Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema - Olivier ECHOUAFNI (PSG) : « On veut tout gagner »

Le PSG clôture la première journée face à Soyaux ce dimanche (14h45). Tout en s’avouant frustré des résultats du PSG la saison passée, le coach parisien Olivier Echouafni s’est montré ambitieux à quelques heures de la reprise du championnat. Une fois encore, il compte bien donner du fil à retordre à l’OL, et soulever un maximum de trophées.



Quels ont été les objectifs que vous avez fixé à vos joueuses cette saison ?
Très honnêtement ? Tout gagner. A partir du moment où on est engagés dans 4 compétitions, il y a 4 trophées à aller chercher. L’idée c’est de faire mieux que l’année dernière. En championnat nous ne sommes pas passées loin de réaliser quelque chose d’important, malheureusement on est passé au travers face à Lyon. Ensuite, en quart de finale de la coupe de France on a rencontré Lyon, en quart de finale face à Chelsea, tout s’est joué sur des petits détails. L’idée c’est de gagner tous les matches.

Quel regard portez-vous sur la concurrence des autres clubs de D1 hormis Lyon, dont Montpellier et Bordeaux ?
Ces deux clubs, mais aussi le Paris FC, travaillent très bien depuis 2 ans, ils recrutent très bien aussi, et se donnent les moyens et les ambitions d’aller embêter l’Olympique Lyonnais et le PSG, j’espère de tout cœur qu’il y aura de belles confrontations cette saison, de façon à ce que le titre puisse se jouer dans les dernières journées.

L’an passé, il y avait deux gardiennes en concurrence (Christiane Endler et Katarzyna Kiedrzynek). Y’aura-t-il une numéro 1 définie cette saison ?
Ce sera certainement le cas. Malheureusement, « Chris » Endler a reçu un carton rouge lors de la dernière journée, ce qui lui a valu une suspension de 3 matches, ce qui me paraît énorme par rapport à la faute. Mais bon on fait avec. Elle ne pourra pas jouer les premiers matches de championnat mais peut-être la Ligue des champions ou le Trophée des championnes (21 septembre). A partir de ce moment-là il y aura une nouvelle trêve internationale, et j’aurai tout le loisir de décider qui sera ma gardienne numéro 1.

« Aux joueuses de montrer à chaque instant leurs qualités »

Concernant le reste de l’effectif, les nouvelles arrivées vont sûrement amener de la concurrence et des choix à faire à d’autres postes…
On a à peu près notre effectif, on se laisse le temps d’accueillir une joueuse peut-être. Ça dépendra aussi des départs. On aura des filles qui seront en manque de temps de jeu qui voudront peut-être évoluer ailleurs, l’idée c’est que ces filles-là puissent également trouver du plaisir. Quand vous vous entraînez tous les jours et que vous manquez de compétition, c’est toujours compliqué. La concurrence existe au Paris-Saint-Germain. Ce n’est pas facile pour les filles mais elles apprennent ce qu’est la concurrence dans un grand club comme Paris. A elles de montrer à chaque instant leurs qualité, sur le terrain à l’entraînement mais aussi en match, parce que c’est l’évaluation de fin de semaine. Les postes ont été quasiment tous doublés, que ce soit derrière, au milieu ou devant.

Savez-vous quel profil vous souhaiteriez recruter exactement ?
On est plutôt à l’écoute du marché, il pourrait y avoir une opportunité de dernière minute, c’est pour ça que je parlais d’une joueuse, mais peut-être qu’il n’y en aura pas non plus.

« Katoto ne doit pas être un problème, mais une solution »

Il y a une nouveauté pour cette saison, c’est la pelouse synthétique installée à Jean Bouin…
Est-ce que c’est mieux pour mon équipe ? Il y a une petite incertitude, mais il faut savoir qu’un certain nombre de clubs en D1 jouent sur synthétique, on va s’adapter, en tout cas on est prêts à mettre en avant un certain nombre de choses. On a un jeu porté vers l’avant, donc on espère marquer encore plus de buts que la saison dernière.

Marie-Antoinette Katoto a de nouveau été absente de la liste de Corinne Diacre, certains disent que c’est dû à son fort caractère. Vous qui l’avez quotidiennement à l’entraînement, est-ce le cas ?
Je n’ai pas à commenter les choix qui sont faits, au contraire on respecte les choix de la sélectionneuse. Marie-Antoinette Katoto, il ne faut pas que ce soit un problème, mais plus une solution. Parce qu’elle a beaucoup de qualité. La porte est ouverte, à elle de continuer à travailler tous les jours à l’entraînement. Il faut qu’elle puisse s’épanouir encore plus en compétition. Ça reste une jeune joueuse. En tout cas le club est derrière elle, tout comme son coach.

La coupe du monde a permis à plusieurs joueuses de se révéler, dont Kadidiatou Diani. Cela lui-a-t-il donné une autre dimension au sein du PSG ?
Kadi a fait une coupe du monde extraordinaire, il ne lui a manqué que quelques petits buts pour valoriser tout ce qu’elle avait mis en avant. Elle a franchi un cap, c’est indéniable, elle a un vrai statut dans ce groupe. Il faut maintenant qu’elle continue, qu’elle assume ce statut, ce n’est pas facile mais je pense qu’elle en a la capacité, elle a du caractère, une grande motivation et une grande envie d’améliorer encore ses statistiques, parce qu’elle est capable d’aller plus loin et plus haut.

Vincent Roussel

Samedi 24 Août 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :