Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema - J9 : Jean-Luc VASSEUR (OL) : "Il y a un avantage mental, mais on reste toujours vigilant"

L'entraîneur lyonnais prépare le rendez-vous au Parc des Princes, un stade et un club qu'il a bien connus comme joueur. Retour sur la conférence de presse.



capture OLTV
capture OLTV
Quel est l'état des troupes ?
Eugénie et Sakina ont été managées et gérées aujourd'hui (ndlr : ce mercredi) parce qu'il y a eu des petites alertes. On est à deux jours du match, on a préféré les mettre au repos et on verra demain.

L'OL n'a plus gagné depuis 2015 en championnat à Paris, comment l'expliquez-vous ?
Déjà, on n'a pas le match retour l'année dernière, cela aurait peut-être été l'occasion de gagner là-bas. C'est une équipe avec l'OL qui est une très grande équipe sur le plan international. C'est forcément des matchs relevés. On joue au Parc des Princes, c'est une célébration du foot, pas du foot féminin mais du Foot retransmis sur une chaîne qui accompagne le football depuis des années (ndlr : Canal +). C'est une très belle opportunité pour que ce soit une belle fête.

" J'ai affaire à des championnes qui savent gérer ce type d'événements"

Etes-vous favori pour cette rencontre ?
C'est le football. C'est toujours des matchs âpres et difficiles. La preuve sur les deux derniers matchs, il y a une finale de Coupe de France que l'on a remportée aux tirs au but. Il y a eu ce match de Champions League avec les événements du match qui nous ont amené à le remporter. Cela reste des matchs de haut niveau. Cela se joue à des détails près. On sait que l'on s'y prépare, on a l'habitude. J'ai affaire à des championnes qui savent gérer ce type d'événements. On ira avec ces valeurs, cet état d'esprit jouer au Parc.

Y-a-t'il un avantage mental ? Est-ce que cela joue dans votre préparation ?
Il y a un avantage mental, oui, avec les résultats passés, mais on reste toujours vigilant. Cela reste des matchs où ça se joue à vraiment pas grand chose donc on a toujours ça en tête. Il y a une forme d'humilité par rapport à cette approche-là. Mais aussi une forme de conviction au fond. Rien n'est joué d'avance, ça, on le sait.

Quel poids cela pèse dans la préparation ?
C'est plus les filles qui ont l'expérience et qui pourront en parler. Wendie a l'expérience de ces matchs. J'ai du faire trois matchs avec le PSG, on les a remporté soit aux tirs au but, soit dans le jeu. Cela a toujours été difficile. En face, on a une belle équipe qui a du talent, des qualités, un club qui met des moyens pour cette équipe.

"La priorité, c'est ce match"

Quand vous étiez joueur au PSG, vous n'imaginiez pas revenir comme coach sur ce terrain ?
Il y a 30 ans, je n'imaginais pas que ce serait coach. C'est un plaisir de revenir sur ce terrain qui est important pour moi. Aujourd'hui, je suis à Lyon, je suis très content et on a un super challenge avec les filles à relever. A l'issue de ce match, rien ne sera fini. On reste toujours concentrés sur le prochain événement. On remercie le PSG de nous accueillir au Parc des Princes mais on aurait aimé qu'il soit un peu plus plein.

Est-ce que les joueuses sont affectées par ce qui se passe en Equipe de France ?
On reste focalisés sur le match de Paris. C'est un gros match sur lequel toute notre énergie est dessus et le reste, on l'a mis de côté. J'ai affaire à des grandes professionnelles et elles savent qu'elles sont les priorités aujourd'hui. La priorité, c'est ce match dont on vient évoquer tous les paramètres.

Est-ce que cela ne met plus de pression médiatique sur ce match ?
C'est le mental qui joue. C'est de prioriser, de se dégager d'un maximum de stress, de pression qui n'est pas forcément bonne. Ce sont des championnes parce qu'elles arrivent toujours à trouver cet équilibre. Elles l'ont trouvé cette semaine, elles le trouveront vendredi. On les mettra dans les meilleures conditions. Parfois, c'est personnel.

"La sélection, ce sera après, la semaine prochaine"

La liste qui sort demain n'est pas un événement qui pourrait polluer la préparation ?
Les filles vont regarder, forcément. Porter le maillot de l’Équipe de France, c'est toujours une fierté pour elles. Après elles replongeront vite sur le match car la sélection, ce sera après, la semaine prochaine.

Personnellement en tant qu'entraîneur, on sait que les histoires restent dans le vestiaire. Une de vos joueuses a parlé ouvertement. Avez-vous été surpris ?
On est focus sur le match du Paris Saint-Germain. La priorité est ce match. On pourra en reparler après, une fois que le match sera passé. Mais aujourd'hui, l'événement, c'est le nôtre, celui de l'Olympique Lyonnais. Des joueuses, du staff, des fans, des dirigeants.

Avez-vous une attention particulière sur Kadidiatou Diani ?
Toute joueuse du Paris Saint-Germain a du talent, à tous les postes. On est soucieux de ça. Il n'y aura pas forcément qu'une joueuse sur lequel il faudra être attentif. Mais sur un ensemble, un collectif. A nous d'avoir le ballon, d'imprégner notre style, notre envie, d'être ambitieux dans le jeu.

Mercredi 18 Novembre 2020
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :