Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Jean-Claude BARRAULT (ASJ SOYAUX) : "Difficile de trouver quelque chose de mieux"

L'annonce de l'arrêt de Jean-Claude Barrault mardi soir à la fin de l'entraînement à Soyaux est inattendu au regard des résultats sportifs, mais inéluctable par rapport aux exigences du niveau que le technicien ne pouvait pas conjuguer avec son travail.



Jean-Claude Barrault tirera sa révérence en juin prochain, la mort dans l'âme (photo NR)
Jean-Claude Barrault tirera sa révérence en juin prochain, la mort dans l'âme (photo NR)
Arrivé cet été, Jean-Claude Barrault a montré toutes les qualités pour emmener un groupe promu parmi les hauteurs du classement de l'élite du football féminin, celles que Soyaux a longtemps fréquenté. Un pari pas évident mais rendu possible par les compétences d'un passionné.
Cinquième du championnat, Soyaux disputera dans quelques jours une demi-finale de Coupe de France face à Lyon. Autant dire que sur le plan sportif, l'entraîneur s'est épanoui et n'a pas manqué de le déclarer dans La Charente Libre : "Je n'arrête pas pour partir ailleurs et je ne ferai rien l'an prochain car ce sera difficile de trouver quelque chose mieux".

"Physiquement j'y laisse quelques plumes"

Les difficultés sont d'ordre personnel. Soyaux avait déjà eu du mal à trouver un entraîneur n'étant pas à plein temps dans la région. C'est là le dilemme auquel est confronté le club charentais. Jean-Claude Barrault a accepté l'offre de Soyaux l'an dernier mais au prix de nombreux sacrifices et exigences.
Avec trois allers-retours par semaine plus le week-end, les matchs et les déplacements à travers la France, la gestion était difficile comme il le déclarait dans La Charente Libre : "La situation est usante, physiquement j'y laisse quelques plumes, j'aurais eu l'impression de tricher avec le club en continuant, ce que je ne veux surtout pas". Car si Jean Paredès l'a accompagné dans les exigencts tâches du plus haut niveau, cela ne peut durer sur le long terme, a jugé le technicien qui travaille à La Banque Postale à Poitiers. Déjà en août dernier, il déclarait : "J'ai apprécié qu'on me propose le poste dès février. L'élite féminine, ça parle ! Mais les déplacements, la famille et mes obligations professionnelles m'ont fait hésiter. Finalement, la passion l'a emporté". Le temps d'une saison.

"Je suis bluffé par ces gamines"

Depuis quelques temps, le club cherchait des solutions mais aucune n'a semblé adaptée, comme l'avouait Jean-Claude : "Le club souhaitait que je reste, on a bien cherché des solutions palliatives mais ce n'était pas crédible". Une situation née dès les premiers échanges : "Vu mon éloignement, je ne peux pas m'impliquer autant que je voudrais dans ce club historique qui gagnerait en stabilité en professionnalisant ses structures".
C'est donc la mort dans l'âme, avec un groupe qui lui "plaisait bien" que Jean-Claude Barrault tirera sa révérence en juin prochain. Car son groupe de "jeunes", il l'appréciait grandement : "Toutes ces gamines sont disciplinées et travailleuses. Je suis bluffé par leurs capacités à faire les choses. Elles ne rechignent jamais devant aucun exercice, si vous voyez ce que je veux dire… " D'ici-là, le président de Soyaux doit déjà préparer la relève et la tâche s'annonce ardue.

Jean-Claude Barrault digest
Né le 28 novembre 1957 à Poitiers
Titulaire du DEF depuis 2002

Parcours
Joueur à l'Union Sportive Mélusine (Lusignan) puis au Stade Poitevin (1964-1989), éducateur chez les jeunes de l'USM (1983-1989), éducateur seniors à Lusignan (1989-1990), éducateur au Stade Poitevin (seniors et juniors) (1990-1992), moniteur au Stade Poitevin et coordinateur technique commission des jeunes (1992-2002), entraîneur à l'Union Etoile Sportive Montmorillonnaise (CFA2) et coordinateur technique (2002-2007), entraîneur à la Ligugéenne Football (DH) (2007-2012)

Dimanche 4 Mai 2014
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :