Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - L'effectif de l'OL a peu tourné...

À l’heure d’affronter le PSG trois fois de suite, Lyon est privé de Camille Abily et peut-être d’Amandine Henry pour la première levée. Malgré les moyens du club et le succès de ses équipes de jeunes, l’OL est l’équipe de D1 qui utilise le moins de joueuses.



Dickenmann entourée par les jeunes face au Puy (photo Alex Ortega)
Dickenmann entourée par les jeunes face au Puy (photo Alex Ortega)
Lyon s’apprête à jouer son premier match contre le PSG sans deux de ses titulaires, Camille Abily et Amandine Henry (ndlr : Mélissa Plaza, Mylaine Tarrieu sont blessées pour de longues périodes).
L’équipe parisienne compte aussi son lot d’absentes, de Marie-Laure Delie à Laure Boulleau, en passant par Kenza Dali (ndlr : Léa Declercq, Ouleymata Sarr, Ghoutia Karchouni sont parmi les blessées de longue date). Mais là où le PSG dispose d’une profondeur de banc qui lui permet de compenser des absences, Lyon n’a pour l’instant aligné qu’un nombre très limité de joueuses.
De toute la D1, Lyon est à la fois l’équipe qui a le plus grand nombre de joueuses qui ont joué au moins la moitié du temps de jeu possible (315 minutes en 7 matchs) et surtout le plus petit nombre de joueuses qui ont joué au moins 45 minutes.

Seulement 15 joueuses utilisées par l'OL

Là où tous les clubs ont aligné pour une mi-temps ou plus au moins 17 joueuses (19 pour le PSG et jusqu’à 21 pour Issy), Lyon s’est contenté de 15, parmi lesquelles deux gardiennes puisque Méline Gérard a joué un match. Les 14 autres joueuses ont toutes joué plus de la moitié du temps possible, ce qui dénote une bonne rotation mais dans un groupe très restreint.
Ce phénomène n’est pas seulement une curiosité statistique, il est aussi étonnant car l’OL dispose d’une des meilleures équipe de jeunes de France, son équipe U19 a remporté le championnat (Challenge U19) l’an dernier et est bien représenté dans les sélections de jeunes.
D’ailleurs, nombreuses sont les joueuses formées à Lyon à jouer en D1, soit à l’OL comme Wendie Renard ou Amel Majri, soit ailleurs comme Kenza Dali et Aurélie Kaci voire Ghoutia Karchouni (PSG), Pauline Peyraud-Magnin et Sarah Boudaoud (Issy), Sandrine Brétigny et Sandrine Dusang (Juvisy), Anaïs Ribeyra (Rodez), Amandine Guérin et Viviane Boudaud (Soyaux)...

Peu de temps de jeu pour les jeunes

Mais depuis plusieurs années, il est difficile pour une joueuse formée au club d'avoir du temps de jeu : seule Amel Majri est considérée comme expérimentée, Eve Périsset commence à apparaître dans le groupe mais est l'une des rares dans ce cas. Pourtant, Lyon a l’opportunité de faire jouer plus sa jeune garde au vu des nettes victoires acquises cette saison.
Patrice Lair l’an dernier, avait essayé lors de la dernière journée contre Hénin-Beaumont où Ève Périsset avait joué tout le match et Pauline Peyraud-Magnin et Makan Traoré toute la deuxième mi-temps, ce qui n’avait pas empêché Lyon de l’emporter 7-0, dont 5 buts après la pause.
7-0, c’est aussi le score sur lequel s’est imposé l’équipe lyonnaise privée de ses internationales françaises, suédoise, norvégienne et japonaise (seules Méline Gérard, Corine Petit et Lara Dickenmann régulièrement dans le groupe des 16 étaient présentes) face au Puy, équipe de D2. Gérard Prêcheur, formateur passé par Clairefontaine, a en tout cas, pour le moment choisi ne privilégier un groupe stable et expérimenté.

Avec CHR$

D1 - L'effectif de l'OL a peu tourné...

Samedi 1 Novembre 2014
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :