Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema – les chiffres à connaître avant la 20e journée

Avant le retour du championnat ce week-end, Footoféminin vous livre quelques statistiques et données à connaître autour des rencontres de la prochaine journée.




Montpellier – Bordeaux (samedi 14h30 – Foot +) : un choc pour l’honneur

Récemment assuré de finir sur le podium, le FCGB voudra sur le terrain des Montpelliéraines finir sa saison en beauté. Le tout dans un affrontement qui semble lui sourire ces dernières années. Car si le bilan entre les deux équipes en D1 est équilibré (8 rencontres pour 3 victoires du MHSC, 3 du FCGB et 2 matchs nuls), les Bordelaises ne se sont plus inclinées face à Montpellier sur leurs 5 derniers affrontements soit depuis 4 ans.

De plus, le MHSC vit une seconde partie de saison bien plus compliquée avec seulement deux victoires sur la phase retour, les deux face aux relégables, en plus d’être encore à ce jour l’équipe la plus inefficace défensivement en D1 (24 xG* contre pour 31 buts encaissés) et la plus sanctionnée (2,4 cartons par match).

Le retour de Shaw ne risque pas d’arranger en prime les affaires des hôtes. La jamaïcaine en est à 20 buts cette saison en championnat, du jamais vu pour une joueuse d’un club hors top 2 à ce stade de la saison depuis Gaëtane Thiney en 2013-2014 (20 également).

Guingamp – Reims (samedi 14h30 – Multisport 2) : les tubes de l’année

L’opposition entre Guingampaises et Rémoises s’annonce prometteuse du côté de la Bretagne. Les deux équipes se sont en effet montrées particulièrement en forme sur cette année 2021. Personne ne fait même mieux que Reims depuis février en D1 (15 points en 6 matchs), le club champenois se retrouvant dans le même rythme que le top 3 du championnat.

Pour autant s’il veut l’emporter samedi, il lui faudra parvenir à étirer encore un peu plus sa série de 4 victoires consécutives déjà historique dans l’élite. Pas si simple quand l’historique des compétitions penche en faveurs des bretonnes : ces dernières n’ont jamais perdu un duel face aux Stadistes toutes compétitions confondues (sur 4 affrontements).

Reste à savoir quelle gardienne brillera le plus. Solène Durand (12,2 tirs par match dont 5,9 cadrés) et Phallon Tullis-Joyce (14,7 tirs par match dont 6,3 cadrés) sont en effet celles qui ont subi le plus de tirs cette saison dans l’élite avec Constance Picaud (20 tirs par match dont 9,4 cadrés). Léger avantage toutefois pour la guingampaise, qui fait partie du top 3 du championnat en pourcentage de tirs cadrés arrêtés : 75,9% derrière Moorhouse (78,5%) et Endler (92,3%).

Soyaux – Fleury (samedi 14h30 – Multisport 3) : l’heure est à la relance

Sojaldiciennes et Floriacumoises sont à l’inverse bien à la peine sur cette année civile. Avec une seule victoire au compteur en 2021 pour les deux équipes, chacune face à un des deux relégables, elles n’avancent plus en championnat. À domicile, Soyaux reste même la pire équipe après le Havre cette saison en termes de points pris (4 points seulement).

Une dynamique pour les deux équipes qui se ressent aussi dans les chiffres. Les deux clubs sont en effet parmi ceux qui cadrent le moins leurs tirs en championnat (40% pour Fleury suivi par Soyaux à 43,3%, seul le HAC fait pire) et qui commettent le plus de fautes dans le jeu (14,3 par match pour l’ASJ, 11,6 pour le FCF 91).

La rencontre sera-t-elle donc à nouveau serrée ? Depuis la fusion du Val d’Orge avec Fleury, les 7 affrontements entre les deux clubs ont toujours été disputés (jamais plus de trois buts dans une rencontre), avec trois matchs nuls et quatre victoires par seulement un but d’écart. À voir si Soyaux parviendra à exploiter les coups de pieds arrêtés pour faire la différence, lui qui en est le plus dépendant cette saison (6 buts sur 10 sur CPA hors penalty – 60%) alors que le FCF 91 est lui le plus fébrile sur ces phases (12 buts encaissés sur 32 sur CPA hors penalty – 37,5%).

Précision bonus : Fleury et Soyaux comptent dans leurs rangs les deux joueuses ayant disputés le plus de duels cette saison en D1 Arkema avec Léa Le Garrec d’un côté (23 duels disputés par match, 11 remportés) et Siga Tandia de l’autre (23 duels disputés par match, 12 remportés).

Le Havre – PSG (dimanche 17h30 – Canal + Sport et Multisport 2) : d’un extrême à l’autre

Le duel entre Havraises et Parisiennes offre lui un écart bien plus important entre les deux clubs. Le PSG fait en effet partie des meilleures attaques d’Europe (4,2 buts pour 3,3 xG par match en D1) en plus de caracoler en tête du championnat dans divers secteurs comme le nombre d’occasions obtenues (10,2 par match).

Le Havre lui à l’inverse vit un calvaire cette saison. Dernier de D1 en plus d’être la pire équipe à domicile cette saison (un point pris seulement), le club normand est aussi celui qui subit le plus de tirs (20 par match) en plus d’afficher le plus faible tir ratio** de l’élite (22,6%). D’autant que les coups de pieds arrêtés risquent de ne pas fonctionner pour lui face au PSG. L’équipe parisienne n’a toujours pas encaissé le moindre but sur ces phases de jeu cette saison en D1.

Précision bonus : Anna Björk Kristjánsdóttir est la seconde joueuse ayant intercepté le plus de ballons cette saison en D1 Arkema (9,9 par match).

Issy – OL (dimanche 17h30 – Canal + Sport et Multisport 3) : festival de buts en vue

À l’instar du Havre face au PSG, Issy risque lui aussi de souffrir face aux Lyonnaises ce week-end. Déjà lourdement défaites à l’aller (0-9), les Franciliennes ont en prime toujours subi des revers importants dans l’histoire des confrontations entre les deux équipes : 6 matchs pour 41 buts de l’OL et 0 de Issy, avec un score de 0-9 récurrent (3 fois sur les 6 dont les deux dernières).

Sans compter que les Lyonnaises ont désormais un nouvel atout dans leur manche en la personne de Catarina Macario. L’internationale américaine, avec 3 buts au compteur en 4 matchs de D1, est déjà dans le rythme des meilleures attaquantes du championnat sur certains domaines : aucune joueuse n’a plus tiré (5,3 tirs par match) et cadré (3,3 par match) qu’elle cette saison dans l’élite, en plus d’être deuxième juste derrière Shaw au niveau des occasions créées (1,75 par match) et des xG obtenus sur celles-ci (0,84 par match).

Précision bonus : Issy reste l’équipe ayant subi le plus de penalty cette saison en championnat (7 pour 4 encaissés) quand l’OL est le club en ayant obtenu le plus (10 pour 5 inscrits).

Dijon – Paris FC (dimanche 17h30 – Multisport 5) : la loi des séries

Pour ce dernier match de la J20, le Paris FC parviendra-t-il à maintenir sa bonne forme actuelle ? En 8 rencontres sur la phase retour, les Parisiennes ont en effet déjà accumulé plus de points que sur l’ensemble de la phase aller (16 points contre 15), ne s’inclinant que contre le PSG et l’OL. Hors de leur base, ces dernières restent même sur 4 succès consécutifs.

En prime, le bilan entre les deux clubs est totalement en leur faveur (5 rencontres en D1 pour 5 victoires du PFC) même si le dernier duel en Coupe de France a fini par sourire au DFCO, vainqueur aux tirs au but. Un signe pour les Bourguignonnes ? Potentiellement, elles qui sont actuellement sur courant alternatif depuis octobre, n’enchaînant jamais deux revers sur leurs 14 dernières rencontres dans l’élite.

Précision bonus : le Paris FC est l’équipe la plus souvent signalée hors-jeu cette saison en D1 Arkema. Par ailleurs, le DFCO compte lui dans ses rangs les deux joueuses ayant subi le plus de fautes cette saison dans l’élite : Léa Khelifi (2,9 par match) et Elodie Nakkach (2,2 par match).

Vendredi 7 Mai 2021
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :