Charlotte Saint-Sans Levacher (Arras). Trois sont entrées en seconde période avec leurs équipes : Charlène Gorce et Aminata Diallo avec Guingamp, Sandie Toletti avec Montpellier. Deux gardiennes étaient en doublure mais ne sont pas entrées : Romane Bruneau (Juvisy) et Déborah Garcia (Rodez), tout comme Claire Lavogez (Montpellier)

Penalty manqué
Julie Peruzzetto n'a pas été chanceuse samedi soir face à Metz. La capitaine d'Albi a eu la balle de 3-0 sur son équipe avec un penalty. Mais son tir du droit a terminé sur le montant droit de Laar qui était battue (76e). Elle aura tout de même été décisive sur une passe.

Albi a reçu samedi soir le trophée de Champion de France de D2 décroché la saison dernière devant Issy et Metz (photo club)
Albi a reçu samedi soir le trophée de Champion de France de D2 décroché la saison dernière devant Issy et Metz (photo club)

Vendredi 5 Septembre 2014

Dans la même rubrique :