Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - OL - PSG : tour d'horizon avant l'affiche du championnat

Quelques jours après les rencontres internationales, OL - PSG (dimanche, 14h55) est au programme de la quatrième journée du championnat. Entre la préparation, le recrutement, les blessées et l'outsider Montpellier, retrouvez ce qui faut retenir de cette rencontre.



Kosovare Asllani et Amel Majri
Kosovare Asllani et Amel Majri
Un tournant
Comme chaque saison, la rencontre entre l'OL et le PSG s'annoncent comme un tournant de la saison. Celui qui perdra des points sur son adversaire direct verra le titre s'éloigner. Pour Farid Benstiti, l'équipe n'a pas le droit à l'erreur alors que ce match se déroule après quatre journées mais assume cette situation : "J’ai l’impression qu’on aime bien être au pied du mur et on est au pied du mur. On attend beaucoup de certaines joueuses, on attend beaucoup de moi, on va être à notre sommet, on va essayer d’être à la hauteur d’une difficulté évidente". Car le PSG depuis son match nul lors de la précédente journée face à Montpellier ne doit pas perdre comme le rappelle la Lyonnaise Eugénie Le Sommer : "Le PSG a déjà fait un nul, et n'aura plus le droit à un joker". La défenseure parisienne Jessica Houara d'Hommeaux insiste sur la nécessité de résultat : "C'est un match qui arrive assez tôt, même trop tôt, surtout après notre match nul contre Montpellier. On n'a pas le droit à l'erreur. On ne peut pas se permettre de perdre ce match-là."
Mais une victoire parisienne inverserait aussi la donne. Gérard Prêcheur ne l'oublie pas : "La situation au classement peut différer d’une façon importante en fonction du résultat". D'autant que les dernières confrontations en y incluant la Ligue des Champions n'ont pas toujours été favorable à l'OL sur son terrain comme le rappelle Camille Abily avec un esprit de revanche : "Sur les trois derniers matchs contre Paris, on en a perdu deux à Gerland. On sait que ça va être un gros match. On veut être performantes dès dimanche. En cas de victoire, on marquerait un grand coup".

"Ça dépendra aussi de Montpellier"

L'outsider montpellier
Si l'on évoque ce match comme un tournant, nombreux sont ceux qui rappelent le rôle que pourrait jouer Montpellier dans cette lutte de haut de tableau comme Eugénie Le Sommer : "Le titre se conservera sur ce match-là. On ne doit pas faire d'erreurs non plus. Après il restera d'autres matchs, on a vu que Montpellier peut accrocher les équipes de haut de tableau, il faudra se méfier." Une méfiance que sa partenaire Camille Abily a aussi : "Ça dépendra aussi de notre match contre Montpellier. J’ai l’impression que le championnat va se jouer à trois cette année". Son entraîneur reste aussi modeste : "A l’inverse de nous, le PSG a déjà joué contre Montpellier qui a fait un bon recrutement. Il faut rester modeste".
Le sélectionneur Philippe Bergerôo a également cette vision : "Il y a quelques clubs qui pointent leur nez, surtout Montpellier, cela fait un club en plus de très très haut niveau".

Le calendrier
En avril dernier, lors de la réunion avec les représentants de D1, le calendrier avait été à l'ordre du jour. Les confrontations entre l'OL et le PSG notamment souhaitées plutôt en fin des matchs aller et retour, pour laisser un intérêt pour le titre dans le championnat, afin qu'il reste attractif. Mais cela n'a pas répondu aux attentes de Farid Benstiti qui en fait écho : "Lors de la dernière réunion sur le calendrier, j’étais sincèrement persuadé qu’on aurait ce temps, cette possibilité de recruter même tardivement. Et on se retrouve avec un calendrier où on affronte les favoris dès septembre. Si on perd à Lyon, il faut être réaliste, le championnat peut être plié."

"La grosse incertitude sera le degré de fraîcheur"

Jessica Houara D'Hommeaux
Jessica Houara D'Hommeaux
La préparation
Autre facteur à prendre en compte pour cette rencontre, l'état physique des joueuses après une trêve internationale qui n'en aura pas été une pour toutes les joueuses. Neuf joueuses de l'OL, titulaires présumées ont disputé plus d'une heure et demi de matchs en sélection (Gérard, Renard, Majri, Necib, Schelin, Le Sommer, Henry, Abily avec les Bleues, Bremer avec l'Allemagne et Hegerberg avec la Norvège). Du côté parisien, elles sont cinq (Delannoy, Houara d'Hommeaux, Delie avec la France, Seger avec la Suède, Mittag avec l'Allemagne). L'état physique est l'interrogation principale de ce match. Pour Farid Benstiti, il en fait le point majeur de ce rendez-vous : "L’objectif sur ce match, c’est de faire que chacune des joueuses qui sera sur le terrain soit à ce moment là à un niveau optimal". Gérard Prêcheur, l'entraîneur lyonnais s'interroge aussi : "La grosse incertitude sera le degré de fraîcheur physique des internationales".
Sur le plan du travail tactique, deux équipes s'opposent. Celle de Lyon dont le point fort est la stabilité et donc la préparation anticipée : "On a eu peu de temps pour travailler la tactique. J’avais anticipé cela et on a énormément bossé depuis juillet. Notre très bon début de saison s’explique par la stabilité que ce soit au niveau de l’effectif et des orientations de jeu" rappelle Gérard Prêcheur. Au contraire du PSG, dont le recrutement tardif était aussi avec une demande d'une rencontre en fin d'année, non obtenue : "Je vais vous expliquer le recrutement parce que tout a une incidence. Nous pensions qu’en septembre nous aurions le temps de préparer nos joueuses pour des affiches en fin d’année". Pour autant, ce choix de recrutement international peut inquiéter l'OL pour Gérard Prêcheur : "Paris s’appuie sur un gros recrutement à l’étranger. Ça peut marcher aussi".

Les blessées
Les deux clubs n'ont pas été épargné par les blessées ces dernières semaines. Au PSG, Laura Georges, blessée au genou gauche, il y a dix jours était en soin à Clairefontaine. Autre joueuse parisienne blessée lors du match France - Brésil, la Brésilienne Cristiane dont la grosse commotion ne devrait cependant pas l'empêcher de disputer son premier OL - PSG.
Côté lyonnais, Claire Lavogez sera de retour dans le groupe, alors qu'il y a une incertitude pour Elodie Thomis. Sa partenaire Louisa Necib espère qu'elle sera de la partie : "Je suis triste pour Elo qui enchaîne les pépins. C'est la main, j'espère que malgré cela, elle pourra jouer". Mais Gérard Prêcheur doit attendre le "rapport du chirurgien pour savoir s'il est en mesure d'intégrer le groupe".

Samedi 26 Septembre 2015
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :