Footofeminin.fr : le football au féminin

Brèves de D1 (XV) - Génération 98, nouvelle expulsion, une délocalisation qui passe mal

Retrouvez la quinzième journée de D1 sous un angle inédit et décalé. Quinzième volet d'une série qui en comportera vingt-deux.



Dans le cadre des 24h du sport féminin, un sujet dans Téléfoot ce dimanche 2 février était consacré à trois femmes qui comptent dans le football avec une agent Jennifer Mendelewitsch, une arbitre internationale Stéphanie Frappart et la capitaine des Bleues, Wendie Renard (voir la vidéo plus bas)
Dans le cadre des 24h du sport féminin, un sujet dans Téléfoot ce dimanche 2 février était consacré à trois femmes qui comptent dans le football avec une agent Jennifer Mendelewitsch, une arbitre internationale Stéphanie Frappart et la capitaine des Bleues, Wendie Renard (voir la vidéo plus bas)
Une première depuis le 17 novembre
Elles étaient relégables depuis la neuvième journée et une défaite face à Rodez (2-0). Pour la première fois depuis le 17 novembre, les Vertes se sont extirpé de cette zone de relégation après leur précieux succès contre Muret (2-0) : « C’est important de sentir que nous ne sommes plus relégables même si on sait qu’on peut l’être à tout instant (ndlr : Hénin a vu son match à Yzeure reporté). On est là pour se maintenir. On a fait pour l’instant ce qu’il faut pour se laisser une chance », a confié Hervé Didier le coach des Amazones.

Nora et Muret
Une frappe de Lavaud tendue à l’entrée de la surface. Petite faute de main de la jeune Camille Pecharman et Nora Coton-Pelagie surgit pour pousser le ballon. On joue la 21e minute et c’est le vrai déclic pour les Vertes qui ont ensuite déroulé dans ce duel de bas de tableau : « C’est un but à mettre entre guillemets. Mais bon, un but reste un but», a confié Nora Coton Pelagie qui n’avait plus marqué en D1 depuis…le match aller à Muret soit 4 mois !

Muret : génération 98
C’était jeune, très jeune sur le synthétique des Ollières ce dimanche. Le coach murétain Salim Belhamel a aligné, en tant que titulaire, trois joueuses d’à peine seize ans (nées en 1998) ! Camille Pecharman, Sarah Galera et Aïmy Diop. La « doyenne » de l’équipe Anne Trévisan a 21 ans de plus que ses partenaires. Sacré choc de génération.

Le duel fait rage
Un exploit individuel à la 25e, une frappe contre à l’entrée de la surface huit minutes plus tard et voilà comment Gaëtane Thiney a réussi à marquer un doublé face à Rodez (victoire 6-1 de Juvisy). L’attaquante juvisienne revient à hauteur de Marie-Laure Delie en tête du classement des buteuses (16 buts). La Parisienne n’a, elle, joué que trente minutes face au PSG en remplaçant Horan à l’heure de jeu.

Louis Polonia plutôt que Paul Lignon
A cause des pluies diluviennes, le match entre le RAF et Juvisy, qui devait se tenir à Paul-Lignon, a finalement été joué sur le synthétique Louis Polonia dimanche après-midi.

Georges : "Je pense qu’on a franchi un cap"

Montpellier n’y arrive pas
Encore raté ! Quatre matches, quatre défaites. Les Montpelliéraines candidates à la Ligue des Champions ont vu leurs dernières illusions s’envoler ce samedi soir à Paris. Défaites 2-0, les filles de Jean-Louis Saez se sont une nouvelle fois inclinées contre un membre du Big 4. Quatrième, le MHSC pointe désormais à six points des Parisiennes bien calés en deuxième position.

Gagnez un maillot du PSG !
Rendez-vous sur la page Facebook officielle de l’équipe féminine du Paris Saint-Germain, pour tenter de remporter un maillot dédicacé par l’ensemble des joueuses de Farid Benstiti. Une seule condition pour cela : il faut « aimer » la page Facebook en question.

Un cap de franchi
Cinquième succès en cinq matches, les Parisiennes marchent sur l’eau en ce moment. Et la victoire à Gerland il y a deux semaines leur a fait du bien. C’est ce qu’a confié Laura Georges à psg.fr : « Je pense qu’on a franchi un cap. C’est un très bon début d’année. Le match de Lyon nous a fait du bien et en même temps, on voulait montrer que nous n’avions pas tout donné à Gerland. » Avec six points d’avance sur le troisième, le PSG (2e) semble hors de portée : « On a fait un grand pas vers la Ligue des Champions », a lâché Sabrina Delannoy.

L'EA Guingamp stoppe la série noire
Elles n’avaient plus gagné depuis le 1er décembre et une victoire contre Muret (5-1). Les Guingampaises ont réussi à venir à bout de Soyaux au terme d’un match intense : « Ca a été un super match, engagé, très serré. Cela pouvait basculer à tout moment d'un côté ou de l'autre, a confié Sarah M’Barek à Ouest France. C'est vrai qu'on a profité de l'exclusion de la gardienne de Soyaux, mais ce n'est pas pour ça que ça a été plus facile après, à onze contre dix. C'est une grosse satisfaction, parce que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas gagné. »

Guérin encore expulsée
Amandine Guérin avait déjà subi le même sort trois journées plus tôt. Mais face à Yzeure, c’était plutôt un sacrifice. Là, c’est un peu différent. Sur une sortie en dehors de sa surface, la gardienne soljadicienne a percuté l’attaquante bretonne, Fatoumata Baldé. Severine Craipeau n’a pas hésité : carton rouge. Un carton qui a totalement changé la physionomie du match puisque, sur le coup franc, la frappe surpuissante de Lalia Dali Storti s’est logée sous la transversale du but d’Alizée Nadal

Gueheo : "Mon fils est ma force et mon courage de tous les jours"

Un record pour l’OL
Il ne faut pas énerver les Lyonnaises. Deux semaines après leur première défaite en 87 matches de D1, les Lyonnaises ont bien réagi. Elles ont inscrit 11 buts dans un match. Pour la première fois de la saison. La dernière fois que ça leur était arrivé, c’était face à Toulouse en janvier 2013.

Arras ne voulait pas déménager
Ce devait être la fête à Arras qui recevait l’Olympique Lyonnais à l’occasion de cette 15e journée. Sous l’œil des caméras d’Eurosport en plus. Alléchant. Mais le stade Degouve Brabant à qui il manque 40 lux d’éclairage n’était pas en mesure d’accueillir cette affiche ce samedi à 20h45. Direction donc le stade François Blin d’Avion.
A contre cœur. Cette décision a agacé le président d’Arras Philippe Verstaen qui s’est exprimé dans la Voix du Nord : « Ce match a un coût important pour le club. Entre la location du terrain, la logistique, la perte inévitable de spectateurs, cela ne nous intéressait pas de jouer à Avion. Surtout que l’on ne touche rien de plus lorsque l’on est télévisé. » A la suite d'un rendez-vous avec des représentants de la FFF, un accord financier a pu être trouvé sur les surcoûts générés.

30 minutes de retard pour Eurosport
Le résultat de cette délocalisation à Avion ? La Fédération a dû aider le club d’Arras dans cette « délocalisation ». Une défaite 11 à 2, 800 spectateurs (contre 2500 il y a 2 ans à Degouve Brabant) et Eurosport qui a pris l’antenne une demi-heure après le coup d’envoi à cause d’un match de tennis… Tout cela au grand dam des dirigeants arrageois.

Un tableau d’affichage capricieux
C’est la Voix du Nord qui relate cette anecdote cocasse. Pour le tableau d’affichage du stade François Blin, la rencontre Arras – Lyon s’est terminée à 9-2. Le tableau d’affichage est resté bloqué à neuf unités. Les dixièmes et onzièmes buts lyonnais ne trouvant pas leur place sur le tableau.

Gueheo force 10
Après avoir joué son dernier match le 21 avril 2013 contre Issy-les-Moulineaux, Cynthia Gueheo Djetou est de retour. « Mamie » comme la surnomme ses coéquipières revient extrêmement « motivée » et se sert du foot pour penser à autre chose : « Je traverse une période assez difficile psychologiquement mais je relève la tête, le foot me permet de me défouler pleinement et de m’épanouir, explique-t-elle sur le site du club auvergnat. J’ai à présent une force multipliée par 10 et je suis plus motivée que jamais. Mon fils est ma force et mon courage de tous les jours. »


Jeudi 6 Février 2014

Dans la même rubrique :