Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 – Gwenaëlle MIGOT (FF ISSY) : « A 26 ans, il est temps de foncer ! »

Serial buteuse en D2, l'attaquante parisienne découvre, à vingt-six ans, la D1 pour la première fois de sa carrière. Impressions avant le match diablement important, ce dimanche à Arras.



L'attaquante Gwenaëlle Migot espère un premier succès dimanche (photo W Morice/LMP)
L'attaquante Gwenaëlle Migot espère un premier succès dimanche (photo W Morice/LMP)
Gwenaëlle, six matches, six défaites, l'apprentissage de la D1 pour Issy paraît difficile.
Il faut un temps d'adaptation. Seules trois ou quatre joueuses connaissaient la D1, le reste de l'effectif l'a découvert. C'est vrai que pour l'instant c'est difficile mais rien n'est terminé. On se battra jusqu'au bout, c'est clair et net !

Vous attendiez-vous à ce départ compliqué ?
On savait que ça le serait même si on ne pensait pas faire six défaites en six matches. Mais on savait que la D1, c'était du haut niveau qu'on allait affronter de très bonnes joueuses. Maintenant il faut se rebooster mais je sais que l'équipe a le mental pour gagner. J'espère qu'on le fera dès ce week-end.

Les défaites n'affectent pas trop le groupe ?
Non pas du tout, on a vraiment un très gros mental et le groupe ne lâchera rien jusqu'à la dernière journée. Tant que le maintien sera possible, on se battra.

Comment se sortir de cette spirale ? Par l'état d'esprit ?
Oui, l'état d'esprit et le fait de toujours y croire mais il va aussi falloir marquer. On a encaissé beaucoup de buts (Vingt-sept en six journées) et on en a marqué que quatre. On n'a que très peu d'occasions dans un match et, à ce niveau là, il faut les concrétiser.

"On ne lâchera vraiment rien"

D1 – Gwenaëlle MIGOT (FF ISSY) : « A 26 ans, il est temps de foncer ! »
Qu'est-ce qui change le plus par rapport à la D2 ?
Physiquement, c'est beaucoup plus dur, le rythme est plus élevé. On n'a pas le droit à l'erreur, il faut qu'on reste concentré du début à la fin tout en concrétisant la moindre occasion. Sinon ça ne pardonne pas.

Vous allez jouer un bloc de trois matches très importants : Arras, Toulouse, Rodez. C'est déjà capital ?
Ça commence dès ce week-end, il faut absolument gagner, Toulouse, Arras sont des équipes promues. Comme nous. On peut récupérer les quatre points mais nos adversaires sont dans la même situation que nous et ont envie de l'emporter. Ce sera très difficile.

Ça peut-être un premier tournant dans la saison ?
Si on ne gagne pas Arras, on gagnera le suivant...Quand on joue à ce niveau, il faut se battre jusqu'au bout. Soit on est compétitrice, soit on ne l'est pas, il faut savoir ce que l'on veut. On ne lâchera vraiment rien. On n'a pas travaillé toute l'an dernière pour rien. On est des battantes et on va à Arras pour gagner. On ne laissera rien passer.

"J'ai envie d'exploser le filet !"

Personnellement, à 26 ans, vous effectuez votre première saison en D1, comment ça se passe ?
J'ai un petit peu de pression en ce début de saison car il fallait que je me prépare mentalement à ne pas marquer autant de buts qu'en D2 (Vingt-huit buts l'an dernier) et ce n'est pas toujours facile pour une attaquante. J'essaye de faire au mieux. Mais ça me fait super plaisir de découvrir cette division. C'est le top. Cela me permet aussi de m'évaluer contre les très grosses défenses. Ce n'est pas facile mais ça va venir avec le temps. Il faut travailler et rester un peu plus après l'entraînement pour s'exercer devant le but. Il y a plein de chose à « taffer ». Mais ça me fait vraiment plaisir de jouer à ce niveau.

Vous avez inscrit cent-deux buts en six saisons de D2, comment vous-êtes vous préparé mentalement à marquer moins de buts ?
C'est dans la tête. Quand on marque beaucoup moins, on pourrait avoir tendance à se laisser aller, à baisser les bras mais je ne suis pas dans cette optique. Il faut que je travaille encore plus à l'entraînement, que je sois sérieuse et ça va venir. Il faut également être très patiente, chose que je n'étais pas forcément avant et que j'apprends en D1. Je marque d'ailleurs beaucoup moins, mais j'ai encore plus la « rage », j'ai envie d'exploser le filet (rires).

Pourquoi ne pas avoir tenté l'aventure avant en D1 ?
Je ne me sentais pas prête, je voyais que j'avais encore quelques petites choses à régler sur le terrain. Je pense que j'avais les qualités mais j'avais des choses à affiner pour aller dans cette division même si je pense avoir beaucoup de choses à travailler encore. Je n'aime pas pousser les choses, je voulais prendre mon temps. L'an dernier, Issy est monté en D1, je n'allais donc pas laisser tomber l'équipe (rires). Et puis j'ai 26 ans, il est temps de foncer. J'ai envie de connaître le haut niveau depuis quelques années maintenant et c'était le bon moment.

T.S.

BIO EXPRESS

Gwenaëlle MIGOT
Née le 10 février 1986 à Rennes
Attaquante
1,73 m - 61 kg

Parcours
AS La Découverte Saint-Malo (1993-1994 puis déc.1997-1998), JA Saint-Servan (1998-oct.1999), US Bain de Bretagne (oct.1999-2006), CPB Bréquigny Rennes (2006-2009), US FF Janzé (2009-jan.2010), FCF Condéen (jan.2010-2011), FF Issy (depuis 2011)

PLUS DE STATS

Vendredi 2 Novembre 2012

Dans la même rubrique :