Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - PSG - OL (0-4) : les réactions

Réactions après la rencontre décisive pour le titre entre le PSG et Lyon.



Kosovare Asllani et le PSG s'inclinent lourdement devant l'OL de Wendie Renard (photo PSG.fr)
Kosovare Asllani et le PSG s'inclinent lourdement devant l'OL de Wendie Renard (photo PSG.fr)
Farid Benstiti (entraîneur du PSG)
On parlait de rêve, c'est devenu un cauchemar. On prend un but sur un temps fort de Lyon. Tout s'est enchaîné après. On peut revenir à 2-1 mais on ne le fait pas. C'est l'efficacité qui a fait la différence. De notre côté, on a été fébrile, on s'est projeté vers l'avant avec de la retenue. J'ai senti une équipe fébrile, cela ne s'est pas joué au mental. On ne peut pas laisser 10 cm à certaines joueuses comme Schelin sinon elle met le ballon au fond. Il n'y a pas d'excuse. Il faut avoir plus d'humilité, se bagarrer sur tous les ballons. Il faut savoir être solide dans les temps forts de l'adversaire car ce n'est pas n'importe qui en face. Contre Lyon on ne peut pas se permettre la moindre erreur. 4-0 c'est très dur, mais ce n'est pas immérité vu la prestation de l'équipe aujourd'hui.

Laura Georges (défenseure du PSG)
Les Lyonnaises mérite leur victoire 4-0 car elles ont dominé. On n'a pas fait les choses du foot, on a perdu trop de ballons. On a eu des temps forts mais on n'a pas marqué. C'est notre souci depuis le début de saison. Lyon sur ces quelques occasions a été réaliste. C'est ce qui fait la différence au haut niveau.
On n'a pas su répondre dans les duels, ni tactiquement, c'est dommage. Ce sont des axes de travail pour l'avenir. Il faut bien finir le championnat et se concentrer sur la Champions League qui arrive.

Jessica Houara (milieu du PSG)
C'est un cauchemar. Elles ont été meilleures, supérieures, ont remporté tous les duels. Cela nous montre le chemin qu'il reste à parcourir. Les grands matches se jouent sur le mental mais aussi sur des détails, et quand on voit les deux premiers buts qu'on encaisse... On perd deux objectifs en une semaine. Il va falloir se remobiliser pour la Ligue des champions afin de sauver notre saison.

Wendie Renard (capitaine de Lyon)
On avait à coeur de battre le PSG. On est venu ici avec beaucoup d'ambitions après cette élimination en Ligue des Champions. Personnellement, c'était toujours dans ma tête. C'était un match à enjeux, on l'a remporté. C'est quelque chose de bien. Ca c'est décidé sur l'impact et on a réussi à poser notre jeu. Et quand on y arrive, c'est difficile de nous arrêter.

Camille Abily (milieu de Lyon)
On savait que le PSG était une très bonne équipe. On a mis la qualité. C'est vrai qu'elles se sont approchées de nous mais on continue à travailler de notre côté. On a un gros collectif et ce soir on a été efficaces offensivement et défensivement.
(Sur son but) Il y a une concentration, j'avais surtout peur de l'envoyer dans les nuages. J'étais très appliquée. J'ai hésité à faire un contrôle et a enchaîné mais je me suis que je n'étais pas la plus rapide, j'ai visé le petit filet.

Lotta Schelin (attaquante de Lyon)
Comment ne pas être motivée quand on joue le PSG et que c'est une finale de championnat. On était dedans, les quinze premières minutes sont pour Paris, c'est normal, c'est une bonne équipe mais sur le résultat, on ne peut pas dire grand chose. L'élimination en Coupe d'Europe a été un échec, mais ce soir, c'était un autre contexte et il n'y avait pas d'esprit de revanche.
J'aime trop Lyon, c'est mon équipe, c'est mon club, ça fait longtemps qu'on enchaîne les belles saisons et c'est loin d'être fini.

Gérard Prêcheur (entraîneur de Lyon)
Il y a beaucoup de satisfaction. Je voudrais dire que les filles ont été extra, elles ont fait un gros match. Mais je vais quelque chose que je n'ai jamais fait avant, à tort. Je voudrais mettre en avant tout mon staff. On a bossé comme des malades pendant huit semaines et on avait vu qu'il y avait des points faibles et les buts sont venus sur des situations d'entraînement.

Jean-Michel Aulas (président de Lyon)
Je suis très fier de ce qui a été fait. J'ai lu la presse (ndlr : Le Parisien) et nous aussi on a quand même un staff. On a gagné ce match sans discussion. C'est un plaisir et un honneur pour moi d'avoir des équipes masculines et féminines qui font jouer un maximum d'internationaux français et des jeunes On gardera le même groupe la saison prochaine avec quelques ajouts".

Avec William Commegrain/lesfeminines.fr

>> LIRE AUSSI : Le compte-rendu du match

Dimanche 22 Février 2015
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :