Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema - Jean-Luc Vasseur (entraîneur de l’OL) : "L'équipe arrive à garder son calme et à ne pas s'énerver"

Les Lyonnaises ont attendu le dernier quart d'heure pour faire la différence. Un succès acquis grâce notamment aux coups de pied arrêtés mais sans réellement paniquer.



Vasseur et l'OL regardent toujours vers le haut (capture Canal + Sport)
Vasseur et l'OL regardent toujours vers le haut (capture Canal + Sport)
Quel est votre sentiment après cette victoire qui a mis du temps à se dessiner ?

Ça arrive. Un match, c’est 90 minutes sauf si on a changé les règles entre temps. On a eu affaire à une équipe bien en place, de qualité athlétiquement avec des internationales, un bon recrutement. Une équipe qui fait un bon début de championnat elle aussi. On savait que ce ne serait pas facile avec aussi les conditions qui nous avaient été proposées au début. Au final, le terrain a bien bu, les flaques ont disparu et on a pu jouer au football. C’était le plus important.

Vous vous attendiez à une telle opposition et à cette difficulté de trouver les espaces ?

On sait que l’on travaille et que ce travail est un travail de sape. On sait qu’en face, ça peut tenir 30, 40, 70 minutes. Je me souviens d’un match à Dijon la saison dernière où l’on avait fait match nul. Ça pouvait ressembler un peu à ce match-là sauf qu’on a trouvé la solution aujourd’hui. L’équipe progresse là-dessus car elle arrive à garder son calme et ne pas s’énerver, vu qu’elle a l’habitude de marquer plus tôt. Je trouve que c’est une bonne chose car on est dans cette forme d’apprentissage. En face, ça s’organise et tant mieux pour le championnat car ça va être plus serré. De notre côté, elles apprennent et gardent un peu plus de tempérament, sauf le carton jaune d’Eugénie, pour pouvoir y croire et faire la différence en fin de match.

"On a une joueuse extraordinaire qui est Wendie Renard"

Le fait que le match se débloque sur un corner avec le premier but, c’était une stratégie voulue ou un fait attendu ?

C’est le football moderne. Les équipes capables de faire des différences sur coups de pied arrêtés glanent beaucoup plus de points. Nous, on a une joueuse extraordinaire qui est Wendie Renard. Mais on a en d’autres aussi puisqu’aujourd’hui, Kadeisha a marqué de la tête également. On sait que quelque part, il faut s’appuyer sur nos forces. C’en est une. Wendie est exceptionnelle dans ce registre comme dans tous les autres. Donc on s’appuie dessus.

Sur cette rencontre, il y avait beaucoup de jeunes sur le banc. C’était une volonté de leur donner du temps de jeu, voire même de leur faire découvrir la D1 pour certaines ?

C’est une très bonne question car à la fin de l’année, on va jouer les 16e de finale de la Champions League. L’UEFA va nous autoriser à faire rentrer cinq joueuses. J’aimerais bien voir cela arriver en D1 et je crois, pour avoir sondé un peu les coachs, que l’on est tous pour. Cela permettrait aux entraîneurs de faire rentrer plus de joueuses et d’en voir d’autres.

Pour nous, on pourrait faire profiter des joueuses plus jeunes ou d’autres qui ont besoin de temps de jeu pour qu’elles aient plus d’expérience dans le jeu ou pour qu’elles retrouvent un rythme tout simplement. Et puis, moi entraîneur, je vais devoir à un moment m’appuyer sur elles.

Sur le match d’aujourd’hui, je suis très ravi des rentrées. Cayman a été super, la petite Melvine revenait un peu sur ses terres puisqu’elle avait été prêtée l’an dernier à Fleury. Elle a fait une très bonne rentrée et la petite Sally Julini qui effectue son premier match en D1 à 17 ans. C’est une joueuse de grand avenir sachant que j’en avais d’autres sur le banc que j’aurais bien aimé voir « au feu » comme on dit. Mais j’espère que ce sera pour la prochaine fois.

Elles ont toutes à l’unanimité dit « on peut jouer »

Un mot rapide sur le terrain particulièrement compliqué. Il y avait la peur de voir des joueuses se blesser ce soir ?

La peur n’évite pas le danger en soi. On me disait que le terrain allait boire et il a bu puisque les flaques sur les côtés ont disparu. Le terrain était quand même grandement praticable, l’axe et les surfaces n’étaient pas touchées. Ce à quoi je m’oppose, c’est quand il peut y avoir des perturbations dans le jeu à cause des éléments. Quand il y a énormément de vent par exemple, ça pose des problèmes. Là aujourd’hui, je ne m’étais pas prononcé. J’attendais que les vrais acteurs, les joueuses, puissent donner le feu vert puisque ce sont elles qui jouent et qui s’exposent ou non à un danger potentiel. Elles ont toutes à l’unanimité dit « on peut jouer » donc on a suivi.

Si on fait le bilan, trois points pris, pas de blessures, la pression qui continue sur les poursuivants. On peut parler de soirée parfaite ?

Oui et non. On sait qu’à chaque sortie, Lyon a une pression énorme. Il y a cette envie de faire trébucher cette équipe. Je dirais même l’Europe voire peut-être le monde entier attend cela. On sait qu’il n’y a pas de petits ou de grands matchs. On a cette énorme pression à chaque rencontre mais c’est quelque chose qui fait partie de leur quotidien. Et il y a beaucoup d’humilité dans cette équipe pour être hyper concentrés à chaque fois.

Samedi 3 Octobre 2020
Daniel Marques

Dans la même rubrique :