Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Les entraîneurs rassemblés à CLAIREFONTAINE : "On a pu parler foot"

Cinq mois après son entrée en fonction à la tête de l’équipe de France féminine, Philippe Bergerôo a souhaité réunir les entraîneurs de Division 1 le week-end dernier (11-12 janvier).



Les coachs de l'élite française du foot féminin ont pu discuter en petit comité
Les coachs de l'élite française du foot féminin ont pu discuter en petit comité
Les douze techniciens de l’élite ont été conviés le week-end dernier au Centre technique national de Clairefontaine pour une journée et demie d’information. "L’idée est de leur donner toutes les informations possibles sur les sélections. Il faut travailler avec les clubs si l’on veut avancer", a indiqué le sélectionneur sur le site de la FFF.

Après l’ouverture par le DTN François Blaquart, Philippe Bergerôo leur a détaillé ses orientations de travail avec les Bleues, en dévoilant, par exemple ses séances d’entraînement et ses mises en place tactiques. Vidéos à l'appui. "On a parlé foot et c'est déjà bien. C'est vraiment le côté positif, explique Hervé Didier, le coach de l'ASSE. Souvent quand on assiste à ce genre de réunion, on n'est pas satisfait au final parce que ce n'est pas constructif. Ça l'a été. On était en petit comité donc dans l'intimité et on a pu discuter de tous les sujets. C'était vraiment très intéressant."

"Nous avons pu discuter librement"

Gilles Eyquem (sélectionneur U19) et Guy Ferrier (sélectionneur U17) ont évoqué sur leur titre respectif avec les sélections de jeunes. Après un exposé sur le statut des éducateurs, Gérard Prêcheur, directeur de l’INF Clairefontaine, a fait le point sur le plan de féminisation du football et est intervenu le lendemain sur le fonctionnement des pôles espoirs. La journée de samedi s’est, elle, achevée par une intervention de Thierry Asseloos, l’adjoint de Philippe Bergerôo, axée sur l’observation des matches de l’équipe de France. Le dimanche, Frédéric Aubert, préparateur physiques des tricolores, a évoqué le travail athlétique effectué par les Bleues. "Il nous a montré sa manière de travailler qui est différente et très intéressante", a souligné Hervé Didier.

En bonus, les coaches ont même rencontré les arbitres de D1 qui étaient aussi en stage : "C'était sympa de pouvoir discuter avec eux, ça apaise et cela nous permet de les voir dans un autre cadre que le terrain et on les voit d'un autre oeil", "L'avantage de ce genre de rassemblement, c'est que cela nous permet d'échanger entre nous. Nous n'avons pas de pression comme en match, nous pouvons donc discuter librement. Nous avons ainsi pu parler de l'évolution du football féminin", ajoute Nicolas Bach, le coach de Rodez

Samedi 18 Janvier 2014

Dans la même rubrique :