Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Corine PETIT-FRANCO (OL) face aux lecteurs : "Je suis une compétitrice".

Le premier volet de notre interview des internautes, avec la défenseure de l'OL et de l'équipe de France Corine Petit-Franco, a connu un véritable succès. Vous avez été très nombreux(ses) à nous adresser vos questions, auxquelles la numéro 17 lyonnaise s'est fait un plaisir de répondre. Entretien.



Dimanche, Corine et l'OL ont affirmé leur volonté de doublé (photo : Alex Ortega)
Dimanche, Corine et l'OL ont affirmé leur volonté de doublé (photo : Alex Ortega)
Le championnat, la saison en cours, les objectifs, l'équipe de France, la coupe de France... Corine Petit-Franco n'a éludé aucun sujet, et s'est même prêtée volontiers à une petite interview "décalée" en fin d'entretien, dans laquelle on en apprend plus sur la joueuse sur un plan personnel, "à côté du sport".

LA SAISON 2013/2014
Comment envisagez-vous la fin de saison de votre club en championnat ?
L'objectif est très clair, nous voulons réaliser le doublé championnat / coupe de France, pour bien finir la saison. Nous ferons tout pour êtres à la hauteur de nos ambitions.

Que pensez-vous du départ de Patrice Lair en fin de saison ?
C'est un entraîneur complet, passionné lorsqu'il est sur le terrain, il a énormément apporté au club depuis sa prise de fonctions il y a trois ans. Nous lui devons beaucoup, on ne l'oubliera pas. Mais vous savez, dans le football, tout va très vite, et il peut y avoir du changement à tout moment ... On espère toutes que cela se passera bien avec les nouveaux dirigeants l'année prochaine.

"Dans la cage, j'étais perdue"

Chaque joueuse de football de haut niveau a une identité de jeu qui lui est propre. Est-ce qu'il y a des joueurs/joueuses qui vous ont inspiré depuis que vous pratiquez la discipline ?
Je n'en n'ai pas vraiment, pour tout vous dire ... Après, selon les caractéristiques physiques et le jeu de chacune, on a quelque chose qui se détermine au fil du temps. Nous avons toutes des qualités et des défauts, et devons chaque jour essayer d'être les plus performantes possible. Certains défauts se corrigent vite, c'est un des avantages du sport collectif. Je ne pense pas avoir de source d'inspiration, comme ça, mais il est vrai que c'est toujours très important de rencontrer de nouvelles personnes dans notre métier, que ce soit sur ou en dehors du terrain.

Dans le derby féminin entre l'Olympique lyonnais et l'AS Saint-Etienne, y a-t-il la même rivalité, selon vous ?
Je pense que c'est relativement différent. Nous le ressentons plus, nous, joueuses de l'OL, car cela reste des moments ancrés d'un club, de tout le peuple lyonnais. Au niveau du football féminin, c'est quand même un cran en dessous de ce qui se fait chez les garçons, concernant le derby et la rivalité qu'il peut y avoir.

Quel souvenir garderez-vous de la partie de match que vous avez disputée dans la cage lyonnaise face à Arras, lorsque les trois changements sont effectués et que Pauline Peyraud-Magnin prend un carton rouge ?
C'était une sensation très particulière, bizarre même ! Depuis le temps qu'on pratique le football de haut niveau, on se sent normalement à l'aise sur un terrain. Alors que là, pas du tout (rires) ! J'avais l'impression de n'avoir aucune marque, d'être complètement perdue. J'ai vécu un match spécial, les sensations ne sont pas les mêmes... Heureusement que la victoire a été acquise.

"Je n'ai pas oublié d'où je viens"

Écartée lors du dernier rassemblement des Bleues, la Lyonnaise fera tout pour retrouver sa place au sein d'une équipe de France qui représente énormément pour elle. (Photo : France Soir)
Écartée lors du dernier rassemblement des Bleues, la Lyonnaise fera tout pour retrouver sa place au sein d'une équipe de France qui représente énormément pour elle. (Photo : France Soir)
L'EQUIPE DE FRANCE
N'avez-vous pas été déçue de ne pas avoir été appelée par Philippe Bergerôo, le sélectionneur national, pour les derniers rassemblements de l'équipe de France ?
J'ai été très déçue, je ne vais pas vous le cacher. Et c'est normal, d'ailleurs ! Lorsque que l'on est une compétitrice et qu'on a eu la chance de goûter à la sélection, on a envie d'y être tout le temps, d'être convoquée à chaque occasion. C'est une véritable fierté pour moi de porter ce maillot, je vais tout faire, continuer à bien travailler et à donner le meilleur de moi-même pour être rappelée au plus vite.

LES OBJECTIFS
Aimeriez-vous terminer votre carrière à l'OL ?
Il me reste encore une année de contrat à Lyon. C'est toujours difficile de se projeter plus loin, j'espère continuer à faire ce que j'aime, que ce soit ici ou ailleurs, mais je n'ai aujourd'hui pas réellement de réponse par rapport à cela.

Seriez-vous prête à jouer votre toute dernière saison dans votre ancien club, l'ASJ Soyaux-Charente ?
Pour tout vous dire, je n'y avais pas pensé ! J'ai des amis qui jouent là-bas, et qui me parlent parfois de Soyaux. Nous rigolons d'ailleurs là-dessus, c'est toujours agréable d'avoir des nouvelles, je n'ai pas oublié d'où je viens. Pourquoi pas finir une année à Soyaux, c'est mon club de cœur, et cela représente beaucoup de choses pour moi".

"Travail et plaisir, la clé de la réussite"

L'ENTRETIEN DÉCALÉ
Quels conseils pourriez-vous donner à nos lectrices qui ont envie de percer dans le milieu du foot féminin ?
Il faut d'abord et avant tout prendre beaucoup de plaisir sur le terrain, et travailler au quotidien, c'est la clé de la réussite !

Qu'est-ce qui a changé, pour vous, depuis la médiatisation de cette discipline ?
Nous sommes aujourd'hui véritablement reconnues comme un sport à part entière, et pas comme un dérivé du football masculin. Il y avait au départ beaucoup de préjugés, et nous avons réussi à passer au-dessus en montrant que c'était le terrain le plus important, et qu'il était possible de rivaliser avec de grandes équipes européennes, en remportant tous ces titres.

Vous êtes souvent appelée "Cocotte" par les supporters. D'où vient ce surnom ?
Tous mes proches m'appellent Coco, mais lorsque je suis arrivée à l'ASJ Soyaux, il y avait déjà une Corine (NDLR : Corinne Diacre). Depuis, ce petit surnom de "Cocotte" est apparu, et cela est resté dans le milieu du foot, c'est marrant.

Votre playlist du moment ? Un titre que vous écoutez en boucle ?
J'écoute vraiment de tout ! Mon son du moment ? Le dernier album de "Fauve".

Propos recueillis par Benjamin Roux.

Merci à Julie Iltis, Anaëlle Cohas, Sylvain Diry, Déborah Berthon, Amélie Saunal, et Mayllis Barrois, dont les questions ont été retenues. Vous avez été très nombreux(ses) à poser des questions. Nous avons donc dû en retenir quelques unes. A très vite pour un nouvel événement, avec une autre personnalité du football féminin, sur Footofeminin.fr !

Corine Petit-Franco digest
Née le 5 octobre 1983, à La Rochelle.
Poste : défenseure.
Parcours : Soyaux (2001-2008), OL (depuis 2008).

Mardi 15 Avril 2014

Dans la même rubrique :