Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema - Duel des promus : Yacine GUESMIA (GPSO Issy 92) : "Elles ont été efficaces"

Pour son retour en D1, Issy a entamé la saison par une lourde défaite à domicile face à l'autre promu. L'entraîneur Yacine Guesmia et l'attaquante Laurie Teinturier reviennent sur cette rencontre et la suite de la saison.



Yacine Guesmia (entraîneur du GPSO 92 Issy)

(photo GPSO Issy)
(photo GPSO Issy)
Tout d’abord, le sentiment après cette lourde défaite ?

C’est frustrant car le score me paraît sévère. On a manqué de réalisme dans les deux surfaces, aussi bien offensivement que défensivement.

Votre homologue évoquait un match pas forcément joli mais efficace de leur part. Est-ce également pour vous l’impression qui reste ?

Oui clairement. Les Havraises n’ont pas forcément eu d’intention de jeu mais elles ont été efficaces. À chaque fois qu’elles sont venues dans notre surface, ça a été dangereux. Il me semble qu’elles viennent 4-5 fois, elles mettent quatre buts. Nous, il faut peut-être revoir le match, mais on a été beaux par moment je pense. On a eu la possession en essayant de garder une certaine maîtrise et en tentant de jouer juste. Mais dans les 20-25 derniers mètres, on a manqué d’intensité et de changements de rythme. Après être beau c’est bien, mais il faut être bon par le score.

N’y-a-t-il pas eu au final un point de bascule en début de seconde période, avec ce troisième but en plein milieu d’un temps fort de votre équipe ?

Déjà avant la mi-temps, on a l’opportunité d’au moins mettre le but du 2-1 avec la barre de Laurie (Teinturier, nldr) et une situation litigieuse dans la surface qui aurait pu donner penalty. On revient sur le terrain avec de bonnes intentions en deuxième période, on pousse, on pousse. Derrière, on se fait sanctionner avec le troisième but. Et dans les têtes ça a joué oui. C’est pour cela qu’on doit travailler aussi. On doit être plus forts mentalement.

Premier match, duel de promus. On sait que ce sont les rencontres qui comptent quand on cherche à se maintenir. Comment on repart de l’avant après ce petit coup derrière la tête ?

On avait aux filles que la saison ne se jouait pas sur deux ou trois matchs. Elle se joue sur 22 rencontres. Il nous en reste 21. Il y a eu des choses positives, d’autres moins bonnes que l’on va corriger. Mais il faut qu’on reste sereins, confiants et qu’on soit exigeant sur ce qu’il reste à faire.

Sur la saison, l’objectif est clair : le maintien ?

On ne va pas dire qu’on cherche le titre quand même (sourire). On sait qu’on est un promu, un club amateur, que l’on a moins de moyens que les autres équipes. Le club a en prime déjà connu deux montées et est redescendu directement. Donc l’objectif clairement, c’est de viser entre la 10e et la première place.

Pour terminer, un mot sur le changement de nom du club. Quelle différence au niveau de l’apport de ces partenariats par rapport à l’an dernier ?

Le GPSO (Grand Paris Seine Ouest, ndlr) était déjà présent mais il a renforcé son aide au sein du club. Ça se voit du coup sur le nom de ce dernier, tout comme le département qui apporte aussi une aide importante. D’où le GPSO 92 Issy. C’est ce qui nous permettra de rivaliser avec les clubs pros de la seconde partie de tableau cette saison.

Laurie Teinturier (attaquante du GPSO 92 Issy) : "Il va falloir travailler devant le but et défensivement"

Laurie Teinturier (photo GPSO Issy)
Laurie Teinturier (photo GPSO Issy)
Défaite 0-4 pour démarrer la saison face à un autre promu. Quel est le sentiment qui prédomine après un match comme ça ?

On est déçues, on n’est pas contentes de ce que l’on a proposé. Après 4-0, je pense que c’est sévère au vu du match. Mais c’est le football. Quatre erreurs de concentration défensive et on les paye cash. Après devant, on n’a pas eu assez de réalisme. On aurait pu faire mieux.

Votre coach a évoqué ces temps forts en fin de première période et en début de seconde qui n’ont pas été concrétisés. Est-ce là aussi pour vous le point de bascule de cette rencontre ?

Ça aurait pu se jouer là si on avait conclu directement les 2-3 occasions que l’on a eu. Le match aurait pu tourner oui. Si je mets le duel que j’ai face à la gardienne avant la mi-temps, ça aurait peut-être changer les choses. Après, on ne l’a pas mis. Mais on aurait quand même pu réagir derrière. Il va falloir travailler devant le but et défensivement pour sortir un meilleur match.

À titre personnel, premier match en tant que titulaire pour vous en D1 féminine. Quelles ont été vos premières sensations à ce niveau ?

De bonnes sensations (sourire). J’avais hâte de reprendre et de jouer mes premières minutes en tant que titulaire en D1. Ça fait plaisir même si ce n’était pas la première rêvée. Le résultat n’est pas là mais on va essayer de progresser et de s’améliorer au fil de la saison pour aller gratter des points. Et ce dès la semaine prochaine.

Même si on est encore qu’au début de la saison, avec un promu en face, avez-vous senti une vraie différence entre le niveau que vous avez pu connaitre en D2 à La Roche, la VGA, Issy et ce match aujourd’hui ?

Forcément oui. Il y a plus d’intensité dans le jeu, il faut être plus dur, plus costaud sur les duels. Après, on va s’adapter au rythme de la D1. Je pense que là-dessus, on n’était pas trop mal aujourd’hui même si on était un peu en dessous de l’adversaire au final. Il y a un niveau un peu au-dessus en D1 oui. Mais on va s’adapter.

L’objectif était clairement de découvrir la D1 avec ce club quand vous avez choisi ce projet-là l’an dernier ?

Oui, ça fait plusieurs années que je joue en D2 et que je suis titulaire dans chacun des clubs où je passe. J’ai progressé au fil des années. Donc quand je suis arrivée à Issy, clairement l’idée pour moi c’était de prendre une autre dimension, de monter avec l’équipe. Personnellement, j’ai terminé deuxième meilleure buteuse de D2 l’an passé en plus. J’étais contente de ma saison même si je sais que je dois encore progresser. Maintenant, je vis mes premiers matchs en D1, en espérant que ce ne soit que le début d’une longue histoire (rire).

Sur ce match face au Havre, on vous a en prime vu évoluer à un nouveau poste…

C’est vrai que l’année dernière, j’étais plus milieu sur le côté on va dire. Sauf que là, on a changé un peu de système. Je me retrouve plus parmi les trois attaquantes devant. Il nous demande de beaucoup échanger entre nous. Je me retrouve un peu plus dos au jeu, un peu moins dans le couloir. C’est un nouveau poste que je commence à appréhender. Mais je m’y sens bien et j’espère apporter à l’équipe dans ce rôle.

Il n’y a pas eu de difficultés pour s’y adapter, notamment au niveau des tâches demandées ?

Non globalement, je sais ce que j’ai à faire. Il y a peut-être un peu plus de travail défensif. Mais cette année, il va falloir le faire et je suis prête à m’en charger. Je dois aussi progresser sur le jeu dos au but et continuer à faire des appels dans la profondeur comme je fais souvent. Ça reste un peu ma qualité.

Pour revenir sur la saison, prochain match à Dijon. Comment on repart et on remet la tête à l’endroit avant cette confrontation ?

Déjà, on va se remettre en question, augmenter l’intensité à l’entraînement parce que je pense qu’on peut faire mieux. Ensuite, on va appréhender cette rencontre comme celle face à Havre malgré tout, en essayant de tout donner, voire donner encore plus. Et améliorer nos points faibles comme nos points forts pour aller chercher les trois points samedi prochain.

Pour terminer, sur les ambitions cette année : le maintien avant tout ?

Clairement. On ne va pas se cacher. On est un petit club, on vient de monter et on est encore amateur. Après, on a les qualités et le groupe pour se maintenir. On ne va pas dire qu’on vise le haut de tableau, c’est faux. Mais le maintien reste vraiment l’objectif prioritaire. On en est toutes conscientes et on espère l’atteindre ensemble.

Dimanche 6 Septembre 2020
Daniel Marques

Dans la même rubrique :