Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Le FC VENDENHEIM en quête de terrain homologué

Depuis quelques saisons, le terrain nécessaire pour évoluer en D1 est de catégorie 4. Une situation qui amène aujourd'hui le club alsacien à trouver un autre terrain pour évoluer en championnat, celui du Waldeck ne répondant pas aux normes.



Le complexe de Mundolsheim (source google Maps)
Le complexe de Mundolsheim (source google Maps)
L'évolution de la Division 1 a amené il y a deux saisons la FFF à faire évoluer les normes de terrain exigés pour la Division 1 féminine de la catégorie 5 à la catégorie 4. Un changement qui nécessite de disposer notamment d'un couloir d'accès entre les vestiaires et le terrain, de bancs aux dimensions plus grandes... Une situation qui met aujourd'hui le club alsacien et la commune de 5 600 habitants devant une impasse au regard des frais à investir pour cette mise aux normes.

Au fait de cela depuis sa remontée en D1, le club avait pu bénéficier la saison dernière d'une dérogation. Mais cette saison, à trois semaines du début du championnat, malgré plusieurs solutions envisagées, l’équipe entraînée par Dominique Steinberger ne sait toujours pas où elle jouera ses matches à domicile. «La première option aurait été un rapprochement avec le Racing Club de Strasbourg. Mais depuis quelques temps, on n’a plus de nouvelles de leur part...» explique l'entraîneur fédinois dans les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Une autre solution était dans la commune voisine. «Le plan B consistait à évoluer à Mundolsheim. Il y avait un accord de principe, le président du club et la mairie y étaient favorables.», sauf que malgré un superbe complexe, il manque le tunnel d'accès. Une opération coûteuse à 12 000 Euros que la Mairie de Mundolsheim ne veut pas prendre en charge ce que l'entraîneur alsacien comprend tout à fait : «Elle nous met déjà à disposition ses équipements. Mais la mairie de Vendenheim non plus ne compte pas mettre la main à la poche.»

Un rapprochement avec la mairie de Strasbourg initié

La Mairie de Strasbourg est prête à contribuer à cet investissement. «Ils sont disposés à financer une partie. Charge à nous de trouver le reste. Ils nous ont aussi proposé des situations de rechange comme jouer au stade Jean-Nicolas Muller. Mais cela pose trop de problèmes, l’idéal serait d’évoluer à Mundolsheim. » précise Dominique Steinberger aux DNA. Une situation qui reflète les difficultés présentes aujourd'hui au sein même de l'élite du football féminin français. Malgré une popularité grandissante, les moyens financiers ne sont pas encore à la hauteur.

Le promu Issy se présentera bien du côté de l'Alsace le 9 septembre prochain, reste à savoir si une dérogation pourra être accordée par la FFF ou un terrain d'entente trouvé entre les différentes municipalités.

Lundi 20 Août 2012
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :