Footofeminin.fr : le football au féminin

Brèves de D1 (XVII) - Coup de gueule mémorable, pas de jus et cour de récré

Footofeminin vous propose de revivre la dix-septième journée de D1F sous un angle inédit et décalé.



Marie Gosse et Arras ont connu un lourd revers face au Montpellier de Tonazzi (photo Marie Guibert)
Marie Gosse et Arras ont connu un lourd revers face au Montpellier de Tonazzi (photo Marie Guibert)
Lyon s’en méfiait
Les Lyonnaises ont enregistré leur 17e victoire en 17 matches en s’imposant 4-0 sur la pelouse de Soyaux ce dimanche. Mais la résistance des Soljadiciennes, qui avaient poussé le PSG aux tirs au but en 16es de finale de la Coupe de France une semaine auparavant, a incité les Rhodaniennes à la prudence. Lara Dickenmann : « On avait vu ce que Soyaux avait contre le PSG et on savait que ce serait une équipe difficile à battre. Soyaux avait une défense à cinq et était très regroupé. On était toutes souvent du même côté du terrain et c’était compliqué de trouver les espaces. »

Pas de valise
Corrigé 9-0 à l’aller, Soyaux n’avait pas envie de revivre le même scénario comme le confirme la gardienne Amandine Guérin, auteure de nombreuses parades : « On voulait se racheter par rapport au match aller où on avait pris une valise et aussi être dans la continuité de notre match face au PSG. »

Pas de jus
Lyon a débloqué la situation sur une somptueuse volée de Majri dans la lucarne de Guérin à la 15e minute. Le coach lyonnais Gérard Prêcheur a, lui, pointé l’état de fatigue de ses joueuses : « Aujourd’hui, on a été assez maladroit car on manquait de jus, on vient de finir une dure semaine avec sept entraînements. Il nous a manqué de la fraîcheur dans le dernier geste pour marquer plus de buts. »

Issy, résigné
Issy a quasiment dit adieu à la D1 après la défaite 3-0 contre Saint-Etienne ce dimanche dernier. La frappe lourde de Bourafoua qui a heurté le poteau à la 24e minute aurait peut-être pu changer la donne. En attendant, les Isséennes à l’image de Jinane Hanni semblent désormais résignées : « C’était un match essentiel pour nous dans l’espoir de se maintenir. Nous avons effectué une bonne première période. La maitrise collective était plutôt de notre côté. Nous prenons malgré ça, un but en cours de jeu (41ème) ! En seconde mi-temps, nous avons tenté le tout pour le tout et pris deux buts en contre. Nous savons maintenant qu’il sera très dur voire impossible de se maintenir, nous allons donc essayer de prendre du plaisir sur les matchs restants. »

Triplé devant famille et amis
L’attaquante stéphanoise Sarah Palacin a inscrit son premier triplé en vert face à son ancien club et sous les yeux de ses proches, ce dimanche contre Issy (victoire 3-0). En 17 matches joués, Sarah Palacin a marqué onze buts et se classe au cinquième rang des meilleures buteuses. A égalité avec Kenza Dali. Et juste devant Gaëtane Thiney. « C’est une victoire qui nous fait du bien dans cette route au maintien, la route est encore longue mais on avance. Je suis très contente de rentrer avec les 4 points et d’avoir marqué mon premier triplé sous le maillot vert, contre mon ancien club, devant ma famille et mes amis.»

Des sièges cassés à Albi

Patri a fait ses débuts en D1 (photo Loïc Couturier)
Patri a fait ses débuts en D1 (photo Loïc Couturier)
Deux blessures qui font mal
Malchanceux, l'ASPTT Albi a dû effectuer deux changements avant le quart d'heure de jeu pour pallier les blessures de Pestana (cheville) et Gouineau (cuisse). Remplacées respectivement par Martinez et Rouzies, les jaunes et rouges sont arrivées tant bien que mal à repousser les assauts franciliens avant de céder à la 18e minute sur un centre d'Alushi propulsé du plat du pied au fond des filets par Delie. Défaite finale : 4-0.

Coup de gueule mémorable
Menées 3-0 à la pause par le PSG, les Albigeoises se sont fait secouer par leur coach, David Welferinger à la pause : "J'ai poussé un coup de gueule à la mi-temps comme je n'en ai jamais poussé, parce qu'on a trop laissé jouer les Parisiennes. C'est d'ailleurs un miracle, si on ne prend pas un but dans les cinq premières minutes. La deuxième mi-temps a été meilleure en terme d'agressivité avec une fin de match intéressante. La fatigue des Parisiennes nous a permis d'aller de l'avant... »

Patricia Augusto Martinez première !
L'attaquante formée au FC Barcelone, est entrée plus tôt que prévue sur la pelouse du stade Maurice-Rigaud, remplaçant à la 4e minute de jeu, sa coéquipière Mélanie Pestana, touchée à la cheville. Coiffée d'un serre-tête, la nouvelle recrue du club n'a pas eu l'occasion de montrer tout son potentiel sur cette rencontre. La numéro 19 de l'ASPTT Albi a tout de même fait preuve d'une belle attitude sur le terrain.

Sièges cassés en tribunes
La venue des "Ultras" parisiens s'est relativement bien passée ce dimanche après-midi à Albi, si ce n'est quelques sièges de la tribune d'honneur du stade Maurice-Rigaud cassés. Selon letarnlibre La municipalité a fait savoir, à la fin de cette rencontre, qu'elle allait envoyer un rapport au président du Paris-Saint-Germain pour signaler ces dégradations.

"Il faut qu’on arrête avec ce complexe des « petites » équipes"

8-0 et une gardienne blessée
Les Arrageoises ont vécu une après-midi cauchemardesque à Montpellier. La lanterne rouge de la D1F a encaissé un cinglant 8-0 mais a aussi perdu sa gardienne, Musin. Touchée à la cuisse, la gardienne nordiste est malgré tout restée sur le terrain car aucune autre spécialiste du poste n’était sur le banc. Son incapacité à sauter a toutefois profité à Makanza et Gadea lors des 7e et 8e but.

Dans la cour de recré
Le site mhsc.com a brossé un portrait de la native de Salon de Provence, Sakina Karchaoui qui a grandi au quartier des Terrasses à Miramas. « Je jouais avec les garçons dans mon quartier, c’est comme ça que j’ai commencé, se souvient-elle. A l’école j’étais assez sérieuse mais j’avais hâte d’être à la récré pour jouer au foot, j’étais même un peu « garçon manqué » comme toutes les footeuses je pense. »
Retrouvez son portrait ici

Et Thiney a accéléré
C’est sur une accélération de Thiney qu’Amélie Coquet est parvenu à donner l’avantage à Juvisy face à Rodez pour une victoire finale des Essonniennes 2-0. Cela a eu le don d’irriter le coach Nicolas Bach : « On savait que Gaëtane Thiney faisait souvent la différence individuellement, elle s’est sortie une seule fois du marquage et l’ouverture du score est venue de là… Elle a été bien contenue tout le reste du match, il ne lui a fallu qu’une occasion pour amener le premier but. Le bilan est négatif, ce n’est pas parce que nous avons tenu une heure que nous devons être satisfaits. Il faut qu’on arrête avec ce complexe des « petites » équipes qui sont satisfaites lorsqu’elles perdent. Nous devons être plus tueuses. »

Jambes lourdes
Vainqueur d’Hénin Beaumont en 16es de finale de la Coupe de France, quelques jours plus tôt, les jambes juvisiennes étaient lourdes pour cette rencontre face à Rodez comme l’a confié Sandrine Dusang à coeursdefoot.fr : « Ce n’était pas un match facile. Le fait d’avoir joué en Coupe de France mercredi dernier contre Hénin ne nous a pas aidé non plus. Le terrain était lourd, au même titre que nos jambes »

Le terrain de Metz - Guingamp était enneigé ! (photo DW)
Le terrain de Metz - Guingamp était enneigé ! (photo DW)

Vendredi 6 Février 2015

Dans la même rubrique :