Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Anne TREVISAN (Muret) : « Le mental est malmené »

Match de la peur ce week-end à Muret qui affronte la lanterne rouge Soyaux. Deux équipes, promues, très mal embarquées dans ce championnat de D1 et à qui il faut absolument une victoire pour espérer encore un peu. Anne Trévisan, capitaine de Muret, promet que son équipe ne « lâchera rien ».



Pour sa dernière saison, la capitaine muretaine promet de rien lâcher (photo S Duret)
Pour sa dernière saison, la capitaine muretaine promet de rien lâcher (photo S Duret)
Anne, Muret ne s’est plus imposé en D1 depuis la deuxième journée et une victoire à…Soyaux. Comment vivez-vous cette situation ?
Le mental est malmené par l’accumulation des défaites. Celles-ci sont, en plus, assez lourdes. S’il y avait eu des scores plus serrés, c’aurait été plus facile à gérer.

Vous êtes inquiète pour l’avenir de Muret en D1 ?
On doit réagir ce week-end sinon ça semble compromis. Je suis inquiète car on a un effectif qui commence à peiner avec les blessures qui s’accumulent. A la base, on a un petit effectif pour la D1 et, aujourd’hui, avec toutes ces blessures, c’est inquiétant.

Après la défaite 5-0 contre St-Etienne, Muret pointe à huit points du premier non relégable, Rodez, y a-t-il du découragement ?
Il y a eu un sacré coup au moral après le match de Saint-Etienne. Mais on essaye de trouver les solutions avec le staff, les joueuses. Pendant la semaine, il n’y a pas de tension entre nous. Il y a toujours un bon état d’esprit. C’est moralement que ça fait mal car on s’entraîne trois ou quatre fois par semaine et ça ne paye pas. On essaye de voir ce qu’il faut corriger rapidement.

« Je ne sais pas si on ne va tenir cette cadence toute la saison »

D1 - Anne TREVISAN (Muret) : « Le mental est malmené »
Le groupe reste uni ?
Oui, il y a beaucoup de dialogue entre les joueuses, les coaches pour essayer de régler ça au mieux. La D1 est un monde à part et, nous, on est vraiment un petit club avec de petits moyens que ce soit au niveau financier ou au niveau humain. Il faut donc redoubler d’efforts par rapport à des clubs qui ont des structures et des effectifs taillés pour la D1.

Que vous manque t-il ?
Un effectif plus important car on pourrait faire tourner, mettre des filles au repos et on serait plus en forme sur le terrain. Là je ne sais pas si on ne va tenir cette cadence toute la saison.

Vous vous attendiez à ce que ce soit aussi dur ?
Oui, le groupe était conscient de ça, certaines joueuses ont déjà joué en D1 dans d’autres clubs. On savait ce qui nous attendait.

Le fait que la montée soit validée si tardivement a pu jouer dans ce mauvais début de saison ?
Je n’ai pas tellement envie de me cacher derrière ça. Le club est monté sur le tard mais ce n’est pas ça qui aurait dû empêcher la venue de nouvelles joueuses à Muret.

S’il n’y a pas un bon résultat dimanche face à Soyaux, la descente en D2 serait presque ineluctable, non ?
Le groupe ne lâchera rien jusqu’au bout même si on peut être reléguées avant la fin de la saison. On fera de notre mieux et on veut quand même prendre du plaisir à évoluer dans cette D1. Et même si on a déjà battu Soyaux à l’aller, ce n’est pas pour ça qu’on va les battre une seconde fois. On a bossé cette semaine pour réitérer cette performance et on va tout donner pour les gens qui viennent nous voir ainsi que pour les coaches, la structure féminine et le club. On se doit de faire un résultat.

« Mentalement, la victoire peut nous faire énormément de bien »

Ça peut-être un tournant ?
Oui parce que, mentalement, la victoire peut nous faire énormément de bien, ça peut nous redonner confiance.

Quelles seront les clés du match face à Soyaux ?
Il faudra être patientes au niveau de la conservation du ballon et ne pas jouer trop vite vers l’avant. On doit temporiser, savoir quand il faut attaquer, quand il faut conserver la balle et ne pas prendre de risques. On devra enfin rester bien en place car, en D1, dès qu’il y a un décalage, c’est action de but de derrière.

Personnellement, ce sera votre dernière saison en D1, pourquoi prendre votre retraite ?
(Rires) L’âge fait que la récupération n’est plus la même et puis j’ai assez donné pour le foot. J’ai fait mon temps à Muret, je terminerais en laissant, je l’espère, l’équipe en D1.

Et si Muret descend, cela n’infléchira pas votre position ?
Non, il faut laisser la place aux jeunes (rires).

Thibault Simonnet

Anne TREVISAN en bref

D1 - Anne TREVISAN (Muret) : « Le mental est malmené »
Née le 20 décembre 1977 à Montauban
Attaquante
1,69 m - 58 kg

Parcours
AS Montricoux (1984-1993), Frouzins AC (2000-2001), AS Muret (depuis 2001)

Internationale A' (1 sélection)

SA FICHE DETAILLEE

Vendredi 9 Décembre 2011


Dans la même rubrique :