Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema - Plusieurs mondialistes à la découverte du championnat

Plusieurs clubs de D1 ont recruté des joueuses ayant disputé la Coupe du monde en France cet été, à commencer par l'OL et le PSG. Des recrues, principalement à vocation offensive, souvent prometteuses sur le papier, qui vont désormais devoir confirmer les espoirs placées en elles.



Nikita Parris (Angleterre, Manchester City > OL)

(photo OL)
(photo OL)
Née en 1994, 41 sélections
À la Coupe du monde : 7 matchs, 720 minutes, un but, une passe décisive

Très prometteuse en sélections de jeunes, elle est au fil des années devenue une des meilleures joueuses au poste d'ailière droite. Capable de faire des différences importantes dans son couloir mais également de marquer, elle renforce un poste où évoluent déjà Shanice van de Sanden, Delphine Cascarino et Emelyne Laurent, même si elles ne resteront pas toutes au club. Une recrue de choix pour l'OL, mais il ne faudrait pas que cela empêche les jeunes Tricolores d'obtenir du temps de jeu et de progresser... Le couloir droit du club, avec Parris et sa compatriote Lucy Bronze, devrait faire parler de lui.

Alex Greenwood (Angleterre, Manchester United > OL)

(photo OL)
(photo OL)
Née en 1993, 41 sélections
À la Coupe du monde : 4 matchs, 360 minutes, un but
Matchs amicaux avec l'OL : 2 matchs, 180 minutes

Amel Majri évoluant un cran plus haut, Selma Bacha blessée, l'OL avait besoin d'une latérale gauche. Alex Greenwood ne fait pas partie des top joueuses mondiales à ce poste et manque de vitesse notamment, mais en attendant le retour de la jeune Française qui a donné satisfaction jusqu'alors, elle est une recrue solide et qui dispose d'une belle expérience internationale, alors que Carolin Simon fait le chemin inverse.

Khadija Shaw (Jamaïque, USA > Bordeaux)

(photo DR)
(photo DR)
Née en 1997, 24 sélections
À la Coupe du monde : 3 matchs, 270 minutes, une passe décisive
Matchs amicaux avec Bordeaux : 4 matchs, 286 minutes, 6 buts

C'est un des bons coups du mercato réalisés avant la Coupe du monde, à l'instar de la Norvégienne Guro Reiten à Chelsea. La puissante attaquante jamaïquaine a montré lors de la Coupe du monde que Bordeaux avait raison de miser sur elle, et ses débuts avec l'équipe en matches de préparation n'ont fait que confirmer tout le bien que le club pensait d'elle. Il faut désormais confirmer tout au long de la saison, mais ses débuts sont plus que prometteurs.

Sara Däbritz (Allemagne, Bayern Munich > PSG)

(photo PSG)
(photo PSG)
Née en 1995, 65 sélections
À la Coupe du monde : 5 matchs, 450 minutes, 3 buts, une passe décisive
Matchs amicaux avec le Bayern : 3 matchs, 227 minutes

Un des piliers de la Mannschaft, elle a parfaitement suppléé Dzsenifer Marozsan, blessée, en prenant son rôle de leader technique de la sélection, dont elle fut une satisfaction match après match ainsi que la meilleure buteuse. Une excellente recrue pour le PSG, Wang Shuang faisant le chemin inverse.

Jordyn Huitema (Canada > PSG)

(photo PSG)
(photo PSG)
Née en 2001, 22 sélections
À la Coupe du monde : un match, 90 minutes
Matchs amicaux avec le PSG : 4 matchs, 170 minutes, 3 buts

C'est un des grands espoirs du football mondial, qui compte déjà plus de vingt sélections A à 18 ans (un match lors de la Coupe du monde). Avec elle, le PSG fait un pari sur l'avenir, mais elle peut apporter à l'équipe dès cette saison et forme avec Marie-Antoinette Katoto, même si elles ne devraient pas beaucoup voir le terrain en même temps, une doublette prometteuse en attaque.

Karina Saevik (Norvège, Kolbton > PSG)

(photo PSG.fr)
(photo PSG.fr)
Née en 1996, 8 sélections
À la Coupe du monde : 4 matchs, 257 minutes, une passe décisive
Matchs amicaux avec le PSG : 4 matchs, 170 minutes

La milieu de terrain s'est fait remarquer à la Coupe du monde et elle fait partie de la nouvelle génération norvégienne. Si elle a rejoint la sélection cette année, elle ne devrait pas la quitter de sitôt. Avec elle, le club de la capitale renforce encore son secteur offensif avec une joueuse travailleuse et polyvalente, à n'en pas douter une bonne pioche même si ni elle ni les autres recrues phares n'adressent le besoin du club en défense centrale.

Jeudi 22 Août 2019
Charlotte Vincelot

Dans la même rubrique :