Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France - SOYAUX a poussé le PSG aux tirs au but avant de céder

Soyaux est parvenu à tenir en échec le PSG à l'occasion de ce premier match des seizièmes de finale de la Coupe de France (0-0). Soyaux s'est ensuite incliné lors de la séance de tirs au but, en manquant trois de ses quatre tentatives.



Les Parisiennes libérées (photo Phil Messelet)
Les Parisiennes libérées (photo Phil Messelet)
Le Président de Soyaux Denis Bodi l'avait annoncé "Ce ne sera pas le même combat" en référence à la défaite en championnat mercredi dernier avec une équipe "bis" (0-10). L'entraîneur charentais avait donné la priorité à cette rencontre de Coupe et ménager ses joueuses cadres.
Bien lui en a pris car elles ont confirmé qu'elles pouvaient pousser le PSG aux tirs au but. Mais le rêve de qualification s'est heurté à la gardienne allemande Ann-Kathrin Berger. Blessée en début de semaine et rarement titularisée, elle a fait étalage de son talent lors de la séance de tirs au but, un domaine dans lequel elle excelle. Lydia Belkacemi, Gwendoline Djebbar et Marina Pascaud en ont fait les frais. Mais malgré cette élimination, la capitaine de Soyaux retenait avant tout le 0-0 obtenu après 90 minutes, une performance que seul Lyon a pu réaliser cette saison face aux Parisiennes.
Sur le plan des occasions, on notera en première période le coup franc d'Alushi repoussé par Guérin et la défense à l'issue d'un cafouillage (7e). Le reste du temps, les Sojaldiciennes à cinq derrière auront réussi à cadenasser leurs adversaires.
En seconde période, Guérin était à la parade face à Sarr remplacée quelques minutes plus tard (57e). Caroline Seger et Shirley Cruz Trana n'allaient pas ensuite trouver le cadre avant l'occasion du match sur un corner de Kenza Dali, repris d'une tête puissante par Laura Georges mais repoussée par la transversale de Soyaux (87e).

REACTIONS

Juan Parédès (entraîneur Soyaux) : "Une performance pour nous"
"On s'était préparé pour faire une performance. Aujourd'hui le but du jeu, c'était de se qualifier. On était pas obligé de gagner, à nous d'aller jusqu'aux penalties ce qui en soit pour nous une performance qui sort de l'ordinaire. Le geste final nous a manqué peut-être aussi parce que l'on avait beaucoup couru et que on a manqué de fraîcheur sur le geste technique ce qui permet au PSG de se qualifier. C'est surtout une très grande fierté puisque le groupe travaille dur depuis le mois d'août. C'est un championnat de plus en plus difficile, on est en recherche tout le temps de progrès et aujourd'hui on a franchi une nouvelle étape. Il ne faut pas s'arrêter là non plus car ça va vite. Il faut féliciter les filles pour ce qu'elles ont réalisé. Cela aurait pu être encore plus extraordinaire. Ca l'est parce que tenir le PSG à 0-0, c'est quelque chose d'important. Mais on n'est pas qualifié pour le prochain tour. On n'est pas passé loin, on regrette de ne pas être passé. On s'est précipité un petit peu aux tirs au but mais après ce n'est pas facile d'expliquer les choses. On n'a l'impression d'avoir raté mais c'est plutôt la gardienne qui fait trois gros arrêts. On avait tiré quelques penalties dans les semaines avant, mais entre la séance d'entraînement et la fin d'un match aujourd'hui, la tension, la pression, l'enjeu et la gardienne en face sont différentes."

Farid Benstiti (entraîneur PSG) : "Tout l'esprit de la Coupe"
"On s'attendait vraiment à un match difficile, pas forcément au point d'aller aux penalties. Soyaux a été courageux, bien organisé, elles ont bien défendu. On n'a pas su marquer nos occasions de but, et elles ont su rester solide. Tout l'esprit de la Coupe. Sur une équipe un peu regroupée comme cela, ce que je regrette c'est l'efficacité sur le nombre d'occasions. Le nombre d'occasions importe peu, on a quatre occasions, on doit en mettre une au fond. Elles y ont cru, et ont continué à nous faire déjouer. Il faut que l'on arrive à maintenir une efficacité constante. J'ai fait des choix sur mon équipe, je les assume complétement, je n'ai aucun regret. On gagne aux penalties, ca permet à notre gardienne de se mettre en avant. Un échec sur le terrain, une victoire aux penalties et puis un bonheur partagé avec notre gardienne de but qui nous a fait gagner."

LA FICHE

Coupe de France - Seizième de finale
Samedi 24 janvier 2015 - 14h00
ASJ SOYAUX CHARENTE - PARIS SAINT-GERMAIN FC : 0-0 (tab 1-3)
Angoulême (Stade Lebon)
Spectateurs : 800
Arbitres : Séverine Craipeau assistée de Vanessa Cruchon et Anaëlle Loidon
Temps frais - Terrain difficile
Tirs au but : Belkacemi (arrêté), Delannoy (0-1), Djebbar (arrêté), Dali (0-2), Bourgouin (1-2), Cruz (1-3), Pascaud (non cadré)
Avertissements : Dumont 82' pour Soyaux ; Hamraoui 11', Delannoy 39' pour le PSG

SOYAUX : 1-Amandine Guérin ; 2-Anaïs Dumont, 5-Marina Pascaud (cap), 6-Charlotte Bilbault, 3-Siga Tandia, 8-Cynthia Viana ; 11-Marion Leroy (12-Viviane Boudaud 46', 14-Lydia Belkacemi 78'), 7-Mélissa Godart, 4-Justine Deschamps, 10-Gwendoline Djebbar ; 9-Laura Bourgouin. Entr.: Juan Paredes
Banc : 13-Jennifer Maier, 15-Marie-Aurelle Awona, 16-Alizée Nadal.
PSG : 1-Ann-Kathrin Berger ; 5-Sabrina Delannoy (cap.), 4-Laura Georges, 7-Josephine Henning, 11-Jessica Houara D'Hommeaux ; 8-Kheira Hamraoui ; 3-Fatmire Alushi (12-Kenza Dali 76'), 6-Shirley Cruz Trana, 10-Caroline Seger, 2-Aurélie Kaci (14-Marie-Laure Delie 69') ; 9-Ouleymata Sarr (15-Kosovare Asllani 62'). Entr.: Farid Benstiti
Banc : 13-Laure Boulleau, 16-Katarzyna Kiedrzynek.

Dimanche 25 Janvier 2015


Dans la même rubrique :