Footofeminin.fr : le football au féminin

Brèves de D1 (XVIII) - Guet apens, candidat à la descente et stressant !

Footofeminin vous propose de revivre la dix-huitième journée de D1 sous un angle inédit et décalé.



Bretigoal a frappé
Bretigoal a frappé
Mauvaise journée pour Rodez
Yzeure (29 pts) qui perd d’une courte tête à Lyon, les Vertes (33 pts) qui arrachent le nul contre Paris, Hénin (36 pts) qui concède le nul face à Guingamp et Arras (36 pts) qui bat Rodez (35 pts). Pas besoin d'être un grand connaisseur de foot féminin pour savoir quelle équipe a fait la mauvaise opération du week-end dans cette course au maintien. Les Ruthénoises, septièmes avant cette 18e journée, sont désormais la première équipe non relégable avec un match en retard à disputer contre Lyon alors que Saint-Etienne recevra Juvisy ce dimanche 30 mars. La bataille s'annonce rude entre ces quatre équipes séparées de seulement trois points.

La vaillance stéphanoise
Malgré un penalty concédé (et raté) par Sabrina Delannoy dès la 5e minute puis la blessure de Charlotte Lorgeré qui a contraint les Stéphanoises a joué à dix contre onze en fin de match, les Vertes ont su préserver le match nul face au PSG. Deux points extrêmement importants dans l’optique du maintien. « Elles ont été exemplaires. Le PSG joue un football de contact, elles ont été vaillantes, n’ont rien lâché, a apprécié le coach Hervé Didier dans les colonnes du Progrès. C’est une belle récompense pour les filles. Elles viennent de prouver qu’elles ont envie de se maintenir. J’espère que ça va continuer. »

Un guet-apens ?
Pour le coach parisien, Farid Benstiti, le penalty manqué dès le début de la rencontre a été le tournant du match. Mais pas que… « Quand on a raté le penalty, j’ai senti que ça finirait à 0-0. On est tombé dans un guet-apens sur le terrain avec une équipe regroupée dans sa surface et en dehors où on était dans l’amateurisme total. Cela n’empêche pas qu’on a un problème de finition et d’état d’esprit. On n’est pas assez conquérants », a-t-il reconnu dans Le Parisien.

Une main salvatrice
Comme au match aller, l’OL aura eu toutes les peines du monde à battre Yzeure. Comme au match aller, les Lyonnaises l’ont emporté 1 à 0 sur un coup de pied arrêté. Cette fois, ce n’est pas Wendie Renard qui a marqué mais Elise Bussaglia (51e) après une main de l’infortunée Renault dans la surface de réparation. Ce 16e succès en 17 matches, combiné au nul du PSG à Saint-Etienne, offre une voie royal pour un huitième titre consécutif à l’OL.

Avec Carré, c’est costaud
Le FF Yzeure Allier Auvergne a fourni un énorme match sur le plan défensif. Handicapés par la suspension de Fitzsimmons, et les blessures de Blais et Chalabi, les Auvergnates n’auront encaissé qu’un but sur penalty. Elles le doivent en grande parti à leur gardienne, Mélodie Carré, presque intraitable dimanche. La gardienne du FFYAA a dégoûté Thomis par deux fois mais aussi Schelin, Bussaglia, Renard et Le Sommer lors de face à face décisifs.

Elles étaient déterminées
Avant le match contre Lyon, le coach Xavier Aubert avait tenu à mobiliser ses troupes sur le site internet du club. « Je souhaite vraiment vous exprimer la détermination du groupe à vouloir réellement s'en sortir. Cette saison est une année de transition qui se doit d'être bénéfique compte tenu de l'investissement des joueuses et du staff. Les priorités sont la solidarité et le travail pour réussir sur les 5 dernières rencontres. Il est donc d'aller à Lyon avec l'envie de jouer et de mettre en difficulté l'ogre Lyonnais. Cela ne sera pas facile face à cet effectif international mais nos valeurs doivent nous permettre de créer des difficultés. »

Stressant !
Arras a eu peur. Peur de ne pas empocher sa 5e victoire de la saison. Bultel avait pourtant montré la voie à ses partenaires dès la 19e minute. Mais Arras s’est fait des frayeurs notamment dans les arrêts de jeu. Heureusement pour les Nordistes, Augis a un peu trop écrasé sa frappe : « C'est un match à l'image de la saison : stressant ! Les filles ont réédité leur prestation de Saint-Étienne. Je suis très fier de leur comportement, des valeurs qu'elles ont montrées. Notre équipe est en construction mais elle fait honneur au club, à la ville. Ce n'était pas toujours beau à voir, même si nous nous sommes un peu mieux trouvées en deuxième mi-temps, mais les joueuses ont mouillé le maillot », lâchait Claude Rioust à la fin du match.

Les Guingampaises spectatrices...et vice-versa
Les joueuses de l'EA Guingamp arrivées la veille en Artois ont assisté samedi soir au match entre Arras et Rodez (1-0). Le dimanche, c'est une partie des Arrageoises qui étaient au stade Octave Birembaut pour suivre la rencontre entre Hénin-Beaumont et Guingamp (1-1).

Inévitable Brétigoal

Brèves de D1 (XVIII) - Guet apens, candidat à la descente et stressant !
Candidat à la… descente
Rodez a fait la mauvaise opération du week-end. Et avec 35 points au compteur, les regards ruthénois se tournent maintenant vers le bas : « Nous manquons d'expérience, d'intelligence. Arras, qui nous a battus à l'aller, est décidément notre bête noire, se désolait Nicolas Bach. Nous sommes de nouveau des prétendants à la descente. Ce sera difficile jusqu'au bout. Après notre match en retard contre Lyon, nous aurons un match important face à Saint-Étienne. »

Première pour Soyaux
Deux triplés de Djebbar et Bourgoin et une réalisation de Dumont ont permis à Soyaux de « cartonner » la lanterne rouge murétaine dimanche (7-1). Avec 42 points au compteur, le maintien n’est pas mathématiquement assuré mais l’issue finale ne fait guère de doute. A noter aussi que Soyaux qui restait sur 5 matches sans victoire a remporté son premier succès en 2014 : « C’est notre première victoire de l’année en championnat on l’attendait depuis longtemps mais nous avions à cœur de ne pas prendre ce match à la légère. Au final tout le groupe a répondu présent », savourait la capitaine Marina Pascaud à Sud Ouest.

Retour à la case départ
Il reste encore quatre journées mais Muret, avec 16 points de retard sur Rodez, est officiellement en D2 ! Promues cette saison à cet échelon, le promu murétain aura perdu 17 de ses 18 matches. Un bien triste bilan.

Montpellier pensait mériter mieux
Malgré la réduction du score de Beattie, Montpellier a dû rendre les armes face à Juvisy ce dimanche (2-1). Le MHSC dit adieu à la Ligue des Champions mais le coach montpelliérain Jean Louis Saez regrette que son équipe n’ait pas pu arracher le match nul. « On a été au-dessus de Juvisy sur l’ensemble de la rencontre. On aurait mérité de faire au moins match nul mais on a encore pu voir que l’on payait nos largesses défensives. »

Avec elle, c’est inévitable
Inéluctable même ! A peine trois minutes après son entrée en jeu, Sandrine Brétigny (48e) a réussi à faire le break pour Juvisy d’un vrai geste d’attaquante. C’est le septième but de la saison pour la Juvisienne qui a inscrit un but lors des quatre derniers matches de championnat qu’elle a disputé.

Juvisy, le cœur et l’envie
Juvisy n’est pas mort et n’est plus qu’à cinq points de la Ligue des Champions. Avec un match à rejouer dimanche à Saint-Etienne, tout reste possible. Pascal Gouzenes était heureux après ce précieux succès sur Montpellier. « Je suis très content du résultat. Par très content que l'on ait reculé en seconde mi-temps. Par contre, dans l'envie et dans le cœur, ce fut un vrai bonheur. On est revenu sur nos valeurs. On a encore notre destin entre les mains. Saint-Etienne fait une belle perf' en faisant 0-0 face au PSG. C'est une équipe qui a retrouvé des valeurs. Ils vont nous attendre la semaine prochaine. »

Vendredi 28 Mars 2014

Dans la même rubrique :