Footofeminin.fr : le football au féminin

D1 - Sonia BOMPASTOR (Olympique Lyonnais) : « Il y a beaucoup de bonnes choses qui s’annoncent »

La latérale lyonnaise, blessée depuis un mois et demi, a fait son retour sur les terrains avec l’équipe réserve de l’OL. D’abord 60 minutes avec Claix puis 90 face à Caluire il y a une semaine. Le point sur sa situation avant une fin de saison chargée.



Sonia Bompastor veut réaliser un nouveau triplé avec l'OL (Photo Alexandre Ortega)
Sonia Bompastor veut réaliser un nouveau triplé avec l'OL (Photo Alexandre Ortega)
On l’avait un peu perdu de vue depuis le 6 janvier et un match contre Toulouse mais on a retrouvé Sonia Bompastor. C’était il y a un peu plus d’une semaine sous un soleil éclatant lors d’un match de DH, sur un des synthétiques de la Plaine des jeux de Gerland, remporté aisément par l’OL 10-0 contre son malheureux adversaire du jour, Caluire. La latérale gauche lyonnaise, qui a toujours autant la cote auprès des chasseurs d’autographes, n’a pas voulu forcer sur le terrain car elle n’était pas « encore à 100% » de ses moyens. Blessée au genou depuis un mois et demi, l’objectif pour la joueuse est d’abord de revenir pour le quart de finale de Coupe d’Europe face à Malmö le 20 mars prochain. Elle en a très envie mais ce ne sera pas simple : « Il y a beaucoup de concurrence. Je sais que l’équipe est performante et si je veux retrouver ma place dans le onze de départ, il va falloir que je travaille dur. Mais c’est bien, ça me donne une motivation supplémentaire pour retrouver mon niveau. Je vais en tout cas revenir avec beaucoup de motivation parce qu’il y a beaucoup de gros matches à disputer. J’ai encore envie de gagner pas mal de titres avec l’équipe, les joueuses, le staff. Et puis pour l’instant je prends du plaisir sur le terrain ».

« Il y a beaucoup de bonnes choses qui s’annoncent »

Si elle assure ne pas s’être « posée trop de questions » pendant cette période, la latérale a aussi eu « la chance » de tomber dans une période un peu plus creuse. « Il n’y a jamais de période propice mais cette période de l’année est plus calme que les autres même s’il y a eu deux gros matches contre Paris et un contre Juvisy. En tout cas, ça m’a permis de me reposer et de revenir pour les grandes échéances de la fin de saison parce qu’il y a beaucoup de bonnes choses qui s’annoncent. »
Si sa fin de saison s’annonce palpitante avec la perspective d’un nouveau triplé coupe-championnat-ligue des champions et la possibilité d’enlever une troisième Coupe d’Europe consécutive. Chose qui n’est jamais arrivée dans l’histoire du foot féminin, son avenir en sélection apparait, lui, bien compromis. Plus sélectionnée depuis le mois de septembre, la latérale, qui compile pourtant 156 capes, affirme avoir pris « beaucoup de recul par rapport à ça ». « J’ai été un peu triste au début, c’est malheureux. Je l’ai dit à plusieurs reprises mais j’aurais aimé que, dans la forme en tout cas, Bruno agisse différemment. Ça n’a pas été son souhait après c’est comme ça. J’ai toujours eu des valeurs d’honnêteté et de franchise et je suis restée dans ma ligne de conduite. Je sais que je n’ai rien à me reprocher. J’ai toujours été la même du début à la fin. »

« Je préfère être ici plutôt qu’en sélection avec une boule au ventre »

Bompastor (ici contre le Canada aux J.O) ne croit plus à un retour en Bleu (Photo Eric Baledent/Le Moustic Production)
Bompastor (ici contre le Canada aux J.O) ne croit plus à un retour en Bleu (Photo Eric Baledent/Le Moustic Production)
Et aujourd’hui, la latérale lyonnaise ne se fait plus d’illusions sur un éventuel retour en sélection. Elle s’est résignée à suivre les Bleues à la télé. « Je sais que ça ne se fera plus. C’est comme ça. Je suis la seule à pouvoir le dire, mais beaucoup le pense : on a vraiment une génération avec beaucoup de talent. C’est dommage de ne pas avoir gagné des titres en équipe de France parce qu’il y a le potentiel… »
Et d’ajouter : « Au début, j’attendais un peu, j’aurais souhaité savoir pourquoi je n’étais pas retenue. Désormais je me concentre sur mon club. J’ai les même ambitions, on a le même discours et tout le monde est motivé que ce soit les joueuses, le staff, le président. Et ça me correspond tout à fait. Je préfère rester dans mon club et être en adéquation avec ce qui se fait ici plutôt que d’être en sélection et d’y aller avec une boule au ventre. Quand on a la chance de porter le maillot de l’équipe de France, c’est dommage qu’on ne le vive pas forcément bien. Surtout que l’équipe de France a la place pour décrocher des titres. »

Thibault Simonnet

Restera-t-elle à l'OL à la fin de la saison ?

« J’estime que j’ai beaucoup de chance de faire ce que je fais, d’être à l’OL. On a prouvé dernièrement qu’on était l’une des plus belles équipes. Ce qu’on est en train de réaliser ça restera gravé pas mal de temps dans l’histoire. Je ne suis pas sûr qu’une autre équipe arrive à le refaire, je m’estime donc assez chanceuse de ce côté-là. » En fin de contrat en juin 2013, la joueuse de 33 ans veut d’abord se concentrer sur la fin de saison et sur un éventuel triplé. Elle prendra le temps de discuter avec les dirigeants à la fin de saison pour savoir de quoi son avenir sera fait.

Vendredi 15 Mars 2013

Dans la même rubrique :